Dimanche 20 Septembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Video

Crise des valeurs: les dures vérités de Imam Ababacar Ndiaye

Single Post
Crise des valeurs: les dures vérités de Imam Ababacar Ndiaye
Imam Ababacar Ndiaye est formel. "Si les autorités, toutes obédiences confondues, voulaient que la crise des valeurs s'estompe au Sénégal, ce serait fait". Son argumentaire, dans la vidéo ci-dessous.

liiiiiiiaffaire_de_malade

17 Commentaires

  1. Auteur

    Vérité

    En Juillet, 2020 (12:36 PM)
    Walahi , nous dévorons tous les livres de tous les continents mais quand il s'agit de notre religion nous avons tendance à attendre des directives des imams etc... Alors que dans notre tombe nous y serons seuls.



    Kou beug dadié ak sa borom dingako geusstou ji wassalam
    • Auteur

      Où Sont Les Khalifes Généraux

      En Juillet, 2020 (13:22 PM)
      on peut dire sans exagérer que au moins 80% des sénégalais sont suiveurs de tariqa !
      il n'ya pas 10 000 propriétaires de média au sénégal : la petite dizaine de propriétaires de chaînes sont tous affiliés à une confrérie !
      spectateurs tarikhistes + diffuseurs suiveurs de confrérie = il suffirait que les khalifes généraux qui gèrent ces confréries prennent leurs responsabilités et rappellent à l'ordre leurs disciples parmi les taalibés qui regardent la télé et les taalibés propriétaires de chaînes de télé !
      wakh_dji dièkh !
  2. Auteur

    Iceberg

    En Juillet, 2020 (12:44 PM)
    Merci imam NDIAYE!!!!
    Auteur

    Faye72

    En Juillet, 2020 (12:48 PM)
    IMAM NDIAYE IL M'ARRIVE D'ÉCOUTER VOS PRÊCHES JE VOUS FÉLICITE VIVEMENT.

    IL N'Y A PAS À AVOIR PEUR
    Auteur

    Fra_lo

    En Juillet, 2020 (13:00 PM)
    Les conservateurs ne font que parler de perte de valeurs, quelque soit la société d'où ils vous parlent! Mais, au final, je n'ai jamais compris à quelles valeurs se refèrent-ils ! Si une société évoulue est-ce que ce n'est pas normal que les valuers changent avec? Peut-on rester accrochés à des croyances (valeurs?) d'une autre épocque si celle actuelles nous conduit ailleurs, si la mentalité des gens change aux rythme des découvertes scientifiques et technologiques??
    • Auteur

      @ Farfelu Lo

      En Juillet, 2020 (14:23 PM)
      je crois que vous confondez dangereusement deux choses bien distinctes. bien que la première peut belle et bien avoir une influence sur la seconde que celle ci soit positive ou négative.

      les avancées technologiques sont faites par des humains. l’être humain qui a eu l'intelligence d'aller sur mars ou sur la lune s'il suit machinalement ses propres création au point d'oublier qu'il fait de chair et sang, qu'il a de la matière grise, un cœur et par dessus tout une âme,pour ainsi dire un simple mortel ,c'est qu'il est vraiment à plaindre.

      si on peut sacrifier des nuits de sommeil , vivre dans une précarité indescriptible pour réussir un examen , faire des découvertes, créer une nouvelle technologie on doit bien pouvoir pareil ou mieux quand il s'agit de ses rapports avec semblables ( se triturer les méninges au maximum pour les améliorer au maximum).

      on crée de plus en plus et nos rapports d'avec nos semblables et même avec notre environnement se dégradent de plus en plus. c'est ça la question içi.

      les exemples sont nombreux et variés mais puisqu'on est sur un site de mon cher pays adoptif que j'adore je vous en donne quelques des plus récents et dans deux domaines différents: le premier exemple englobe la gestion de la chose publique et l'environnement : l'affaire oryx
      le deuxième exemple c'est ce cher directeur d'école marié à deux femmes et engrosse une mineure.
      bon aller un troisième et puis un quatrième hors du pays : un groupe de magistrat qui pendant ses récréations ramener des trisomiques dans un sous sol les violent à tour de rôle en buvant du champagne. en dernier l'affaire georges floyd.

      le cerveau à lui seul ne suffit pas à l’être humain heureusement d'ailleurs nous avons une âme et un cœur.
      c'est tout ce qui sort du speech de l'imam pas autre chose.
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (15:14 PM)
      vous avez raison. les valeurs sont toutes relatives. ce qui est considéré comme des valeurs importantes au sénégal ne l'est pas dans d'autres pays. donc parler de nos valeurs sénégalaises comme si elles étaient les seules valeurs au-dessus de tout c'est faire preuve de naïveté. donc soyons modeste et travaillons. nos valeurs ancestrale ont été incapable de défendre des millions de nos frères déportés comme esclave. donc si nos valeur étaient meilleurs personnes n'aurait osé venir chez nous pour faire des razia
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (20:52 PM)
      il faut savoir regarder la réalité. pendant que nous passons notre temps à parler de nos valeurs, le monde est en train d'avancer sans nous. si nos valeurs étaient meilleurs, nous ne serions pas un pauvre petit pays sans envergure et incapable de s'en sortir tout seul depuis l'indépendance. soyons modeste et mettons nous au travail. ce que nous considérons comme nos valeurs sont en grande partie des valeurs importées. notre religion nous est apportée par les arabes pour les musulmans et par les européens pour les chrétiens. les vrais valeurs pour un pays ce sont la bravoure, le travail et la fierté. tout le reste c'est des belles paroles. les pays qui travaillent dure et qui ont de la fierté sont des pays digne et respectés
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (07:56 AM)
      nous ne nous appartenons pas. nous mourrons et retournerons à celui à qui nous appartenons. ce sont les valeurs quil nous à indiquées et qui sont constantes et pérennes qui sont immuables. le sens de l'existence avec le pari de satan est la chose essentielle à connaître pour ne pas paraître aussi perdu que vous.
      mais quelque part je me dis que vous le faites exprès. on ne peut pas être aussi bête quand même !!!!
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (07:57 AM)
      nous ne nous appartenons pas. nous mourrons et retournerons à celui à qui nous appartenons. ce sont les valeurs quil nous à indiquées et qui sont constantes et pérennes qui sont immuables. le sens de l'existence avec le pari de satan est la chose essentielle à connaître pour ne pas paraître aussi perdu que vous.
      mais quelque part je me dis que vous le faites exprès. on ne peut pas être aussi bête quand même !!!!
    Auteur

