Lundi 14 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sport

Aliou Cissé : "Pourquoi je n'ai pas convoqué Kara et Diafra"

Single Post
Aliou Cissé : "Pourquoi je n'ai pas convoqué Kara et Diafra"

Pour Madagascar-Sénégal, le 9 septembre, pour les qualifications de la Can-2019, Aliou Cissé a décidé de se passer de Kara Mbodj et Diafra Sakho, notamment.

En conférence de presse, ce vendredi, le sélectionneur national, repris par Sud Fm, a justifié ses choix : "Une équipe ne peut pas restée figée. On a joué une Coupe du monde et on a tiré les enseignements, nous partons pour une nouvelle aventure.  La convocation dans une équipe nationale est basée sur des exigences de compétitivité et de résultats."

Cissé d'ajouter : "Si un garçon comme Kara n'est pas là, c'est parce que tout simplement il n'est pas compétitif et d'autres sont là pour pallier son absence.Quid de Diafra Sakho, qui aurait tourné le dos à la sélection ?

"Le cas Diafra, je n'ai pas eu vent de sa retraite internationale et le président de la fédération Augustin Senghor non plus, n'est pas au courant de ça, signale le technicien. Pour moi, Diafra Sakho est sélectionnable. Tant qu'il est compétitif en club, les portes de l'équipe nationale lui sont ouvertes."

Au sujet d'éventuelles frictions avec l'attaquant rennais, qui n'a pas caché sa déception d'avoir peu joué au Mondial, le coach des Lions jure : "Diafra Sakho est un garçon que j'apprécie beaucoup. Cela fait deux ans qu'il n'était pas venu en équipe nationale. Je suis allé le chercher parce que je croyais en lui et je continue à croire en lui."


Article_similaires

22 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (13:31 PM)
    Toni Sylva l entraineur des gardiens est nul  :rigolo:   :rigolo:   :rigolo:   :rigolo:   :rigolo:  c est lui qui nous a imposé khadim ndiaye à la coupe du monde...on doit le le foutre dehors  :fbhang:   :fbhang:   :fbhang:   :fbhang:   :fbhang: 
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2018 (22:11 PM)
      tony a manqué de rigueur et a fait preuve de légèreté dans le choix de khadim.mendy et le jeune sy de monaco étaient plus en forme que ce vieux khadim qui a été son doublure. depuis quand le championnat guinéen est plus coté que que la série a italienne....honte a vous !
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2018 (02:34 AM)
      khadim esk amoul serigne tamitt?????
      franchement je ne comprends pas! pourquoi c'est lui qui doit garder nos buts???????
    • Auteur

      Ndoye

      En Août, 2018 (05:29 AM)
      khadim et kara etaient convoques parceque cisse a recu une pression pour selectionner ces deux parceque leurs noms porteraient chance a l'equipe.
      les commentataires n'ont meme pas ose critique khadim parcequ'il s'appelle khadim alors que khadim est la principale cause de l'elimination de l'equpe au premier tour. plus jamais de khadim , de kara , ou de tout ce qui lui resemble dans l'equipe nationale..
  2. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (14:13 PM)
    khadim a fait ce qu'il fallait.......taisez-vous...quiconque aurait encaissé les mémes buts
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2018 (14:48 PM)
      aucun des autres gardies africains présents en coupe du mode 'aurait pris les buts que khadim a pris
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (14:24 PM)
    on ne te comprends plus Aliou pour quoi alors lui convoqué à la Coupe du Monde sachant qu'il n'est pas compétitif
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (14:26 PM)
    Santy Ngom?
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (14:36 PM)
    Tendez la perche à Santy Ngom même s'il ne joue pas en club.

    C'est une valeur sûre.
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2018 (15:19 PM)
      il est titulaire santy ngom???? combien de minutes a-t-il joué cette saison, le sénégalais, il suffit juste que tu fasses un bon match contre l'uzbékistan pour qu'il fasse de toi un neymar. santy est certes un gosse avec un avenir, son problème actuel ne doit pas etre l'équipe nationale du senegal mais trouver un temps de jeu. vous avez fait de sadio mané un messi pour ensuite l'insulter durant le mondial en disant qu'il s'était monté la tete, vous etes entrain de faire la meme chose avec santy ngom.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (14:53 PM)
    Kara doit être Capitaine de l'equipe.

    Le seul lion qui ne dort pas et mouille le maillot.









