Dimanche 26 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

[ Portrait ] Mame Khalifa NIASSE : Un soufi multidimensionnel passionné de belles lettres

Single Post
[ Portrait ] Mame Khalifa NIASSE : Un soufi multidimensionnel passionné de belles lettres

Quand on parle des figures marquantes de l’Islam au Sénégal, très peu font cas de Mame Khalifa Niasse Ibn Abdoulaye. Pourtant, ses écrits dont plus de 250 manuscrits de haute facture littéraire, font de lui l’un des chefs religieux les plus distingués par sa production scientifique. D’ailleurs, en 2002, un jury a reconnu ses mérites en lui décernant à titre posthume la distinction de ‘meilleur poète de la geste du prophète Mouhamed (Psl)’.C’était au Maroc.

Mame Khalifa est un pur produit du daara de son père. En effet, c’est auprès de lui qu’il a débuté et parfait toute sa formation coranique. Au point que son histoire est intimement liée à celle de son père dont il sera le premier khalife. Fils aîné d’El Hadji Abdoulaye Niasse et d’Aminata Thiam, Mame Khalifa Niasse est né un vendredi 29 juillet, deuxième jour du Ramadan à l’an 1879 du calendrier grégorien, correspondant à 1288 de l’égire, à Sélick, dans l’arrondissement de Ndoffane, département de Kaolack. Mouhamed Niasse de son vrai nom, est plus connu sous le nom de Mame khalifa. Il compte d’ailleurs une dizaine d’autres noms qui vantent toutes ses qualités et sa compétence.

Il accède au khalifat après la disparition de son père en 1922. A son avènement au magistère, il introduit des innovations dont la grande Ziarra annuelle célébrée, à l’époque, trois jours durant. Très vite, sa réputation d’érudit a dépassé les frontières de son Saloum natal et du Sénégal. Ces écrits dont plus de 250 manuscrits font de lui l’un des chefs religieux musulmans les plus distingués par sa production littéraire. D’ailleurs, il a été primé à titre posthume comme l’un des meilleurs poètes musulmans de sa génération en 2002 au Maroc.

Son père El Hadj Abdoulaye Niasse raconte que, le jour de son baptême, El Hadji Mouhamed a vu le Prophète Mouhamed (Psl). A l’âge de 10 ans, il entama la quête des sciences religieuses, la jurisprudence islamique, la rhétorique, la grammaire, la tradition prophétique, le commentaire du Coran, la logique, les figures de style, la sagesse et autres sciences comme la chimie, l’histoire prophétique. Son père glorifia les choses qu’il acquiert de son maître Seydina Ahmed Tidiani.

El Hadji Abdoulaye Niasse lui-même a obtenu diverses révélations divines et d’arcanes authentiques, notamment l’Etat suprême de la Tariqha Tidjane et d’autres secrets implantés dans sa swiyya où tout disciple ou pèlerin qui fait une des cinq prières sera assurément accepté par le miséricordieux. Le fils d’Aminata Thiam consacra toute sa vie à l’éloge du Prophète Mohamed (Psl) et son maître Cheikh Ahmed Tidiane Chérif (Ra) par amour qu’il éprouvait pour eux de sa naissance jusqu’à sa randonnée. Il détiendra en lui toutes les sciences et arcanes à l’âge de 18 ans où il se lança dans la voie du soufisme en prenant de son père la Tariqha tidjane. Naturellement, Mame Khalifa s’inspira et demanda à son père de surseoir afin qu’il puisse s’engager pour illuminer ce dont qu’il a voulu éclairer. Quelque part dans ses poèmes, il chante, par écrit, ce moment inoubliable où il reçut la grâce divine.

De retour de Fez au Maroc, Mame Khalifa et son maître passèrent à Tivaouane auprès de leur confrère Sidy El Hadj Malick Sy en lui apportant son Ljaza Tlaqh (Etat suprême de la confrérie Ridjane) qu’il avait suggéré auprès de Sidy Mahmoud Khalif de Sidy Ahmed Tidiani. Ce retour de son confrère et l’apport de son Ljaza, Sidy Elhadj Malick l’a manifesté pour une prose symbolique. Au même moment, El Hadj Abdoulaye Niasse ordonna à son fils aîné Khalifa de préparer un poème magnifiant notamment les hautes qualités et vertus de Cheikh Sidy El Hadi Malick Sy.

A cette occasion, Cheikh El Hadj Malick Sy avait confié à El Hadj Abdoulaye Niasse ces trois préférences : son université, sa famille et le lieu de culte pour qu’il puisse aller voir le gouverneur Blanchot. C’était pour qu’il puisse retrouver ses terres au Sénégal, autrement dit s’installer à Kaolack.

D’ailleurs, l’on raconte que, l’autorité coloniale qui voulait avoir un œil sur El Hadji Abdoulaye Niassse, l’avait poussé à s’installer à kaolack, notamment au quartier Léona, le centre-ville. Ainsi, le saint homme avait alterné sa vie entre ses champs de Kossy et sa résidence de Kaolack. L’histoire retient que El Hadj Malick Sy de Tivaouane et El Hadj Abdoulaye Niasse sont les deux congénères de leur époque à effectuer un pèlerinage aux lieux saints de l’islam. Ses correspondances avec Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké sont également connues de tous.

Après près de vingt ans passés au khalifat, Mame Khalifa Niasse est rappelé à Dieu en juillet 1959 à Kaolack. Il repose depuis lors dans son mausolée construit dans la grande mosquée de Léona Niassène à côté de son père El Hadji Abdoulaye. Plusieurs fidèles y passent quotidiennement pour se recueillir.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email