    Pape

    En Juillet, 2020 (13:31 PM)
    Merci cher compatriote. Tu joues un vrai rôle de leader. Ce pays a besoin de se soigner dans son âme. MERCI
    Auteur

    Sunugaalrek

    En Juillet, 2020 (13:43 PM)
    Tous les sénégalais doivent voir cette vidéo : Consommer Local

    ITA : LA FORCE DE FRAPPE DU SÉNÉGAL sur https://www.youtube.com/yorinuker
    Auteur

    Papi

    En Juillet, 2020 (14:49 PM)
    Le même qui nous demandait de fermer les mosquées j'espère qu'il n'a pas osé prier en groupe aujourd'hui puisque les statistiques auxquels il croit n'ont pas changé.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2020 (15:25 PM)
      tu crois surement t'es plus musulman que lui. critiquer sans aucun argument et etant un inculte sur toute la ligne. t'es vraiment pathetique. de vraies grandes gueules sans aucun argument...
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (15:47 PM)
      "tu crois surement t'es plus musulman que lui" : c'est toi qui croit que je crois que suis plus musulman que lui. lol tu es ridicule
    Auteur

    En Juillet, 2020 (15:18 PM)
    Seneweb, vous bloquez les commentaires des gens sur les articles mais depuis des jours tu laisses ce maudit charlantant de cretin polluer les commentaires sur les articles sans agir. Vous etes complice de toute personne qui se fait arnaquer par ce maudit charlantant...

    Auteur

    En Juillet, 2020 (15:23 PM)
    Y EN A DES IMAMS DANS CE BLED !!

    opotolo
    • Auteur

      Le Sénégal Est Un Pays Islamiq

      En Juillet, 2020 (17:14 PM)
      tu vas te consumer de rage car ce bled est un bled d'imams ! moutou bi ghayzikoum !
    Auteur

    Last

    En Juillet, 2020 (16:15 PM)
    Voilà un discours que beaucoup de sénégalais devrait méditer. La foi est quelque chose de profond. Ce n'est pas une posture, c'est une manière d'être. Dire qu'on croit en Dieu doit nous engager en tout, dans notre comportement, notre travail, notre façon d'être. Mais malheureusement son sermon restera lettre morte, car le sénégalais préfère le mensonge à la vérité.
    Auteur

    Cc

    En Août, 2020 (02:40 AM)
    Waw daccord na de imam
    Auteur

    Walahi

    En Août, 2020 (09:43 AM)
    Machallah Imam! discours franc et progressiste! imaginez ce discours comme une plaidoierie chez tous les dirigeants de ce pays! on vivrait plus polis , plus propres et plus a même de vanter le senegal.ce pays part en lambeaux et c est grave.il faut que chacun se mette au travail et s insruise .refléter un autre genre et éviter d être un mouton de Panurge
    Auteur

    Lu Alleurs

    En Août, 2020 (18:09 PM)
    Le M5 RFP s’est prononcé sur les recommandations de la CEDEAO : A partir de ce lundi, durcissement de la désobéissance civile

    Par

    Mali Demain

    -

    31 Juil 2020





    Face aux hommes de médias, le porte-parole du M5 RFP, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rappelé les concessions faites à IBK sous l’impulsion de l’imam Dicko. Aussi, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP face aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO lors de leur sommet extraordinaire du 27 juillet dernier par vidéo-conférence. Bien d‘autres orateurs se sont succédés à la tribune.

    Les compteurs sont mis à zéro

    Selon Choguel : « A partir de maintenant, les compteurs sont mis à zéro. La trêve prendra fin dans cinq jours ».

    Un vibrant hommage a été rendu à la jeunesse malienne pour sa lutte héroïque et qui a défié les balles des forces de l’ordre les 10, 11 et 12 juillet dernier. « Ces jeunes donneront le second coup d‘envoi de la désobéissance civile dès lundi et ne s’arrêteront plus jusqu’à la démission d’IBK », a martelé Dr Choguel.

    Ensuite, l’orateur a rappelé que « le M5 RFP pour sa lutte héroïque est rentrée dans l’histoire du Mali. C’est le destin du Mali et de l’Afrique qui se jouent au Mali avec notre crise socio-politique. La démocratie ne se limite pas seulement aux respects des lois, organiser des élections, mais respecter les lois et ses engagements. La crise malienne est profonde mais pas que politique, mais il s’agit de la gouvernance ». « Aucun dirigeant ne dirigera comme bon lui semble, puisqu’il trouvera sur son chemin le peuple debout devant lui », a mis en garde le porte-parole du M5 RFP.

    Ensuite, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO.

    « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne », a martelé Ibrahim Ikassa Maïga.

    Selon lui : « Le Comité Stratégique donne suite au sommet des Chefs d’Etats de la CEDEAO sur la crise socio-politique ».

    Le Peuple malien, a-t-il dit « avait fondé un espoir sur cette importante rencontre de haut niveau de Chefs d’Etats et non les moindres de la CEDEAO, mais le peuple découvre avec étonnement à l’instar de Goodluck Jonathan qui ramènent la crise malienne à un simple contentieux né du scrutin des élections législatives dernières : – la démissionne de 31 députés ; la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, le recours à l’articles 50 pour IBK ; la mise en place d’un gouvernement d’union nationale afin d’appliquer les conclusions de la DNI ; l’indemnisation des familles des personnes tuées, des blessés et la destruction de biens publics et privés; un régime de sanctions ».

    Les approximations des Chefs d’Etats fustigées

    Selon l’orateur, « ces approximations des Chefs d’Etats sont très improbables avec la démission des députés ; l’injonction à IBK à user de l’article 50 avec la nomination des membres de la Cour Constitutionnelle ». Et Ibrahim Ikassa Maîga de déplorer que : « La CEDEAO a décidé de mettre le Mali sous tutelle en imputant au Président d’un quart de Président, de couvrir un homme et son régime corrompu contrairement au Mali qui aspire à la démocratie et à un Etat laïc ». Pour cela dit-il : « Le M5 RFP déplore que le CEDEAO ne tienne pas compte des propositions faites mais propose des propositions qui sont contraires aux attentes du peuple et violent les lois du Mali ». Selon Ikassa, les recommandations de la CEDEAO qui ferment les yeux sur la mauvaise gouvernance, la violation de la Constitution, c’est fort ce qui précède que « le M5 RFP porte contre les décisions des Chefs d’Etats CEDEAO ». Parlant des propos du Président IBK parlant de terrorisme, l’orateur explique que « l’épouvantail terroriste venant d’IBK à l’endroit de l’imam Dicko, relève d’une tentative désespérée de trouver des solutions idoines de sortie de crise et qu’avec la déconfiture actuelle du Mali, n’a pas trouvé mieux, que de s’en prendre à l’autorité morale du M5 RFP qui dit-il «incarne mieux que lui, sa mission ».