     :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (14:58 PM)
    Kalidou comme capitaine :fblike: 
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (15:35 PM)
    Aliou Cissé entraineur de équipe nationale ? cela ne peut se passer qu'au Sénégal. Aliou Cissé est le coach par accident de l'histoire le plus nul des 2 derniers millénaires.

    Un vrai salaud de nul à cher avec sa coiffure de merde

    Auteur

    Deug

    En Août, 2018 (15:35 PM)
    Sur Kara là coach CISSE t'as mal communiqué

    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (16:21 PM)
    Nous partons pour un nouvel échec. Aliou cisse l'a presque dit à demi mots. Il n'est point cohérent dans ses choix. On sent une certaine rancune vis à vis de joueurs qui avaient craché la vérité au lendemain de l'élimination du Sénégal à la coupe du monde. Virez Aliou cisse au plus vite avant que l'irréparable ne se produise c-à-d une mauvaise CAN et une dislocation de l'équipe.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (16:40 PM)
    on s'en fou c toi ki devrai etre dehor! nullard
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (17:19 PM)
    Jeudi à Strasbourg, la ligue du Grand Est a réexaminé les conditions dans lesquelles le 6 mai, un joueur noir de Benfeld, club de D3, a été passé à tabac après un tombereau d'insultes racistes. Kerfalla Sissoko est ressorti de cette réunion conforté dans son sentiment d'injustice.

    Kerfalla Sissoko, joueur de football de l'équipe de Benfeld sortant de la commission de discipline du District d'Alsace de football, à la suite de l'agression dont il a été victime à Mackenheim par les joueurs et les supporters de Mackenheim, à Strasbourg, le 24 mai 2018. Photo Pascal Bastien, pour Libération.

    © Fournis par Libération Kerfalla Sissoko, joueur de football de l'équipe de Benfeld sortant de la commission de discipline du District d'Alsace de football, à la suite de l'agression dont il a été victime à Mackenheim par les joueurs et les supporters de Mackenheim, à Strasbourg, le 24 mai 2018. Photo Pascal Bastien, pour Libération.

    Il est à nouveau convoqué par les instances du foot. Kerfalla Sissoko est là, comme les autres fois, silencieux et discret. Kerfalla Sissoko, c’est ce joueur noir de l’AS Benfeld, club alsacien de D3, qui, lors d’un match à Mackenheim le 6 mai, a été menacé d’un couteau de cuisine après avoir essuyé des injures racistes. Il a ensuite été passé à tabac jusqu’à perdre connaissance sur la pelouse, son visage en porte les séquelles. Pourtant, en première instance, fin mai, la commission de discipline du District d’Alsace de football l'a sanctionné, lui et son coéquipier noir Moudi Laouali, victime également de coups. Dix matchs de suspension. Même tarif que pour deux agresseurs, joueurs de l’AS Mackenheim. Le président de la commission avait conclu : «Dans cette affaire, le racisme est accessoire.» Les sanctions avaient été confirmées en appel début juillet. Cette fois, le dossier est remonté au niveau régional. La ligue du Grand Est prend la main et va tout réexaminer.



    Car les deux clubs ont à nouveau fait appel. Le club de Benfeld veut réhabiliter ses joueurs noirs. Quant au club de Mackenheim, il conteste la suspension de terrain pour quatre matchs. Le District a privé le club de Mackenheim de sa pelouse, ayant estimé qu’il y avait eu infraction à la police du terrain et aux règles de sécurité (envahissement de la pelouse par les spectateurs qui traquent les joueurs d’origine africaine avec des couteaux). Mackenheim doit disputer les quatre prochaines rencontres en dehors d’un rayon de 30 km, sans compter l’amende de 160 euros… Le Comité directeur lui-même a fait appel des décisions prises dans cette affaire. A première vue, on s’est dit que les autorités footballistiques ont senti qu’elles étaient peut-être passées à côté de quelque chose… D’autant qu’entre-temps Libé a consacré sa une à l’affaire, en détaillant la violence extraordinaire d’un racisme ordinaire qui gangrène le foot amateur dans les patelins.



    Cette fois, le débat à la ligue du Grand Est est public. Il a lieu à Strasbourg, sur le coup de 18 heures. Plusieurs représentants d’associations qui luttent contre l’exclusion et les discriminations sont venues épauler le club de Benfeld et ses joueurs : le collectif Ubuntu, La Maison des adolescents, D’ailleurs nous sommes d’ici… Tout le monde s’engouffre dans la salle, face aux six membres blancs de la commission d’appel régional présidée par Gérard Baumann qui prévient : «C’est le dernier recours.»



