Mardi 23 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Procès sur le scandale à la grande mosquée de Dakar : Les notables encourent six mois de prison

Single Post
Procès sur le scandale à la grande mosquée de Dakar : Les notables encourent six mois de prison
Il aura fallu deux jours pour laver le linge sale de la grande mosquée de Dakar. Ainsi, la controverse entretenue, depuis trois ans, autour de la gestion du centre commercial Maodo Sylla sera définitivement éclairée, le 27 avril 2010. Mais à l'issue du procès pour détournement de frais locatifs portant sur 112 millions de francs Cfa, les notables risquent six mois de séjour carcéral.

Les trois notables de la Grande mosquée de Dakar ont été jugés, au terme d'un procès qui a pris deux jours. L'audience, qui s'est ouverte mardi dernier, a été interrompue le même jour, précisément à minuit et demi, pour être reprise le lendemain. Ainsi, le directeur de l'Institut islamique, El Hadj Oumar Guèye âgé de 84 ans, l'ancien secrétaire général de la grande mosquée, Oumar Diène (54 ans, prothésiste dentaire domicilié à la Rue Dial Diop) et le promoteur Amadou Ly (50 ans, domicilié à Ouakam) ont été assignés en justice, pour détournement de frais locatifs du centre commercial Maodo Sylla. Le montant se chiffre à 112 millions F cfa. Les trois mis en cause sont poursuivis, par le ministère public, pour les délits d'escroquerie, d'abus de confiance, de faux et usage de faux et de complicité de ces trois chefs d'inculpation. Depuis le début du contentieux, le juge a désigné le nommé Tanor Mbaye en qualité de séquestre chargé de récupérer les frais locatifs ; le temps que le litige latent soit résolu. Ce, en remplacement de l'actuel secrétaire général Abdoulaye Diagne. C'est dans ces circonstances que la consignation des loyers a été ordonnée.

La machine judiciaire a été déclenchée lorsque le promoteur immobilier Thierno Dramé a saisi le procureur d'une plainte, le 20 novembre 2007. En effet, le plaignant déclare avoir financé la construction des magasins à hauteur de 33 millions Fcfa, en 2003. C'était au moment où les gestionnaires ont eu des difficultés financières pour poursuivre le chantier. Les 30 millions devraient échoir à la Grande mosquée et le reliquat lui revenant, à titre de commission. En 2007, l'ancien secrétaire général Oumar Diène réclame au sieur Dramé sa part des locations, car les commerçants lui versaient les frais de location, si l'on en croit le mis en cause. Ce que ce dernier a refusé, avant de s'en ouvrir à l'Imam ratib, El Hadj Alioune Moussa Samb, qui lui faisait remarquer son étonnement, car n'ayant jamais reçu aucun sou du nommé Oumar Diène. Les plaignants, qui déclarent avoir investi dans les cantines, ont pour noms Amydou Ndiaye, Oumar Ibrahima Dia, Amadou Ly ‘Amada’, Mamadou Makhfouz Ly, entre autres. Si les uns soutiennent avoir versé un million 100 mille francs par mois pour chaque magasin construit ; d'autres, par contre, affirment avoir intégré le projet d'édification du centre commercial, par le canal du Groupement d’intérêt économique (Gie) Galoya.

D’après le réquisitoire du procureur, les prévenus Oumar Diène et Amadou Ly risquent un an de prison, dont six mois ferme. Tandis que l'octogénaire El Hadj Oumar Guèye, vu son âge avancé et son état de santé grabataire, encourt une peine assortie de sursis. Le collectif des avocats pour la défense des prévenus (Mes Ibrahima Mbengue, Moustapha Ndoye, Ibrahima Diaw, Gaël Bâ, Youssoupha Camara) ont tous plaidé la relaxe pure et simple de l'ensemble des trois notables. La controverse, entretenue autour de la gestion des revenus locatifs du centre commercial El Hadj Maodo Sylla, sera définitivement éclairée à la date du 27 avril prochain.

Les sieurs Oumar Diène et Amadou Ly ont été déférés au parquet de Dakar et placés sous mandat de dépôt, le 9 avril 2008, avant de bénéficier d’une liberté provisoire, à la date du 13 juin de la même année. L'autre prévenu a toujours été sous contrôle judiciaire.

GESTION DES FONDS DU CENTRE COMMERCIAL : Amadou Ly se prévaut du titre de promoteur authentique

A l'interrogatoire, le sieur Amadou Ly soutient être le seul attributaire du contrat de bail qu'ils ont signé, lui et El Hadj Oumar Guèye, avec la direction de l'Institut islamique, en 2004. Ce qui fait de lui l'unique promoteur devant percevoir 75 % des revenus locatifs générés par le centre commercial : ‘Nous avons signé le protocole le 28 juillet 2001 et le contrat de bail en 2004, dans le cadre d'un co-partenariat avec l'association pour la rénovation de la grande mosquée. Le Gie Galoya avancé par les plaignants n'y est pour rien. Etant le promoteur authentique, j'ai désigné le secrétaire général d'alors, Oumar Diène, pour récupérer les frais locatifs’.

Interpellé à son tour, l'ancien secrétaire général, Oumar Diène, a reconnu avoir reçu les 33 millions des mains de Thierno Dramé. Toutefois, il précise que cet argent a été dépensé pour les besoins de la réalisation de certaines œuvres de dallage, de la clôture du mur d'enceinte, de l'abonnement en eau pour la Grande mosquée, du paiement de l'architecte qui avait conçu le centre commercial, entre autres. Il précise aussi que les loyers de juillet 2003 à août 2007 ont été dépensés pour le fonctionnement de la Grande mosquée. Le mis en cause a catégoriquement refusé avoir empoché les 112 millions.Quant au troisième notable, l'octogénaire El Hadj Oumar Guèye, par ailleurs directeur de l'Institut islamique, a indiqué qu'il n'a jamais été au courant de la signature du protocole d'accord.

EL HADJ ALIOUNE MOUSSA SAMB (IMAM RATIB) : ‘Le site de la mosquée appartient aux Lébous’

L'imam ratib de la grande mosquée de Dakar, El Hadj Alioune Moussa Samb, a défilé hier à la barre en qualité de témoin. D'emblée, il soulignera que le site abritant le lieu de culte est un patrimoine de la collectivité Léboue : ‘Le site de la Grande mosquée était le cimetière de nos ancêtres.

J'ai été élu Imam ratib par l'assemblée des Lébous. L'Etat n'a rien à voir dans la gestion des affaires de la mosquée’. Relativement au quote-part de 20% dont la mosquée devait bénéficier des revenus locatifs, l'Imam ratib précisera : ‘Depuis ma nomination jusqu'en 2007, la Grande mosquée de Dakar ne vivait que des bienfaits de certains mécènes. Lorsque j'ai entrepris des investigations relatives à l'impact financier du centre commercial sur le lieu de culte, qui l'abrite, grande a été ma surprise de me voir édifié sur le fait que 20 % des revenus locatifs devraient échoir à la mosquée’. Jusqu'en mai 2007, la grande mosquée n'a perçu aucun revenu locatif ; alors que les occupants des magasins du centre commercial versaient régulièrement leurs loyers au sieur Oumar Diène qui avait créé, pour son compte, une agence immobilière’.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email