    Des actions judiciaires contre les commanditaires des tueries

    Pour Ibrahim Ikassa Maïga « La détermination de poursuivre le combat ; exige la démission d’IBK et de son régime qui porte l’entière responsabilité de ce qui arrive de nos jours au Mali. Aussi, il a réitéré « l’exigence d’actions judiciaires devant la CPI des commanditaires des meurtres de manifestants tant à Sikasso qu’à Bamako, exige la libération de l’honorable Soumaila Cissé ».

    Enfin, l’orateur martèle que « Le M5 RFP exige de la CEDEAO du respect du peuple malien ; la dissolution totale de l’AN, de la Cour Constitutionnelle, de la démission d’IBK ». Mieux pour Ikassa : « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne. Sinon, le peuple malien disposera comme bon lui semble, son avenir », a –t-il laissé entendre.

    L’imam Mahmoud Dicko, non moins autorité morale du M5 RFP

    Restaurer la nation malienne

    Il a fait des bénédictions pour le pays et pour ceux qui sont tombés.

    Avec le verbe qu’on lui connait, l’imam Dicko est entré dans le vif du sujet. « Mieux vaut mourir que d’avoir honte ! Le Mali n’est pas un pays soumis, ni résigné. Ceux à qui je m’adresse savent ce que je veux dire. C’est un moment historique pour notre pays. C’est normal que tous les fils du pays se donnent la main. Evitons d’être distrait. Nous n’avons pas peur des critiques et autres affabulations, ceux qui le font, se trompent. Nous n’allons pas rentrer dans les détails. Nous irons à l’essentiel ».

    Parlant de la CEDEAO, Dicko dira que « Si la CEDEAO n’a pas compris notre crise, mais le peuple qui souffre, sait ce dont nous subissons (tueries, assassinats, destructions de biens).

    Pour l’imam Dicko, c’est le moment de se mobiliser, de se rester souder: « Le problème qu’il y a, c’est de restaurer la nation malienne par les maliens pour les maliens. Nous ne devons pas croiser les bras pour voir les choses se dérouler de la sorte. Nous devons montrer à la face du monde que nous sommes descendants de grands hommes. Ils veulent nous pousser à la faute, résistons, ne l’acceptons pas !

    Donnons-nous la main pour sortir notre pays de cette situation. Tout le monde sait que l’état du pays est grave. Nous n’avons pas besoin de faire du spectacle », a –t-il conseillé.

    Visite du PM du mardi après-midi : J’ai dit à Boubou que nous ne sommes pas intéressés d’entrer dans son gouvernement…



    D’entrée, l’imam Dicko, très remonté a dit ceci : « On profite des occasions pour livrer Mahmoud Dicko. Non, je refuse, cela ne marchera pas ! ». Une manière de répliquer aux propos du Président IBK qui l’a traité de « djihadiste, de vouloir créer un Etat islamique au Mali », même si la présidence à travers sa cellule de communication l’a démenti vigoureusement.

    Poursuivant son intervention, l’imam Dicko a dit que « Le PM Boubou Cissé était venu me demander de l’aider dans sa nouvelle mission comme chef du gouvernement. Je lui ai dit que votre façon de gérer la situation, n’est pas bien ». Parlant de l’entrée du M5 RFP dans le gouvernement d’union nationale, l’imam de la grande mosquée de Badalabougou a martelé ceci : « Je n’intégrerai pas, ni un membre de notre regroupement. A ma grande surprise, j’écoutais sur RFI de main tendue. Telle n’est pas le cas puisque Boubou est mon fils. Pour moi, c’était une visite ordinaire comme les autres », a déploré Dicko.

    Parlant de la libération de l’honorable Soumaila Cissé, l’autorité morale du M5 RFP a prié pour lui. « C’est dieu qui sait ses conditions de vie. Nous prions pour lui, que dieu nous le ramène saint et sauf ! », a-t-il dit. « Beaucoup a été dit s’il revenait, il pourra bien nous édifier », a-t-il poursuivi.

    L’imam a prié pour la fête de tabaski. « Ne jamais accepter qu’on nous pousse à la faute ! Restons unis et mobilisés», a-t-il conseillé.





























































































    Le M5 RFP s’est prononcé sur les recommandations de la CEDEAO : A partir de ce lundi, durcissement de la désobéissance civile

    Par

    Mali Demain

    -

    30 Juil 2020





    Face aux hommes de médias, le porte-parole du M5 RFP, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rappelé les concessions faites à IBK sous l’impulsion de l’imam Dicko. Aussi, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP face aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO lors de leur sommet extraordinaire du 27 juillet dernier par vidéo-conférence. Bien d‘autres orateurs se sont succédés à la tribune.

    Les compteurs sont mis à zéro

    Selon Choguel : « A partir de maintenant, les compteurs sont mis à zéro. La trêve prendra fin dans cinq jours ».

    Un vibrant hommage a été rendu à la jeunesse malienne pour sa lutte héroïque et qui a défié les balles des forces de l’ordre les 10, 11 et 12 juillet dernier. « Ces jeunes donneront le second coup d‘envoi de la désobéissance civile dès lundi et ne s’arrêteront plus jusqu’à la démission d’IBK », a martelé Dr Choguel.

    Ensuite, l’orateur a rappelé que « le M5 RFP pour sa lutte héroïque est rentrée dans l’histoire du Mali. C’est le destin du Mali et de l’Afrique qui se jouent au Mali avec notre crise socio-politique. La démocratie ne se limite pas seulement aux respects des lois, organiser des élections, mais respecter les lois et ses engagements. La crise malienne est profonde mais pas que politique, mais il s’agit de la gouvernance ». « Aucun dirigeant ne dirigera comme bon lui semble, puisqu’il trouvera sur son chemin le peuple debout devant lui », a mis en garde le porte-parole du M5 RFP.

