Jeudi 22 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Persistance de la pénurie d’eau : Le comité ad hoc des partis politiques à Paris demande « l’ouverture d’une instruction pour manquements graves, négligence coupable et mise en danger de la vie d’autrui »

Single Post
Persistance de la pénurie d’eau : Le comité ad hoc des partis politiques à Paris demande « l’ouverture d’une instruction pour manquements graves, négligence coupable et mise en danger de la vie d’autrui »

A l’initiative du MSU France, un comité ad hoc, composé de divers partis politiques (MSU France, Bokk Gis Gis, …….) s’est réuni  le 28 septembre 2013 à Paris. Un ordre du jour exclusivement axé sur la pénurie d’eau qui affecte actuellement plusieurs quartiers de Dakar, et sur ses répercussions en termes de santé publique.


Après avoir recueilli le point de vue de l’ensemble des participants sur la situation et son impact pour les populations, le Comité ad hoc a acté une convergence de vue sur les éléments ci-dessus.


Le Comité ad hoc manifeste sa solidarité entière au peuple sénégalais, « face à ce drame qu’il supporte durement mais dans la dignité ». Il soutient toutes les actions et initiatives de solidarité visant à soulager les populations, et, pour ce faire, demande que dans chaque quartier touché « soit mis en place un comité de veille 24h/ 24, pour permettre la mise en œuvre d’un dispositif d’acheminement de l’eau dans ses zones, en cas de besoin ».


Par ailleurs le comité ad hoc demande au gouvernement « d’agir, et de mettre en œuvre tous les moyens possibles, si nécessaire, solliciter l’aide internationale pour assurer la fourniture et l’approvisionnement correct des populations en eau ». Il dit exiger par la même occasion « le limogeage immédiat du ministre de l’Hydraulique, du directeur de la Sones ainsi que le départ sans conditions du directeur de la  SDE ».


Non sans rappeler que « le fait de disposer de l’eau est un droit fondamental, inaliénable pour tout être humain, et constitue un droit humain reconnu par les Nations Unies », le comité ad hoc demande « l’ouverture d’une instruction pour manquements graves, négligence coupable et mise en danger de la vie d’autrui ».


Enfin, le Comité ad hoc « se réserve la possibilité de saisir les ONG, les organismes des droits de l’homme et d’ester en justice pour poursuivre tous ceux qui, de près ou de loin, sont responsables du calvaire vécu par les populations, calvaire assimilé à un crime ».



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email