Lundi 09 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sante

Awa Marie Coll Seck prone le développement de l'industrie pharmaceutique locale

Single Post
Awa Marie Coll Seck prone le développement de l'industrie pharmaceutique locale

Le développement de l’industrie pharmaceutique locale peut favoriser l’indépendance thérapeutique, s’il est soutenu par les pouvoirs publics, a estimé, lundi à Dakar, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Awa Marie Coll Seck.

‘’Nous avons une position géostratégique favorable aux marchés pharmaceutiques, un réseau de partenaires techniques et financiers qui peuvent nous soutenir. Alors, l’intérêt aujourd’hui est d’accompagner nos industries locales pour réussir le développement’’, a-t-elle dit.

Le ministre de la Santé présidait la cérémonie d’ouverture de l’atelier de réflexion pour le développement de l’industrie pharmaceutique au Sénégal, prévu sur trois jours. Ces échanges visent à définir les axes stratégiques pour l’émergence de l’industrie pharmaceutique locale, dont la production "demeure faible et sans véritables enjeux économiques pour l’Afrique".

‘’Il faut d’abord préserver nos industries locales pharmaceutiques, mais aussi s’ouvrir à d’autres perspectives à l’égard des pays comme le Maroc, qui a réussi cette expérience’’, a soutenu Awa Marie Coll Seck.

Le Sénégal importe près de 80 à 90 % de ses besoins en médicaments, a rappelé le ministre de la Santé, soulignant que l’Etat est en train de faire des efforts ‘’considérables’’ pour réduire ce chiffre.

‘’Il ne peut y avoir de couverture maladie universelle sans médicament. Les médicaments sont au centre de la politique sanitaire. C’est à nous de créer les conditions pour que notre industrie pharmaceutique se développe’’, a estimé Mme Seck. Selon elle, la clé de voûte d’un approvisionnement régulier en médicaments de qualité et à un coût accessible ’’demeure donc la production locale".

Le Sénégal dispose de cinq unités de fabrication de médicaments implantées depuis plusieurs décennies.

Le directeur du redéploiement industriel, Mamadou Dabo, a relevé pour sa part, la lourdeur des investissements en termes de réalisations d’une unité locale de production de médicament, qui freine toute initiative et rend difficile la concrétisation des projets industriels. Il a également cité parmi les obstacles, la rareté d’une main d’œuvre locale disposant de compétences en matière de formulation de médicaments, conséquence de l’insuffisance d