    Ensuite, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO.

    « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne », a martelé Ibrahim Ikassa Maïga.

    Selon lui : « Le Comité Stratégique donne suite au sommet des Chefs d’Etats de la CEDEAO sur la crise socio-politique ».

    Le Peuple malien, a-t-il dit « avait fondé un espoir sur cette importante rencontre de haut niveau de Chefs d’Etats et non les moindres de la CEDEAO, mais le peuple découvre avec étonnement à l’instar de Goodluck Jonathan qui ramènent la crise malienne à un simple contentieux né du scrutin des élections législatives dernières : – la démissionne de 31 députés ; la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, le recours à l’articles 50 pour IBK ; la mise en place d’un gouvernement d’union nationale afin d’appliquer les conclusions de la DNI ; l’indemnisation des familles des personnes tuées, des blessés et la destruction de biens publics et privés; un régime de sanctions ».

    Les approximations des Chefs d’Etats fustigées

    Selon l’orateur, « ces approximations des Chefs d’Etats sont très improbables avec la démission des députés ; l’injonction à IBK à user de l’article 50 avec la nomination des membres de la Cour Constitutionnelle ». Et Ibrahim Ikassa Maîga de déplorer que : « La CEDEAO a décidé de mettre le Mali sous tutelle en imputant au Président d’un quart de Président, de couvrir un homme et son régime corrompu contrairement au Mali qui aspire à la démocratie et à un Etat laïc ». Pour cela dit-il : « Le M5 RFP déplore que le CEDEAO ne tienne pas compte des propositions faites mais propose des propositions qui sont contraires aux attentes du peuple et violent les lois du Mali ». Selon Ikassa, les recommandations de la CEDEAO qui ferment les yeux sur la mauvaise gouvernance, la violation de la Constitution, c’est fort ce qui précède que « le M5 RFP porte contre les décisions des Chefs d’Etats CEDEAO ». Parlant des propos du Président IBK parlant de terrorisme, l’orateur explique que « l’épouvantail terroriste venant d’IBK à l’endroit de l’imam Dicko, relève d’une tentative désespérée de trouver des solutions idoines de sortie de crise et qu’avec la déconfiture actuelle du Mali, n’a pas trouvé mieux, que de s’en prendre à l’autorité morale du M5 RFP qui dit-il «incarne mieux que lui, sa mission ».

    Des actions judiciaires contre les commanditaires des tueries

    Pour Ibrahim Ikassa Maïga « La détermination de poursuivre le combat ; exige la démission d’IBK et de son régime qui porte l’entière responsabilité de ce qui arrive de nos jours au Mali. Aussi, il a réitéré « l’exigence d’actions judiciaires devant la CPI des commanditaires des meurtres de manifestants tant à Sikasso qu’à Bamako, exige la libération de l’honorable Soumaila Cissé ».

    Enfin, l’orateur martèle que « Le M5 RFP exige de la CEDEAO du respect du peuple malien ; la dissolution totale de l’AN, de la Cour Constitutionnelle, de la démission d’IBK ». Mieux pour Ikassa : « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne. Sinon, le peuple malien disposera comme bon lui semble, son avenir », a –t-il laissé entendre.

    L’imam Mahmoud Dicko, non moins autorité morale du M5 RFP

    Restaurer la nation malienne

    Il a fait des bénédictions pour le pays et pour ceux qui sont tombés.

    Avec le verbe qu’on lui connait, l’imam Dicko est entré dans le vif du sujet. « Mieux vaut mourir que d’avoir honte ! Le Mali n’est pas un pays soumis, ni résigné. Ceux à qui je m’adresse savent ce que je veux dire. C’est un moment historique pour notre pays. C’est normal que tous les fils du pays se donnent la main. Evitons d’être distrait. Nous n’avons pas peur des critiques et autres affabulations, ceux qui le font, se trompent. Nous n’allons pas rentrer dans les détails. Nous irons à l’essentiel ».

    Parlant de la CEDEAO, Dicko dira que « Si la CEDEAO n’a pas compris notre crise, mais le peuple qui souffre, sait ce dont nous subissons (tueries, assassinats, destructions de biens).

    Pour l’imam Dicko, c’est le moment de se mobiliser, de se rester souder: « Le problème qu’il y a, c’est de restaurer la nation malienne par les maliens pour les maliens. Nous ne devons pas croiser les bras pour voir les choses se dérouler de la sorte. Nous devons montrer à la face du monde que nous sommes descendants de grands hommes. Ils veulent nous pousser à la faute, résistons, ne l’acceptons pas !

    Donnons-nous la main pour sortir notre pays de cette situation. Tout le monde sait que l’état du pays est grave. Nous n’avons pas besoin de faire du spectacle », a –t-il conseillé.

    Visite du PM du mardi après-midi : J’ai dit à Boubou que nous ne sommes pas intéressés d’entrer dans son gouvernement…



    D’entrée, l’imam Dicko, très remonté a dit ceci : « On profite des occasions pour livrer Mahmoud Dicko. Non, je refuse, cela ne marchera pas ! ». Une manière de répliquer aux propos du Président IBK qui l’a traité de « djihadiste, de vouloir créer un Etat islamique au Mali », même si la présidence à travers sa cellule de communication l’a démenti vigoureusement.

    Poursuivant son intervention, l’imam Dicko a dit que « Le PM Boubou Cissé était venu me demander de l’aider dans sa nouvelle mission comme chef du gouvernement. Je lui ai dit que votre façon de gérer la situation, n’est pas bien ». Parlant de l’entrée du M5 RFP dans le gouvernement d’union nationale, l’imam de la grande mosquée de Badalabougou a martelé ceci : « Je n’intégrerai pas, ni un membre de notre regroupement. A ma grande surprise, j’écoutais sur RFI de main tendue. Telle n’est pas le cas puisque Boubou est mon fils. Pour moi, c’était une visite ordinaire comme les autres », a déploré Dicko.

    Parlant de la libération de l’honorable Soumaila Cissé, l’autorité morale du M5 RFP a prié pour lui. « C’est dieu qui sait ses conditions de vie. Nous prions pour lui, que dieu nous le ramène saint et sauf ! », a-t-il dit. « Beaucoup a été dit s’il revenait, il pourra bien nous édifier », a-t-il poursuivi.

