Dimanche 25 Juillet, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sport

Finale NBA : Giannis Antetokounmpo entre dans la cour des grands

Single Post
Giannis Antetokounmpo au lay-up à Milwaukee lors de la finale NBA contre les Phoenix Suns le 20 juillet 2021 JONATHAN DANIEL GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Auteur d'une prestation historique mardi avec 50 points marqués et le titre NBA à la clef, l'intérieur des Bucks Giannis Antetokounmpo est entré dans la légende et a fait taire définitivement les doutes sur sa capacité à gagner.

Durant cette série, le "Greek Freak" avait déjà placé la barre très haut, avec deux matches consécutifs à 42 et 41 points, sans aucune baisse de rythme.

Mais mardi, l'enfant d'Athènes a fait plus fort encore avec une performance digne des 55 points de Michael Jordan lors de la finale 1993 ou du match de titan de LeBron James au Game 7 en 2016.

"Je me suis fait plaisir à regarder l'excellence ce soir", a tweeté, après le match, Stephen Curry, triple champion NBA. "L'excellence! Félicitations frère."

Déjà dominant depuis plusieurs saisons, Antetokounmpo a franchi un palier pendant ces play-offs et plus encore pendant ces derniers matches de la finale.

Souvent critiqué pour ses envies de jouer comme un arrière, attiré par les grands espaces, le quintuple All-Star a complètement épuré son registre.

Il n'a quasiment joué qu'à l'intérieur de la ligne à trois points et passé beaucoup moins de temps balle en main, ce qui a permis aux Bucks de garder du rythme en attaque et de jouer sur ses forces.

Si le petit intérieur Jae Crowder l'a bien perturbé sur quelques possessions (6 balles perdues sur le match), nul ne pouvait vraiment arrêter Antetokounmpo mardi.

Tir à quatre mètres, "spin move" (enroulement de son défenseur), claquette sur rebond offensif, lay-up, l'intérieur au sourire dévastateur a sorti la boîte à outils.

Après son contre d'anthologie sur Deandre Ayton en fin de match 4, le demi-dieu grec a encore signé 5 "blocks", dont plusieurs à haute altitude.

"Sur le toit du monde"

Tout au long de la série, Antetkounmpo a fait preuve d'un engagement physique total, constamment prêt à s'envoler pour détourner un ballon adverse ou rabattre dans le cercle la passe d'un équipier.

Il s'agit bien du même joueur qui s'est plié le genou gauche sur une mauvaise réception lors de la finale de Conférence face à Atlanta, le 29 juin.

Après avoir manqué les deux dernières rencontres face aux Hawks, il a finalement pris le départ de la finale, décollant pour capter une passe lobée quelques secondes seulement après le coup d'envoi.

Le triomphe du "Greek Freak", sacré meilleur joueur de la finale à 26 ans seulement, c'est celui d'un type normal, qui ne s'est jamais pris pour une star.

Jamais, malgré les récompenses individuelles qui s'accumulaient déjà, l'intérieur de 2,11 m n'a levé le pied.

"C'est un être humain encore plus fantastique que n'est le joueur", lui a rendu hommage son entraîneur, Mike Budenholzer, mardi.

Ce sacre lui suffira-t-il pour faire l'unanimité, lui qui malgré deux titres de meilleur joueur de la saison en 2019 et 2020 était jusqu'ici systématiquement relégué derrière les grandes vedettes de la ligue?

Il y a quelques heures encore, l'arrière de Portland CJ McCollum et le meneur de Brooklyn Spencer Dinwiddie suggéraient le nom de son équipier Khris Middleton comme candidat au titre de meilleur joueur de la finale, qu'Antetokounmpo dominait pourtant de la tête et des épaules.

Mardi, après la victoire des siens, le héros du jour a envoyé un message.

"Ceci devrait permettre à chaque personne, à chaque enfant de croire en ses rêves", a lancé Antetokounmpo. "Ayez foi en ce que vous faites. (...) Ne laissez personne vous dire qui vous pouvez être ou ce que vous ne pouvez pas faire."