Article_similaires

10 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2016 (15:38 PM)
    Mme Le Ministre. Vous parlez de cinq industries pharmaceutiques au SENEGAL alors qu'il y en a une qui est en train de fermer ses portes petit à petit sans que vous ne fassiez rien du tout. L'état du Sénégal est informé de ce fait depuis maintenant un an et rien n'est fait. Je parle de Pfizer Afrique de l'Ouest qui a une unité de production et une unité de distribution pharmaceutique sises à la zone franche industrielle à mbao. Cette entreprise a licencié abusivement l'année dernière plus de 15 pères et mères de famille, a mis le pays en rupture sur des médicaments essentiels dont elle détient le monopole tels que les anti dépresseurs, des médicaments contre la tension artérielle, le cholestérol, des anti douleurs et j'en passe, cette même entreprise n'a pas respecté ses engagements vis à vis de la PNA qui représente l'état en terme de médicaments après avoir gagné un appel d'offres de plus de 2 milliards qu'elle devait honorer depuis 2015 et ce qui n'est toujours pas fait. Comment pouvez vous parler de préservation des industries locales alors que vous ne faites rien par rapport à une industrie qui est en train de fermer ses portes et qui comptent encore envoyer d'autres citoyens sénégalais au chômage; essayer d'abord de régler ce problème avant de parler de développement de l'industrie pharmaceutique.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2016 (17:23 PM)
      pfizer etait une chance pour le senegal.une industrie sous regionale gerait par des sénégalais. mes ces derniers ne voyaient que leurs intérêts ils ont détournés les fonts,vous croyez que si ca continu d'autre vont venir investir ici
      keup caisse lakhou si guinaw serigne bi oublié les autres
      allez vous informer sur la vraie histoire avant d argumer ou tjr dire ce qui se passe
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2016 (14:54 PM)
      est ce une raison pour mettre notre pays en rupture de médicaments? est ce une raison de sacrifier des pères et mères de famille qui n'ont rien à voir avec ces détournements dont vous parlez? des gens qui ne faisaient que leur travail et qui se sont retrouvés un beau jour comme cela dans la rue sans n'avoir volé un centime!!!! je suis d'accord s'il y a détournement que les responsables de ce détournement soient punis mais les pauvres innocents qui n'avaient que leurs salaires, les malades de cancer qui ont des médicaments et qui n'arrivent pas à s'en procurer. mon cher ou ma chère le problème est autre part. je vous parle en toute connaissance de cause. pfizer est une entreprise opportuniste!!! allez chercher ce que je veux dire par là!!!!
  2. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2016 (15:42 PM)
    la majorité de nos étudiants en pharmacie à l'UCAD tendent ver l'officine (la vente de médicaments et tous les services qui l'accompagnent) au détriment de la spécialité biologie et industrie. Dans ces conditions nous ne pouvons pas avoir suffisamment de spécialistes pour prendre en charge nos besoin en médicaments. Professeur vous connaissez parfaitement la réalité sur ce plan.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2016 (16:50 PM)
      et pourtant les solutions existent ...
      - aides à la création d'industries pharmaceutiques : 10 à 30 millions de francs avec 2 milliards par année c'est 100 nouvelles entreprises pharmaceutiques créées...
      - exonération des intérêts bancaires pour les prêts accordées à ces entreprises, avec des taux effectifs plafonnés à 7%,
      - amnestie fiscale (j'adore ce mot) pour ces entreprises durant les 10 premières années de leur création, : pas d'is, pas d'imf,
      - pas d'ir pour les salariés, pas de trimf, pas de cfce,
      - on leur alloue des locaux à bas loués à diamniadio ...

      - obligation de présenter tous les 3 mois des reporting pour avoir un aperçu des dépenses et des investissements,

      - un accompagnement ciblé par un cabinet d'expertise comptable de la place,

      on fait ça, par la force dolé mbaam que ça va forcement créer un engouement de l'industrie pharmaceutique.. on peut y rajouter d'autres leviers (l'etat prend en charges une partie des indemnités des stagiaires etc, ...)
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2016 (18:25 PM)
      "aides à la création d'industries pharmaceutiques : 10 à 30 millions de francs avec 2 milliards par année c'est 100 nouvelles entreprises pharmaceutiques créées..."
      non mais vous êtes sérieux
      quel genre de produit cette pseudo-entreprise pharmaceutique mettra elle sur le marché???
      même pour des génériques le budget proposé est excessivement très bas.
      du grand n'importe quoi pffffff
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2016 (20:58 PM)
      poto le capital ne finance pas une entreprise... le financement se fait par emprunt bancaire ... ça eu être du 30/70 ...
      la bnde est là pour ça non ?
    Auteur

    Freelance

    En Juillet, 2016 (15:53 PM)
    oui pour une industrie pharmaceutique locale!

    oui pour un accompagnement de l'état a travers de vrai bourse de recherches et des centres entièrement dédié a la recherche!

    Mais oui aussi pour une politique de baisse et redynamisation des médicaments IB seul gage d'une reussite de la CMU
    Auteur

    Dama Warou

    En Juillet, 2016 (16:23 PM)
    moi j'ai des soucis sur les médicaments pharmaceutique locale!



    - pourquoi les médicaments ne soignent plus ?