    L’imam a prié pour la fête de tabaski. « Ne jamais accepter qu’on nous pousse à la faute ! Restons unis et mobilisés», a-t-il conseillé.





























































































    Le M5 RFP s’est prononcé sur les recommandations de la CEDEAO : A partir de ce lundi, durcissement de la désobéissance civile

    Par

    Mali Demain

    -

    30 Juil 2020





    Face aux hommes de médias, le porte-parole du M5 RFP, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rappelé les concessions faites à IBK sous l’impulsion de l’imam Dicko. Aussi, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP face aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO lors de leur sommet extraordinaire du 27 juillet dernier par vidéo-conférence. Bien d‘autres orateurs se sont succédés à la tribune.

    Les compteurs sont mis à zéro

    Selon Choguel : « A partir de maintenant, les compteurs sont mis à zéro. La trêve prendra fin dans cinq jours ».

    Un vibrant hommage a été rendu à la jeunesse malienne pour sa lutte héroïque et qui a défié les balles des forces de l’ordre les 10, 11 et 12 juillet dernier. « Ces jeunes donneront le second coup d‘envoi de la désobéissance civile dès lundi et ne s’arrêteront plus jusqu’à la démission d’IBK », a martelé Dr Choguel.

    Ensuite, l’orateur a rappelé que « le M5 RFP pour sa lutte héroïque est rentrée dans l’histoire du Mali. C’est le destin du Mali et de l’Afrique qui se jouent au Mali avec notre crise socio-politique. La démocratie ne se limite pas seulement aux respects des lois, organiser des élections, mais respecter les lois et ses engagements. La crise malienne est profonde mais pas que politique, mais il s’agit de la gouvernance ». « Aucun dirigeant ne dirigera comme bon lui semble, puisqu’il trouvera sur son chemin le peuple debout devant lui », a mis en garde le porte-parole du M5 RFP.

    Ensuite, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO.

    « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne », a martelé Ibrahim Ikassa Maïga.

    Selon lui : « Le Comité Stratégique donne suite au sommet des Chefs d’Etats de la CEDEAO sur la crise socio-politique ».

    Le Peuple malien, a-t-il dit « avait fondé un espoir sur cette importante rencontre de haut niveau de Chefs d’Etats et non les moindres de la CEDEAO, mais le peuple découvre avec étonnement à l’instar de Goodluck Jonathan qui ramènent la crise malienne à un simple contentieux né du scrutin des élections législatives dernières : – la démissionne de 31 députés ; la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, le recours à l’articles 50 pour IBK ; la mise en place d’un gouvernement d’union nationale afin d’appliquer les conclusions de la DNI ; l’indemnisation des familles des personnes tuées, des blessés et la destruction de biens publics et privés; un régime de sanctions ».

    Les approximations des Chefs d’Etats fustigées

    Selon l’orateur, « ces approximations des Chefs d’Etats sont très improbables avec la démission des députés ; l’injonction à IBK à user de l’article 50 avec la nomination des membres de la Cour Constitutionnelle ». Et Ibrahim Ikassa Maîga de déplorer que : « La CEDEAO a décidé de mettre le Mali sous tutelle en imputant au Président d’un quart de Président, de couvrir un homme et son régime corrompu contrairement au Mali qui aspire à la démocratie et à un Etat laïc ». Pour cela dit-il : « Le M5 RFP déplore que le CEDEAO ne tienne pas compte des propositions faites mais propose des propositions qui sont contraires aux attentes du peuple et violent les lois du Mali ». Selon Ikassa, les recommandations de la CEDEAO qui ferment les yeux sur la mauvaise gouvernance, la violation de la Constitution, c’est fort ce qui précède que « le M5 RFP porte contre les décisions des Chefs d’Etats CEDEAO ». Parlant des propos du Président IBK parlant de terrorisme, l’orateur explique que « l’épouvantail terroriste venant d’IBK à l’endroit de l’imam Dicko, relève d’une tentative désespérée de trouver des solutions idoines de sortie de crise et qu’avec la déconfiture actuelle du Mali, n’a pas trouvé mieux, que de s’en prendre à l’autorité morale du M5 RFP qui dit-il «incarne mieux que lui, sa mission ».

    Des actions judiciaires contre les commanditaires des tueries

    Pour Ibrahim Ikassa Maïga « La détermination de poursuivre le combat ; exige la démission d’IBK et de son régime qui porte l’entière responsabilité de ce qui arrive de nos jours au Mali. Aussi, il a réitéré « l’exigence d’actions judiciaires devant la CPI des commanditaires des meurtres de manifestants tant à Sikasso qu’à Bamako, exige la libération de l’honorable Soumaila Cissé ».

    Enfin, l’orateur martèle que « Le M5 RFP exige de la CEDEAO du respect du peuple malien ; la dissolution totale de l’AN, de la Cour Constitutionnelle, de la démission d’IBK ». Mieux pour Ikassa : « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne. Sinon, le peuple malien disposera comme bon lui semble, son avenir », a –t-il laissé entendre.

    L’imam Mahmoud Dicko, non moins autorité morale du M5 RFP

    Restaurer la nation malienne

    Il a fait des bénédictions pour le pays et pour ceux qui sont tombés.

    Avec le verbe qu’on lui connait, l’imam Dicko est entré dans le vif du sujet. « Mieux vaut mourir que d’avoir honte ! Le Mali n’est pas un pays soumis, ni résigné. Ceux à qui je m’adresse savent ce que je veux dire. C’est un moment historique pour notre pays. C’est normal que tous les fils du pays se donnent la main. Evitons d’être distrait. Nous n’avons pas peur des critiques et autres affabulations, ceux qui le font, se trompent. Nous n’allons pas rentrer dans les détails. Nous irons à l’essentiel ».

    Parlant de la CEDEAO, Dicko dira que « Si la CEDEAO n’a pas compris notre crise, mais le peuple qui souffre, sait ce dont nous subissons (tueries, assassinats, destructions de biens).

    Pour l’imam Dicko, c’est le moment de se mobiliser, de se rester souder: « Le problème qu’il y a, c’est de restaurer la nation malienne par les maliens pour les maliens. Nous ne devons pas croiser les bras pour voir les choses se dérouler de la sorte. Nous devons montrer à la face du monde que nous sommes descendants de grands hommes. Ils veulent nous pousser à la faute, résistons, ne l’acceptons pas !

    Donnons-nous la main pour sortir notre pays de cette situation. Tout le monde sait que l’état du pays est grave. Nous n’avons pas besoin de faire du spectacle », a –t-il conseillé.