Fils d'immigrés nigérians arrivés en Grèce en 1991, Giannis et trois de ses frères sont nés et ont grandi à Sepolia, un quartier défavorisé d'Athènes.

L'aîné Francis était lui resté au Nigeria quand ses parents ont émigré en Grèce.

Durant des années, le quotidien des Antetokounmpo a été marqué par la précarité, ponctué de petits boulots et de vente à la sauvette.

"Il y a huit ans, je ne savais pas où je trouverais mon prochain repas", a raconté le meilleur joueur de la finale, après le match. "Ma mère vendait des trucs dans la rue. Et aujourd'hui, je suis ici, assis sur le toit du monde."


5 Commentaires

  1. Auteur

    Défenseur

    il y a 4 jours (16:21 PM)
    OK tant mieux 
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 4 jours (00:34 AM)
      Mais est-ce que ça valait la peine de sacrifier le père pour ça ?
      Désormais lui et ses 2 frères sont tous champions mais...et après ?
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Deug

    il y a 4 jours (19:10 PM)
    Grand respect mec tu le mérite et tu as le droit de dire que tu es assis sur le toit du monde du basket mondial. Cela prouve que seul le travail paie et c'est pas seulement les américains qui peuvent être sur le toit . 
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 4 jours (19:45 PM)
    Oh que c'est émouvant. J'ai eu les larmes aux yeux.

    Il a bien dit : 

     

    "Ceci devrait permettre à chaque personne, à chaque enfant de croire en ses rêves", a lancé Antetokounmpo. "Ayez foi en ce que vous faites. (...) Ne laissez personne vous dire qui vous pouvez être ou ce que vous ne pouvez pas faire."

    SENEWEB mettez ces types d'articles à la UNE pour inspirer notre jeunesse qui manque de repères, de modèles......

     
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 4 jours (19:52 PM)
    Voilà un modèle à suivre, une référence qui peut motiver à se battre pour un avenir plus radieux...Les chanteurs, les lutteurs, les danseurs ne sont pas de bonnes références pour un pays ambitieux.
    {comment_ads}
    Auteur

    Idoles

    il y a 4 jours (22:00 PM)
    Des gens qui servent à rien. Footballeurs, basketteurs, acteurs, chanteurs...

     

    Des prostituées modernes qui vulgarisent tout ce qu'on leur demande comme les Jeux en ligne ou l'agenda LGBT sous peine d'être enterré et de prendre un autre à ta place.

     

    L'industrie du divertissement a été le plus grand cheval de Troie de Satan pour égarer les masses. Les rappeurs pour la violence et la fornication en plus de l'arrogance. Les footballeurs et basketteurs dans la même veine pour l'arrogance et la recherche effrénée de la célébrité et du matériel.

     

    Les gens les adorent comme avec les idoles des temps anciens. Imitant leur manière, perversion, attitudes outrancières et vulgaires...

     

    En échange de quoi ? Quand tu es malade et que tu les regardes, guéris-tu ?! Quand tu as faim ou soif et que tu les regardes, es-tu rassasié ?! Quand tu es pauvre et les regardes, deviens-tu riche ?! Quand tu es sous-eduqué et les regardes, deviens-tu plus intelligent ?!

     

    La réalité c'est l'après-mort ! Ce monde va entrer dans un nouveau cycle de graves turbulences. Revenons à l'essentiel.
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 4 jours (04:35 AM)
      Et c'est quoi l'essentiel ? Abrutir les masses pour qu'une minorité se gave ? Promettre le bonheur dans l'au-delà alors que les leaders politiques et religieux s'empressent de leur vivant à accumuler des biens terrestres ici et maintenant ? Maintenir le peuple dans la pauvreté et le manque d'éducation afin qu'il ne réfléchisse point ? Frère, si tu es sincère avec ta conscience alors tu reconnaîtras que tu as écrit pour manipuler les faibles d'esprit...et alors je te dis "Va te faire f..tre" 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email