    - pourquoi ya 't'il pas de contrôleurs ou d'Inspecteurs pour les pharmacies du senegal

    - quel sont les médicaments qu'on vendent ici au senegal

    sont t'il indien , ou du Nigeran , ou chine

    respect'ils les normes

    est ce qu'il ya des cabinet d'expertises pour voir la quantité écrite sur le flacon ou sachet respecte t'il les normes

    est ce qu'ils ne sont pas variés avant de venir au senégal, et qui fait ce controle



    je voudrais qu'on fasse un Etat généraux sur les comprimés au senegal





    je pense que avec les morts subite ou cardiaque ya quelue chose qui ne cloche pas parmi les medicaments



    est ce ue les normes sont respecté et pendant ce temps tout les pharmaciens du senegal sont nantis d'argent
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2016 (16:44 PM)
    Bonjour je voudrai signaler une personne qui est à la Direction de la pharmacie nationale du Sénégal. Il est comptable il signe chaque jour des bons de sortie de médicaments contre des millions en guise de corruption. Pratiquement en un peu de temps il s'est beaucoup d'argent sur le dos de l'argent du contribuable sénégalais. Mme le Ministre il faut envoyer tes services compétents vérifier ce M NDIAYE à la direction de approvisionnement de la pharmacie nationale  :fbhang:  :fbhang:  :emoshoot: 
    • Auteur

      Ndiokhor

      En Juillet, 2016 (17:50 PM)
      l indusrie pharmaceutique locale doit etre soutenu car elle peut participer a la lutte contre le chaumage
      mr anomyne tu faits de grave accusation est ce que tu a des preuvent car il est facile de ce mettre derriere l anonymat de faire des accusations
    Auteur

    Anonymedr Ba

    En Juillet, 2016 (17:30 PM)
    Moi je suis d'avis qu'il nous faut inéluctablement aller vers la production pharmaceutique locale car le fait de dépendre des autre autres à près de 90 % de nos besoins en médicaments c'est vraiment très difficile. En effet, il y' a qu'à meme un préalable que l'Etat peut faire en accompagnant les professionnels du médicaments avec l'octroi des bourses et des facilitations bancaires que le monsieur a dit tout à l'heure et aussi faut il comprendre que le choix de beaucoup de mes collègues de vouloir se lancer à l'officine se justifie par le fait du manque de perspectives pour les autres filières. Merci
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2016 (17:34 PM)
      je voulais rassurer le frère sur le contrôle des médicaments que ça se fait et c'est le laboratoire national de contrôle des médicaments qui le fait pour tous les médicaments du public que du privé; le seul hic c'est le marché illicite qui gangrène notre société et est en train de prendre des proportions énormes car y' a des lobbies qui se cachent derrières;
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2016 (17:34 PM)
    les pharmaciens ont beaucoup argent qui peut lancer industrie phceutique locale mais ils ne le font pas ils préfèrent investir ce qu ils ont dans l'immobilier organisé des voyages a l’étrangé . réunissons en groupe vous ne voyez duopharm wala

     :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2016 (18:09 PM)
    Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Avant de parler de développement des industries locales de ces produits, il faut d'abord avoir le courage et l'objectivité d'éradiquer

    les industries de la rue que vous connaissez très bien.
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2016 (19:45 PM)
    Cette dame, depuis 2000, que ce soit sous Wade ou Macky, ne fait que parler rek. Aucune réalisation tangible, rien, nada. Elle parle, fait des conférences, mais au finish, rien. La CMU aurait dû être ce sur quoi elle aurait pu se concentrer mais rien, wakh rek. C'est pathétique.
    Auteur

    Niokhor

    En Juillet, 2016 (17:53 PM)
    VIVE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE MAIS IL FAUT D ABORD AIDER CEUX QUI SONT LA D ABORD

    ANONYME

    CETTE DAME A SU REDRESSER LE SECTEUR DE LA SANTE AVEC BRAVOUR ET AMNEGATION

    EN PLUS TU FAIT DES ACCUSATIONS SUR DES PERSONNES SANS PREUVES

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email