    Visite du PM du mardi après-midi : J’ai dit à Boubou que nous ne sommes pas intéressés d’entrer dans son gouvernement…



    D’entrée, l’imam Dicko, très remonté a dit ceci : « On profite des occasions pour livrer Mahmoud Dicko. Non, je refuse, cela ne marchera pas ! ». Une manière de répliquer aux propos du Président IBK qui l’a traité de « djihadiste, de vouloir créer un Etat islamique au Mali », même si la présidence à travers sa cellule de communication l’a démenti vigoureusement.

    Poursuivant son intervention, l’imam Dicko a dit que « Le PM Boubou Cissé était venu me demander de l’aider dans sa nouvelle mission comme chef du gouvernement. Je lui ai dit que votre façon de gérer la situation, n’est pas bien ». Parlant de l’entrée du M5 RFP dans le gouvernement d’union nationale, l’imam de la grande mosquée de Badalabougou a martelé ceci : « Je n’intégrerai pas, ni un membre de notre regroupement. A ma grande surprise, j’écoutais sur RFI de main tendue. Telle n’est pas le cas puisque Boubou est mon fils. Pour moi, c’était une visite ordinaire comme les autres », a déploré Dicko.

    Parlant de la libération de l’honorable Soumaila Cissé, l’autorité morale du M5 RFP a prié pour lui. « C’est dieu qui sait ses conditions de vie. Nous prions pour lui, que dieu nous le ramène saint et sauf ! », a-t-il dit. « Beaucoup a été dit s’il revenait, il pourra bien nous édifier », a-t-il poursuivi.

    L’imam a prié pour la fête de tabaski. « Ne jamais accepter qu’on nous pousse à la faute ! Restons unis et mobilisés», a-t-il conseillé.





























































































    Le M5 RFP s’est prononcé sur les recommandations de la CEDEAO : A partir de ce lundi, durcissement de la désobéissance civile

    Par

    Mali Demain

    -

    30 Juil 2020





    Face aux hommes de médias, le porte-parole du M5 RFP, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rappelé les concessions faites à IBK sous l’impulsion de l’imam Dicko. Aussi, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP face aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO lors de leur sommet extraordinaire du 27 juillet dernier par vidéo-conférence. Bien d‘autres orateurs se sont succédés à la tribune.

    Les compteurs sont mis à zéro

    Selon Choguel : « A partir de maintenant, les compteurs sont mis à zéro. La trêve prendra fin dans cinq jours ».

    Un vibrant hommage a été rendu à la jeunesse malienne pour sa lutte héroïque et qui a défié les balles des forces de l’ordre les 10, 11 et 12 juillet dernier. « Ces jeunes donneront le second coup d‘envoi de la désobéissance civile dès lundi et ne s’arrêteront plus jusqu’à la démission d’IBK », a martelé Dr Choguel.

    Ensuite, l’orateur a rappelé que « le M5 RFP pour sa lutte héroïque est rentrée dans l’histoire du Mali. C’est le destin du Mali et de l’Afrique qui se jouent au Mali avec notre crise socio-politique. La démocratie ne se limite pas seulement aux respects des lois, organiser des élections, mais respecter les lois et ses engagements. La crise malienne est profonde mais pas que politique, mais il s’agit de la gouvernance ». « Aucun dirigeant ne dirigera comme bon lui semble, puisqu’il trouvera sur son chemin le peuple debout devant lui », a mis en garde le porte-parole du M5 RFP.

    Ensuite, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO.

    « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne », a martelé Ibrahim Ikassa Maïga.

    Selon lui : « Le Comité Stratégique donne suite au sommet des Chefs d’Etats de la CEDEAO sur la crise socio-politique ».

    Le Peuple malien, a-t-il dit « avait fondé un espoir sur cette importante rencontre de haut niveau de Chefs d’Etats et non les moindres de la CEDEAO, mais le peuple découvre avec étonnement à l’instar de Goodluck Jonathan qui ramènent la crise malienne à un simple contentieux né du scrutin des élections législatives dernières : – la démissionne de 31 députés ; la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, le recours à l’articles 50 pour IBK ; la mise en place d’un gouvernement d’union nationale afin d’appliquer les conclusions de la DNI ; l’indemnisation des familles des personnes tuées, des blessés et la destruction de biens publics et privés; un régime de sanctions ».

    Les approximations des Chefs d’Etats fustigées

    Selon l’orateur, « ces approximations des Chefs d’Etats sont très improbables avec la démission des députés ; l’injonction à IBK à user de l’article 50 avec la nomination des membres de la Cour Constitutionnelle ». Et Ibrahim Ikassa Maîga de déplorer que : « La CEDEAO a décidé de mettre le Mali sous tutelle en imputant au Président d’un quart de Président, de couvrir un homme et son régime corrompu contrairement au Mali qui aspire à la démocratie et à un Etat laïc ». Pour cela dit-il : « Le M5 RFP déplore que le CEDEAO ne tienne pas compte des propositions faites mais propose des propositions qui sont contraires aux attentes du peuple et violent les lois du Mali ». Selon Ikassa, les recommandations de la CEDEAO qui ferment les yeux sur la mauvaise gouvernance, la violation de la Constitution, c’est fort ce qui précède que « le M5 RFP porte contre les décisions des Chefs d’Etats CEDEAO ». Parlant des propos du Président IBK parlant de terrorisme, l’orateur explique que « l’épouvantail terroriste venant d’IBK à l’endroit de l’imam Dicko, relève d’une tentative désespérée de trouver des solutions idoines de sortie de crise et qu’avec la déconfiture actuelle du Mali, n’a pas trouvé mieux, que de s’en prendre à l’autorité morale du M5 RFP qui dit-il «incarne mieux que lui, sa mission ».

    Des actions judiciaires contre les commanditaires des tueries

    Pour Ibrahim Ikassa Maïga « La détermination de poursuivre le combat ; exige la démission d’IBK et de son régime qui porte l’entière responsabilité de ce qui arrive de nos jours au Mali. Aussi, il a réitéré « l’exigence d’actions judiciaires devant la CPI des commanditaires des meurtres de manifestants tant à Sikasso qu’à Bamako, exige la libération de l’honorable Soumaila Cissé ».

    Enfin, l’orateur martèle que « Le M5 RFP exige de la CEDEAO du respect du peuple malien ; la dissolution totale de l’AN, de la Cour Constitutionnelle, de la démission d’IBK ». Mieux pour Ikassa : « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne. Sinon, le peuple malien disposera comme bon lui semble, son avenir », a –t-il laissé entendre.

    L’imam Mahmoud Dicko, non moins autorité morale du M5 RFP

    Restaurer la nation malienne

    Il a fait des bénédictions pour le pays et pour ceux qui sont tombés.

    Avec le verbe qu’on lui connait, l’imam Dicko est entré dans le vif du sujet. « Mieux vaut mourir que d’avoir honte ! Le Mali n’est pas un pays soumis, ni résigné. Ceux à qui je m’adresse savent ce que je veux dire. C’est un moment historique pour notre pays. C’est normal que tous les fils du pays se donnent la main. Evitons d’être distrait. Nous n’avons pas peur des critiques et autres affabulations, ceux qui le font, se trompent. Nous n’allons pas rentrer dans les détails. Nous irons à l’essentiel ».

    Parlant de la CEDEAO, Dicko dira que « Si la CEDEAO n’a pas compris notre crise, mais le peuple qui souffre, sait ce dont nous subissons (tueries, assassinats, destructions de biens).

    Pour l’imam Dicko, c’est le moment de se mobiliser, de se rester souder: « Le problème qu’il y a, c’est de restaurer la nation malienne par les maliens pour les maliens. Nous ne devons pas croiser les bras pour voir les choses se dérouler de la sorte. Nous devons montrer à la face du monde que nous sommes descendants de grands hommes. Ils veulent nous pousser à la faute, résistons, ne l’acceptons pas !

    Donnons-nous la main pour sortir notre pays de cette situation. Tout le monde sait que l’état du pays est grave. Nous n’avons pas besoin de faire du spectacle », a –t-il conseillé.

    Visite du PM du mardi après-midi : J’ai dit à Boubou que nous ne sommes pas intéressés d’entrer dans son gouvernement…



    D’entrée, l’imam Dicko, très remonté a dit ceci : « On profite des occasions pour livrer Mahmoud Dicko. Non, je refuse, cela ne marchera pas ! ». Une manière de répliquer aux propos du Président IBK qui l’a traité de « djihadiste, de vouloir créer un Etat islamique au Mali », même si la présidence à travers sa cellule de communication l’a démenti vigoureusement.

    Poursuivant son intervention, l’imam Dicko a dit que « Le PM Boubou Cissé était venu me demander de l’aider dans sa nouvelle mission comme chef du gouvernement. Je lui ai dit que votre façon de gérer la situation, n’est pas bien ». Parlant de l’entrée du M5 RFP dans le gouvernement d’union nationale, l’imam de la grande mosquée de Badalabougou a martelé ceci : « Je n’intégrerai pas, ni un membre de notre regroupement. A ma grande surprise, j’écoutais sur RFI de main tendue. Telle n’est pas le cas puisque Boubou est mon fils. Pour moi, c’était une visite ordinaire comme les autres », a déploré Dicko.

    Parlant de la libération de l’honorable Soumaila Cissé, l’autorité morale du M5 RFP a prié pour lui. « C’est dieu qui sait ses conditions de vie. Nous prions pour lui, que dieu nous le ramène saint et sauf ! », a-t-il dit. « Beaucoup a été dit s’il revenait, il pourra bien nous édifier », a-t-il poursuivi.

    L’imam a prié pour la fête de tabaski. « Ne jamais accepter qu’on nous pousse à la faute ! Restons unis et mobilisés», a-t-il conseillé.





























































































    Le M5 RFP s’est prononcé sur les recommandations de la CEDEAO : A partir de ce lundi, durcissement de la désobéissance civile

    Par

    Mali Demain

    -

    30 Juil 2020





    Face aux hommes de médias, le porte-parole du M5 RFP, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rappelé les concessions faites à IBK sous l’impulsion de l’imam Dicko. Aussi, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP face aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO lors de leur sommet extraordinaire du 27 juillet dernier par vidéo-conférence. Bien d‘autres orateurs se sont succédés à la tribune.

    Les compteurs sont mis à zéro

    Selon Choguel : « A partir de maintenant, les compteurs sont mis à zéro. La trêve prendra fin dans cinq jours ».

    Un vibrant hommage a été rendu à la jeunesse malienne pour sa lutte héroïque et qui a défié les balles des forces de l’ordre les 10, 11 et 12 juillet dernier. « Ces jeunes donneront le second coup d‘envoi de la désobéissance civile dès lundi et ne s’arrêteront plus jusqu’à la démission d’IBK », a martelé Dr Choguel.

    Ensuite, l’orateur a rappelé que « le M5 RFP pour sa lutte héroïque est rentrée dans l’histoire du Mali. C’est le destin du Mali et de l’Afrique qui se jouent au Mali avec notre crise socio-politique. La démocratie ne se limite pas seulement aux respects des lois, organiser des élections, mais respecter les lois et ses engagements. La crise malienne est profonde mais pas que politique, mais il s’agit de la gouvernance ». « Aucun dirigeant ne dirigera comme bon lui semble, puisqu’il trouvera sur son chemin le peuple debout devant lui », a mis en garde le porte-parole du M5 RFP.

    Ensuite, Ibrahim Ikassa Maïga a lu la réplique du M5 RFP aux recommandations des Chefs d’Etats de la CEDEAO.

    « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne », a martelé Ibrahim Ikassa Maïga.

    Selon lui : « Le Comité Stratégique donne suite au sommet des Chefs d’Etats de la CEDEAO sur la crise socio-politique ».

    Le Peuple malien, a-t-il dit « avait fondé un espoir sur cette importante rencontre de haut niveau de Chefs d’Etats et non les moindres de la CEDEAO, mais le peuple découvre avec étonnement à l’instar de Goodluck Jonathan qui ramènent la crise malienne à un simple contentieux né du scrutin des élections législatives dernières : – la démissionne de 31 députés ; la recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, le recours à l’articles 50 pour IBK ; la mise en place d’un gouvernement d’union nationale afin d’appliquer les conclusions de la DNI ; l’indemnisation des familles des personnes tuées, des blessés et la destruction de biens publics et privés; un régime de sanctions ».