    «L’arbitre n’a jamais sifflé»

    La parole est à l’AS Benfeld. Jean-Michel Dietrich, président du club, raconte la tension, ses trois joueurs noirs, et eux seulement, pris pour cible, les coups, l’arbitre qui siffle la fin à la 43e minute, Moudi Laouali piétiné, Kerfalla Sissoko «qui se fait massacrer», qui convulse, le chaos, les spectateurs partout, sa secrétaire qui appelle les secours puisque personne ne sort son téléphone… Le lendemain, il sonde l’équipe. Les joueurs blancs, qui n’ont jamais été auditionnés en tant que témoins, décrivent, comme leur coéquipiers noirs, l’ambiance de la première mi-temps : «Retourne dans ta brousse», «Sale nègre», «On n’en pas encore fini avec vous» etc. Kerfalla Sissoko confirme : «Je me faisais traiter tout le match». Question de la commission : «L’arbitre a-t-il entendu les propos racistes ?» L’arbitre n’est pas là. Donc, selon une logique qui nous échappe, on interroge Kerfalla Sissoko. «Non», répond-il. Il poursuit, explique qu’avant la curée finale, il avait déjà reçu des coups. Il est au sol, crie, l’arbitre est à côté, «il n’a jamais sifflé». La commission ne bronche pas. Kerfalla Sissoko aurait dû se plaindre à son capitaine, qui aurait fait remonter à l’arbitre. Et qu’importe si le capitaine est gardien de but et ne peut déserter sa cage à l’envi.



    Une question revient en boucle. «Quel a été l’élément déclencheur ?» La commission veut comprendre «la raison des tensions», le «pourquoi», ce qui a fait «basculer ce match sans enjeu dans la violence», imagine que «quelque chose a dû se passer en amont» parce que «d’habitude, ça monte crescendo». Ils s’interrogent sincèrement face à cette salle divisée en deux : quelques blancs d’un côté (Mackenheim), les noirs de l’autre (Benfeld et ses soutiens). Mais à aucun moment, il n’est question de couleur de peau. «Et côté gendarmerie ?» s’enquièrent les juges du foot. Aucune nouvelle des plaintes, aucune audition. Coup de théâtre, une vidéo a été versée au dossier par Mackenheim qui a fourni une clé USB. Un ado dans les tribunes a filmé. Ils visionnent, l’écran passe de main en main, ils tournent l’ordinateur, penchent la tête, n’écoutant plus que d’une oreille distraite les débats qui n’ont pas été interrompus, on entend un court brouhaha recommencé sans cesse, des rires. «Est-ce qu’on pourrait voir ?», finit par demander Kerfalla Sissoko. Réponse de la commisssion : «Inutile, on ne voit rien.» Si ce n’est qu’il y avait bien plus de quatre spectateurs à envahir le terrain comme le prétendait Mackenheim. L’ordinateur portable est replié.



    Carton rouge en pleine agonie

    Au tour de Mackenheim. La commission : «Et sur le propos raciste, vous n’avez rien entendu ?» La réponse est dans la question. «Et donc vous ne connaissez pas ceux qui sont venus avec des couteaux ?» Idem. Les dirigeants du club de Mackenheim affirment que Kerfalla Sissoko a donné le premier coup. «Je me suis défendu, ils étaient plusieurs sur moi», explique inlassablement le jeune homme. Les joueurs de Mackenheim mis en cause et convoqués ne sont pas présents. Bref, Sissoko a bel et bien porté un coup et «c’est pour ça qu’[il] a eu un carton rouge», lui explique la commission. Lui, il voudrait savoir si c’est bien légal d’avoir un carton rouge «quand on est en train de mourir». Pas de réponse. Mackenheim rebondit, «Monsieur Sissoko n’a jamais été en danger de mort.» Ils le savent bien : un membre du club est infirmier. «Donc il est intervenu», suppose un membre de la ligue. «Non», dit Mackenheim. La commission se tourne vers Kerfalla Sissoko : «Combien de temps êtes-vous resté couché sur le terrain ?» «J’étais dans les pommes… », bredouille le jeune homme. Une heure déjà que l’audience a débuté. Un membre de la commission fait part de son appréciation à Kerfalla Sissoko : «Donc, vous vous êtes fait tabasser.» Triple fracture au visage, trauma crânien, dix jours d’ITT. Le certificat est dans le dossier.



