Mercredi 06 Décembre, 2023 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

CHERETE DES MEDICAMENTS: Quand les hôpitaux privent les malades de soins

Single Post
CHERETE DES MEDICAMENTS: Quand les hôpitaux privent les malades de soins

Existe-t-il un système de contrôle de vente des médicaments génériques au Sénégal ? Une anarchie règne au plan commercial dans ce domaine. Face à ces dysfonctionnements au détriment des malades qui réclament des médicaments à moindre coût, le Directeur général de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) interpellé par les diabétiques dégage en touche. Il a pointé plutôt le doigt accusateur sur les hôpitaux et districts sanitaires qui créent, dit-il, des bénéfices énormes sur les populations.

300 millions de F.Cfa. C’est la subvention de l’Etat pour le traitement des maladies chroniques. Des pathologies dont la prise en charge est coûteuse surtout pour les malades les plus démunis. Pourtant les malades diabétiques sont très remontés contre la cherté des médicaments génériques vendus dans les structures sanitaires. Ils ont tenu à se faire entendre au directeur général de la Pharmarcie nationale (Pna) Papa Birama Ndiaye, à son staff et des députés de l’Assemblée nationale invités à cette rencontre organisée au Centre Mark Sankalé structure de référence par, l’Association sénégalaise de soutien et d’assistance aux diabétiques (Assad) dont le thème était « la politique du médicament au Sénégal. L’exemple des anti-diabétiques oraux ».

Le Directeur général de la Pna, conscient des difficultés croissantes, en réponse n’a pas été tendre avec les hôpitaux et les districts sanitaires qui s’approvisionnent en médicaments à son niveau pour les distiller dans les centres et postes de santé jusqu’au niveau des cases de soins. Il a soutenu qu’entre la Pna et les structures sanitaires, c’est une cascade de prix qui est constatée dans la vente. Une marge et le déficit de réglementation qui rendent les produits chers pour le malade. Le directeur de poursuivre que la marge de bénéfice ne doit pas dépasser 50 % entre la Pna et le malade alors qu’on trouve dans les structures sanitaires des produits dont la marge est triplée’ . Il a aussi ajouté que les prix des médicaments sont abordables et doivent être accessible aux malades.

Le directeur général a soutenu par ailleurs que la Pna avec son statut fonctionne avec ses fonds propres. En dépit des taxes de l’Uemoa et de la Cedeao, qui sont de l’ordre de 2,5 % payés à la douane, certains de leurs produits qui n’ont pas de marges bénéficiaires sont vendus à perte. Il a en outre dénoncé que ses clients qui sont en particulier les hôpitaux et les districts sanitaires ne font pas des commandes de médicaments génériques pour les malades du diabète.

Le directeur de la Pna a démontré que pour le diabète de type 2 dont le traitement est allié avec l’hygiène alimentaire ou l’exercice physique pour se soulager, les malades peuvent aussi recourir aux anti-diabétiques oraux qu’ils disposent dans leurs rayons. Des médicaments qu’il juge accessibles financièrement et peu connus du grand public notamment à leurs partenaires.
Le directeur de la Pna a annoncé au cours des débats que des nouveaux appareils de tests rapides de diabétiques pour mieux contrôler leur hygiène de vie et de glycémie sont sur le marché à moindre coût.

Pour soutenir les diabétiques, il a promis d’approvisionner en médicaments génériques la pharmacie du centre Mark Sankalé. Une proposition qui a été bien accueillie par les diabétiques. Ce qui a réjoui les malades et permis au secrétaire général de l’Assad, Baye Omar Guèye d’annoncer que les médicaments seront vendus aux prix de la Pna où aucune marge ne se fera.

El Hadji Malick Ndiaye, médecin chef de l’Institut du district social de Dakar-sud interrogé sur les accusations du directeur général de la Pna a confirmé que « des structures sanitaires ajoutent des marges bénéficiaires sur les médicaments génériques ». Mais au niveau de leur district, « il veille à respecter les marges de 15 % entre les Prix de la Pna et les structures sanitaires ». Il a d’ailleurs suggéré que le ministère de la santé et de la Prévention devrait créer une brigade d’inspection sur les produits que la Pna met sur le marché. Des médicaments qu’ils jugent efficaces où 90 % de leurs malades sont soignés avant de proposer la formation des médecins de ces médicaments génériques.

Pour sa part, le député Abdoulaye Bâ de l’Afp a déclaré qu’il va saisir l’Assemblée nationale pour demander la gratuité des médicaments diabétiques et de l’augmentation de la subvention des maladies chroniques qu’il estime dérisoire. Tout comme Maguette Thiam du Pit compte saisir le leader de son parti sur la problématique des diabétiques.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email