    Les approximations des Chefs d’Etats fustigées

    Selon l’orateur, « ces approximations des Chefs d’Etats sont très improbables avec la démission des députés ; l’injonction à IBK à user de l’article 50 avec la nomination des membres de la Cour Constitutionnelle ». Et Ibrahim Ikassa Maîga de déplorer que : « La CEDEAO a décidé de mettre le Mali sous tutelle en imputant au Président d’un quart de Président, de couvrir un homme et son régime corrompu contrairement au Mali qui aspire à la démocratie et à un Etat laïc ». Pour cela dit-il : « Le M5 RFP déplore que le CEDEAO ne tienne pas compte des propositions faites mais propose des propositions qui sont contraires aux attentes du peuple et violent les lois du Mali ». Selon Ikassa, les recommandations de la CEDEAO qui ferment les yeux sur la mauvaise gouvernance, la violation de la Constitution, c’est fort ce qui précède que « le M5 RFP porte contre les décisions des Chefs d’Etats CEDEAO ». Parlant des propos du Président IBK parlant de terrorisme, l’orateur explique que « l’épouvantail terroriste venant d’IBK à l’endroit de l’imam Dicko, relève d’une tentative désespérée de trouver des solutions idoines de sortie de crise et qu’avec la déconfiture actuelle du Mali, n’a pas trouvé mieux, que de s’en prendre à l’autorité morale du M5 RFP qui dit-il «incarne mieux que lui, sa mission ».

    Des actions judiciaires contre les commanditaires des tueries

    Pour Ibrahim Ikassa Maïga « La détermination de poursuivre le combat ; exige la démission d’IBK et de son régime qui porte l’entière responsabilité de ce qui arrive de nos jours au Mali. Aussi, il a réitéré « l’exigence d’actions judiciaires devant la CPI des commanditaires des meurtres de manifestants tant à Sikasso qu’à Bamako, exige la libération de l’honorable Soumaila Cissé ».

    Enfin, l’orateur martèle que « Le M5 RFP exige de la CEDEAO du respect du peuple malien ; la dissolution totale de l’AN, de la Cour Constitutionnelle, de la démission d’IBK ». Mieux pour Ikassa : « Les solutions à demi-teintes ne règleront plus la crise malienne. Sinon, le peuple malien disposera comme bon lui semble, son avenir », a –t-il laissé entendre.

    L’imam Mahmoud Dicko, non moins autorité morale du M5 RFP

    Restaurer la nation malienne

    Il a fait des bénédictions pour le pays et pour ceux qui sont tombés.

    Avec le verbe qu’on lui connait, l’imam Dicko est entré dans le vif du sujet. « Mieux vaut mourir que d’avoir honte ! Le Mali n’est pas un pays soumis, ni résigné. Ceux à qui je m’adresse savent ce que je veux dire. C’est un moment historique pour notre pays. C’est normal que tous les fils du pays se donnent la main. Evitons d’être distrait. Nous n’avons pas peur des critiques et autres affabulations, ceux qui le font, se trompent. Nous n’allons pas rentrer dans les détails. Nous irons à l’essentiel ».

    Parlant de la CEDEAO, Dicko dira que « Si la CEDEAO n’a pas compris notre crise, mais le peuple qui souffre, sait ce dont nous subissons (tueries, assassinats, destructions de biens).

    Pour l’imam Dicko, c’est le moment de se mobiliser, de se rester souder: « Le problème qu’il y a, c’est de restaurer la nation malienne par les maliens pour les maliens. Nous ne devons pas croiser les bras pour voir les choses se dérouler de la sorte. Nous devons montrer à la face du monde que nous sommes descendants de grands hommes. Ils veulent nous pousser à la faute, résistons, ne l’acceptons pas !

    Donnons-nous la main pour sortir notre pays de cette situation. Tout le monde sait que l’état du pays est grave. Nous n’avons pas besoin de faire du spectacle », a –t-il conseillé.

    Visite du PM du mardi après-midi : J’ai dit à Boubou que nous ne sommes pas intéressés d’entrer dans son gouvernement…



    D’entrée, l’imam Dicko, très remonté a dit ceci : « On profite des occasions pour livrer Mahmoud Dicko. Non, je refuse, cela ne marchera pas ! ». Une manière de répliquer aux propos du Président IBK qui l’a traité de « djihadiste, de vouloir créer un Etat islamique au Mali », même si la présidence à travers sa cellule de communication l’a démenti vigoureusement.

    Poursuivant son intervention, l’imam Dicko a dit que « Le PM Boubou Cissé était venu me demander de l’aider dans sa nouvelle mission comme chef du gouvernement. Je lui ai dit que votre façon de gérer la situation, n’est pas bien ». Parlant de l’entrée du M5 RFP dans le gouvernement d’union nationale, l’imam de la grande mosquée de Badalabougou a martelé ceci : « Je n’intégrerai pas, ni un membre de notre regroupement. A ma grande surprise, j’écoutais sur RFI de main tendue. Telle n’est pas le cas puisque Boubou est mon fils. Pour moi, c’était une visite ordinaire comme les autres », a déploré Dicko.

    Parlant de la libération de l’honorable Soumaila Cissé, l’autorité morale du M5 RFP a prié pour lui. « C’est dieu qui sait ses conditions de vie. Nous prions pour lui, que dieu nous le ramène saint et sauf ! », a-t-il dit. « Beaucoup a été dit s’il revenait, il pourra bien nous édifier », a-t-il poursuivi.

    L’imam a prié pour la fête de tabaski. « Ne jamais accepter qu’on nous pousse à la faute ! Restons unis et mobilisés», a-t-il conseillé.





























































































    Auteur

    Gloire Au Christ

    En Août, 2020 (15:12 PM)
    Jésus est le chemin de la vie et de la vérité quiconque le suis ne perdra jamais
    Auteur

    Gloire Au Christ

    En Août, 2020 (15:12 PM)
    Jésus est le chemin de la vie et de la vérité quiconque le suis ne perdra jamais
    Auteur

    Garouwaalé

    En Août, 2020 (11:58 AM)
    Il demande aux mourides de répondre aux questions du jeune El Moussa Camara au lieu de l'insulter.

    Il demande aux Baye Fall d'aller prier sinon ils ne sont pas musulmans.



    Voilà les sanni khèrr que j'ai retenus de l'Imam Ndiaye.
    Auteur

    Ndongo Daara

    il y a 3 semaines (11:43 AM)
    extrait bi lamic diap rek mo nék Dioulit dafa wara fonk diouli nguir defar xol bi ( seel tei selal)

    Direudieuf Imam

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email