    L’AS Mackenheim est assisté d’un avocat. L’homme parle bien, longtemps. C’est son job. La maîtrise du verbe. Il rappelle qu’une procédure juridique en diffamation est engagée contre ceux qui dénoncent le racisme, avec passage en correctionnelle le 22 octobre, et il construit sa plaidoirie en prenant le contre-pied de l’enquête de Libé. «Le racisme dans le foot amateur ne peut pas être illustré par le match du 6 mai 2018», il faut distinguer «ce qui est avéré et ce qui est fantasmé» : personne n’a rien entendu du racisme. Il réclame l’indulgence de la ligue, les suspensions de terrain, c’est un coup dur pour le club de Mackenheim. La commission aimerait connaître les actions mises en place pour que les faits ne se reproduisent plus ? Ils vont «faire du relationnel avec les joueurs et supporters» (sic)…



    «Nous avons même un cimetière juif»

    Le maire de la commune, Jean-Claude Spielmann, s’est fait inviter. Le président du club de foot est son ami de trente ans. Deux jours qu’ils passent des coups de fil à d’autres communes pour trouver un terrain. Personne ne veut les accueillir, ils essuient des «réponses parfois très désobligeantes». Et s’ils trouvent, il lui faudra emmener les équipements et les employés communaux là-bas, pour s’occuper de la préparation pelouse, et ça, ça va «peser sur les finances municipales», s’émeut-il. L’élu s’indigne, l’image de sa commune a pris un coup à cause de l’affaire, alors que «Mackenheim n’est pas un terreau de racistes». La preuve, selon lui : «On est un des rares villages à accueillir une famille de Syriens et nous avons même un cimetière juif.» Puis il en profite pour rappeler à ligue qu’il a déposé une demande de financement pour refaire l’éclairage du club-house. Le président de la commission lui sourit d’un air entendu.



    La séance est levée, la décision sera rendue dans quelques jours. «Au moins, j’ai pu parler un peu plus», lâche Kerfalla Sissoko à la sortie. «Mais c’est toujours moi le fautif.» Sur le parvis de la ligue, les associations imaginent des actions conjointes pour faire reculer le racisme que l’on ne veut pas voir autour du ballon rond. Dimanche dernier, la saison a repris en Alsace. L’AS Mackenheim s’est déplacé à Ebersmunster et l’a emporté 4 à 3. Mais «l’arbitre sifflera la fin du match avant les arrêts de jeu, avant que ça ne dégénère», indique le FC Ebersmunster sur sa page web qui déplore le comportement agressif des visiteurs. L’équipe de Mackenheim, redoutée par les autres clubs pour les dérapages violents qui émaillent souvent les rencontres, a terminé la saison dernière quatrième du championnat. Et elle a obtenu de la ligue de monter en division supérieure.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (17:31 PM)
    Mec, arrêtez vos litanies. Personne n’a le temps de te lire. Ton truc c’est un article de presse ou quoi? Demande à Seneweb de te publier au lieu de polluer comme ça. Ish!
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (18:08 PM)
    Ton ego te oerdra. Kara a sa place dans le groupe.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (18:53 PM)
    Kara est le meneur de cette equipe
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (20:01 PM)
    :sunugaal:  :sunugaal:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  ordre, discipline et force ;Allez les lions  :sunugaal:  :fbhear:  :thumbsup: 
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (22:20 PM)
    Aliou Cisse Kara n'etait pas competitif tu le convoque la il est competitif tu le convoque pas Aliou Cisse toi aussi revoit ta com
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (08:17 AM)
    c'est apres la coupe du monde qu' se rappel que la selection d'un joueur est basée sur des exigences de compétitivité



    ou était la compétivité : on convoque les mediocre pendant les phases finales aprés nauvrage on revient nous parler de critéres

    pour qui on nous prend

    les phases finales ce n'est pas des vacances
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (09:14 AM)
    Parce que Mbaye niang est competitif avec sa blessure ? Aliou cissé tu as tes tête avoue le ...
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (11:20 AM)
     :joyy:  :joyy: 
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (13:10 PM)
    ALIOUNE GOORDJIGUENN CISSE,UNE GROSSE MERDE QUI FAIT SON MALIIN,DOUL A CE FAUX RASTA DE PACOTILLE
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2018 (21:38 PM)
    Cissé un petit entraîneur

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR