Vendredi 21 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

REDUCTION DU MANDAT PRESIDENTIEL EN COURS MACKY SALL, A L’EPREUVE DE L’APR

Single Post
Macky Sall, president de la Republique du Senegal (photo archive)

Décidément, l’engagement à réduire le mandat présidentiel de 07 à 05 années ne sera pas une épreuve de tout repos pour le président de la République et chef de file de l’Alliance pour la République (Apr). Et pour cause, alors que l’opposition et la société civile militent ouvertement pour le référendum devant non seulement ramener le quinquennat, mais encore l’appliquer au mandat en cours, la famille politique du Président plaide, urbi et orbi, pour que Macky Sall aille jusqu’au bout de son septennat et du mandat en cours. Contre l’avis du patron du parti ! Comme si l’Apr était une éternelle armée mexicaine !

Au centre du débat politique actuel, objet de polémique et de controverse, la réduction du mandat présidentiel de 07 à 05 ans aura été moulinée à toutes les sauces par les acteurs politiques, les spécialistes du droit comme les membres de la société civile sénégalaise. Au sein du parti au pouvoir (l’Apr), elle prend de plus en plus des allures de «rébellion» contre le chef de file et chef de l’État, au fur et à mesure qu’on se rapproche des échéances du calendrier républicain. Comme une immense armée mexicaine sans chef, le parti présidentiel s’englue de plus en plus dans le rejet de l’engagement de son leader, Macky Sall, à réduire le mandat présidentiel et son septennat en cours. 

Du ministre d’État Mbaye Ndiaye au vice-président de l‘Assemblée nationale Moustapha Cissé Lô, en passant par le secrétaire d’État Youssou Touré, le 1er questeur de l’Assemblée Daouda Dia, le député Farba Ngom entre autres, tous jouent leur partition dans cette pression exercée sur le patron du parti au pouvoir. Quand ils ne passent par des voies détournées comme l’ex-Pm Aminata Touré ou le président du groupe parlementaire de la majorité Moustapha Diakhaté pour appeler au respect de l’Avis du Conseil constitutionnel, surtout s’il se prononce pour la non-rétroactivité de la loi sur le...mandat en cours.

Pour l’ancien ministre de l’Intérieur, aujourd’hui ministre d’État sans portefeuille, « La réduction du mandat du Président est impossible». Se prononçant en effet sur la question, devant la presse, il est resté formel sur la question. Pour lui, la Constitution est tout simplement au-dessus de la parole de Macky Sall. « Il est vrai que Macky Sall avait dit qu’il allait réduire son mandat de 7 à 5 ans, mais il a aussi prêté serment sur la Constitution. Entre la parole de Macky Sall et la loi constitutionnelle, tout le monde sait que la Constitution est au-dessus de toute loi ». Par conséquent, a-t-il argué, « il est impossible de réduire le mandat si l’on suit la logique constitutionnelle ». 

Ramant dans la même mouvance, le deuxième vice-président de l‘Assemblée nationale n’avait pas usé de gants pour réfuter l’engagement du Président. Dans son style propre, Moustapha Cissé Lô n’a cessé d’inviter Macky Sall à aller jusqu’au bout du septennat pour lequel in a été élu, en 2012, par les suffragants sénégalais. Quitte à faire du « wax waxeet » ! Qui plus est, se prononçant sur le débat autour de l’avis contraignant ou non du Conseil constitutionnel sur la réduction du mandat, Cissé Lô avait tout simplement « instruit » les Cinq Sages de déclarer la loi non rétroactive sur le mandat en cours. Une façon de mettre davantage la pression pour que le maître du jeu et chef de l’État ne remette son mandat en compétition qu’en…2019. 

YOUSSOU TOURE, DAOUDA DIA, FARBA NGOM … DANS LA MÊLÉE

Ils sont cependant légion, ces responsables au sein de l’Apr, à militer pour l’achèvement du mandat de 07 ans en cours, même s’ils n’occupent pas les devants de la scène médiatique. Au contraire du secrétaire d’État responsable de l’Alphabétisation et des langues nationales, ancien patron du réseau des enseignants de l’Apr. Foncièrement contre la réduction du mandat présidentiel, Youssou Touré est lui aussi convaincu qu’un tel acte violerait la Charte fondamentale. « L’appliquer en l’état serait violer la Constitution. Il faut faire la part des choses entre la volonté politique du Président et les limites de la loi. Personne n’est au-dessus de la Constitution. Donc, il appartient aux constitutionnalistes d’éclairer notre lanterne sur la question en nous édifiant sur l’applicabilité ou non de cette réduction au présent mandat. Le cas échéant, nous nous plions à cette décision, qui est une première mondiale. En tout état de cause, nous devons veiller à ce que l’esprit et la lettre de la Constitution soient respectés », déclarait-il devant la presse. 

Que dire par ailleurs du député Farba Ngom et du 1er Questeur de l’Assemblée Nationale Daouda Dia, par ailleurs partisans de la première heure de Macky Sall dans sa quête du pouvoir. Alors que le premier s’engageait publiquement à mobiliser les populations pour dire non au référendum sur la réduction du mandat présidentiel, le second a fait part hier seulement, à un site en ligne, de son opposition contre la volonté de Macky Sall d’écourter son mandat en cours au nom d’une quelconque promesse électorale. Arguant de la justesse des actions du chef de l’État, dans les terroirs et au bénéfice des populations, il avait affirmé sans ambages : «Ce n’est donc pas nous qui allons demander au Président de réduire son mandat ».

AFICIONADOS DE L’AVIS DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL 

La volonté de voir Macky Sall boucler son mandat en cours n’est pas seulement supportée par les responsables apéristes ci-haut cités. D’autres, de manière plus subtile, semblent également militer pour que le Président se représente en 2019, sans faire du « wax waxeet ». Ainsi en est-il du président du groupe parlementaire de la majorité Bennoo Bokk Yaakaar (Bby). Intervenant dans la polémique soulevée par le Pr Ismaila Madior Fall, le Pr Babacar Guèye et cie sur le caractère contraignant ou simplement consultatif de l’avis du Conseil constitutionnel, après l’annonce de sa saisine par le chef de l’État conformément à l’article 51 de la Constitution, Moustapha Diakhaté avait plaidé pour le respect de la décision des Cinq Sages, quelle qu’elle soit. Contre l’avis des juristes, le patron de la majorité parlementaire avait voté pour que Macky Sall se lie à l’avis de la haute juridiction, sans réserve. Les observateurs auront tôt fait de déceler dans cette position de Moustapha Diakhaté un moyen détourné d’inciter le Président à aller au bout de son septennat. Surtout, si les Cinq Sages décrètent la non-rétroactivité de toute loi votée en référendum, sur le mandat en cours. En gros, sut le septennat pour lequel Macky Sall a été élu président de la République en mars 2012, par 65, 68% des votants.   

But not least, l’ancien Premier ministre Aminata Touré n’a pas ramé à contre-courant. Aux premières heures du discours de Nouvel An du chef de l’État et de la polémique sur l’avis du Conseil constitutionnel, la théoricienne du Yoonu Yokkuté et ex-Garde des Sceaux s’était transformée en véritable rempart du respect sans restrictive de l’avis des Cinq Sages. «Le Conseil constitutionnel indiquera au Président la démarche à suivre», avait-elle fait remarquer. Quoiqu’elle ait clairement établi ailleurs que «Les mandats de 7 ans ne correspondent plus à la dynamique des démocraties modernes».

Ces diverses postures de responsables apéristes, bien que non exhaustives du bouillonnement intérieur du parti présidentiel sur la question de la réduction du mandat en cours, montrent à quel point Macky Sall est loin d’avoir gagné la bataille au sein de son propre parti. Un parti qui ne semble pas prêt de se délester de deux années de pouvoir pour les beaux yeux du Prince. Et de là à postuler à une sorte de vote-sanction contre le projet de réduction du mandat, il n’y a qu’un pas que certains esprits franchisent aisément !


liiiiiiiaffaire_de_malade

14 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (15:08 PM)
    Un problème dans ton foyer?Une relation compliquée?Un petit problème de santé?Conflit familialTu n'as personne à qui te confier? Viens nous en parler anonymement on te conseillera sur toutgalsen.com
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2016 (15:34 PM)
      yalla téré !!! niet, niet et niet ...

      nous nous confions à allah, seigneur des mondes et seulement à lui.
      " iyyaka na budu wa iyyaka nastaiine
      (" c'est toi seul que nous adorons; et c'est toi seul que nous implorons"). s.1 v.5
  2. Auteur

    Bassir10

    En Janvier, 2016 (15:33 PM)
    Tous ceux qui s'opposent aujourd'hui à la réduction de son mandat ont pourtant chauffé l'applaudimètre quand ce dernier faisait sa promesse. Tout ceci pour dire qu'une seule chose compte pour ces arrivistes, leur ventre. Si Macky les consulte sur un projet consistant à faire trois mandats, leur réponse sera sans doute un OUI retentissant.

    Maintenant, c'est à Macky d'écouter la volonté populaire. Sinon, il va le regretter amèrement et ses sbires qui veulent qu'il s'éternise au pouvoir dans le but de conserver leurs privilèges (gagner bien leur vie sans rien faire) ne lui seront d'aucune aide. Pour rien au monde il ne doit insulter la mémoire de ces braves gens qui ont perdu la vie pour que rayonne à jamais l'esprit démocratique dans notre chère nation.

    Plus, il sème le doute, plus il incite les gens à se dire qu'il sonde l'opinion, ce qui veut dire qu'il n'est pas du tout sincère dans sa promesse.. La suite n'augurera de rien de reluisant pour lui et son parti. Le peuple, le dépositaire du pouvoir agira!



    Bassir10: ancien détenu de Reubeuss qui a nuitamment entendu l'avocat du pds dont je tairai le nom, gémir "woy! woy! sama ndèye" quand les rats et les souris de la prison lui ont pincé les fesses. Djinakh xamoul loi wala alinéa

     :contaan: 
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2016 (15:48 PM)
      moko waaxon, nako deff goor Ça wax ja "
      conférence de presse du candidat macky sall
      29 février 2012 hôtel terroubi, dakar
      plus qu'une promesse électorale, mais un engagement électorale
      après avoir remercié les sénégalais qui ont voté pour lui et tout le peuple sénégalais qui a fait preuve d'une grande maturité, il a annoncé des réformes de fond au cas où il sera élu. la plus importante est certainement son engagement à réduire son mandat à 5 ans (il est actuellement à 7), en conformité avec la réforme constitutionnelle qu'il compte entreprendre pour ce qui concerne le nombre et la durée du mandat présidentiel. ainsi, le mandat sera réduit à 5 ans et le nombre de mandats présidentiels réduit à 2. chose importante, il compte faire en sorte que ces dispositions ne puissent pas être révisées. autre point important, c'est la réforme du fameux conseil constitutionnel dont le nombre des membres, actuellement à 5, sera porté à 7 : 3 seront élus par le président de la république, 1 par la mouvance présidentielle parlementaire, 1 par l'opposition parlementaire et les 2 restants par les magistrats eux-mêmes. macky n'a pas manqué de réaffirmer son ancrage dans le mouvement du 23 juin et d'appeler tous ses membres, en citant nommément tous les candidats malheureux, dont il compte sur le soutien pour parachever le travail entamé. il a même laissé entrevoir qu'il ne compte pas procéder à une gestion solitaire du pouvoir, ce qui semble augurer d'un gouvernement d'ouverture.
      paris, le 18 avril 2012
      conférence de presse nicolas sarkozy et macky sall
      palais de l'elysée
      la france et le sénégal ont signé mercredi 18 avril un nouvel accord de défense ainsi qu'une convention de prêt, de paris à dakar, d'un montant de 130 millions d'euros (soit 85.274 milliards de fcfa), un vrai ballon d'oxygène. c'est à l'issue d'un déjeuner à l'elysée entre nicolas sarkozy et le nouveau président sénégalais macky sall, en première visite officielle en france, que ces accords ont été conclus. une première tranche de 50 millions d'euros (32.797 milliards de fcfa) de l'aide allouée sera débloquée dès la fin juin.
      durant la conférence de presse qui a suivi le déjeuner, le président macky sall a réitéré son engagement à réduire le mandat présidentiel de 7 à 5 ans, un engagement électoral auquel il tient.
      " je me suis engagé à reduire le mandat présidentiel de 7 à 5 ans, je le ferai " macky sall.
      " je salue la grandeur du prèsident macky sall pour son engagement à réduire son mandat de 7 ans à 5 ans "
      nicolas sarkozy.
      paris, le 3 mars 2013
      macky sall sur le mandat présidentiel : « ce sera par référendum ou un vote à l’assemblée nationale »
      « c’était un choix personnel de baisser la durée de mon mandat présidentiel. j’ai été élu pour un septennat (7 ans). j’ai engagé les réformes à travers une commission de réflexion sur la constitution que j’ai confiée au président ahmadou makhtar mbow. cette commission me soumettra ses propositions parmi lesquelles la première mesure sera la réduction du mandat en cours de 7 à 5 ans. ce sera fait soit par référendum le moment venu, soit par un vote à l’assemblee nationale.
      dakar 27 juin 2013
      durant la visite du président barack obama au sénégal, venu plaider pour le renforcement de la démocratie et l'état de droit , le président macky sall a réitéré son engagement de réduire son mandat de 7 à 5 ans.
      dans son discours devant les juges de la cour suprême, barack obama a également défendu les droits universels. il a indiqué qu'il revenait aux juges d'établir la justice et l'équité pour les femmes, les enfants, les pauvres, les victimes de discriminations, de violences et d'injustice. ce propos rejoignait celui, tenu plus tôt dans la matinée, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue sénégalais, macky sa
      devant les juges de la cour suprême, barack obama a souligné qu'une démocratie, pour être forte, a besoin d'«un pouvoir judiciaire fort, indépendant de la sphère politique, et qui travaille dans la transparence et sans pression injustifiée». «les sociétés sont plus fortes et plus stables quand elles reposent sur un État de droit» et «quand les citoyens savent que leurs droits seront protégés de l'arbitraire», a plaidé le président américain, qui a affirmé sa confiance en l'avenir de l'afrique. «je crois que le continent vit un moment de grandes promesses», a-t-il répété.
      paris 25 février 2014 devant le groupe consultatif
      la réforme institutionnelle visant à ramener de sept à cinq ans le mandat présidentiel, renouvelable une seule fois, "sera d'application immédiate", a affirmé, lundi à paris, le chef de l'etat sénégalais, macky sall.
      cette réforme ramènera à cinq ans, renouvelables une seule fois, le mandat de sept ans pour lequel j'ai été élu. elle sera d'application immédiate'', a-t-il déclaré à l'ouverture du groupe consultatif 2014 pour le sénégal, réunissant le pays, ses bailleurs et partenaires techniques et financiers (ptf).
      Élu président de la république le 25 mars 2012, m. sall a rappelé à cette occasion sa volonté de promouvoir, ''autant dans les textes que par les actes, une meilleure gouvernance politique, administrative et financière de notre pays''.
      " moko waaxon, nako deff goor Ça wax ja "
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2016 (17:14 PM)
      ha wack wakate c est bizarre ce qui on denoncer le wackh wachate de wade prenne la responsabiliter de perdre le pouvoire dieu merçi
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (15:33 PM)
    Yalla téré !!! Niet, niet et niet ...



    Nous nous confions à Allah, Seigneur des mondes et seulement à Lui.

    " iyyaka na budu wa iyyaka nastaiine

    (" C'est Toi seul que nous adorons; et c'est Toi seul que nous implorons"). S.1 V.5
    Auteur

    Un Sympathisant De L'apr

    En Janvier, 2016 (15:47 PM)
    La meilleure manière de discréditer Macky Sall, pour l'APR sera d'aller au référendum en ordre dispersé!! Ce serait incohérent et irresponsable de la part de ce parti à moins qu'on ne veuille faire passer nécessité par vertu c'est à dire le manque de cohésion et de cohérence pour de la démocratie...interne!!

    Les responsables de l'APR apparaîtraient comme des comédiens et Macky comme quelqu'un de mèche avec son parti, pour se soustraire de son engagement sans perdre la face; si le non l'emporte au référendum.

    Si le oui l'emporte avec une parti de l'APR ayant fait campagne pour le non, ce parti laissera l'image d'une organisation incohérente et désunie qui entamera dangereusement la confiance des sénégalais!!

    Comment pourra t-il en tant que parti au pouvoir inviter leurs compatriotes à l'union et à la cohésion ???

    Dans tous les cas de figure, si une partie de l'apr vote contre son chef, ce parti Fera preuve d'un manque de sérieux qui risque de le pénaliser lourdement lors des élections à venir.

    Si on veut diriger un peuple, on fait montre de cohérence et de responsabilité pour mériter la confiance de ses compatriotes!

    La schizophrénie est une pathologie mortelle pour les partis politiques. Et tirant à hue et à dia la charette, elle risque de s'embourber!!!

    Il ne faut pas laisser ce parti aux mains des analphabètes et des fous. Trop dangereux pour les sénégalais!!
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (15:49 PM)
    Chers sénégalais, vous prêchaient dans le désert.il faut attendre l'avis du conseil constitutionnel qui surement se prononcera sur le respect de la constitution. comme nul n'est au dessus de la loi vous serez alors tenus de respecter cette décision.Rendez vous à 2019.
    Auteur

    Jobert

    En Janvier, 2016 (15:52 PM)
    Si je gagne les élections je ferai mettre Abdoulaye Wade en prison. C'est dommage que Macky n'ait pas fait cette promesse. Ou alors celle-ci: "j'allongerai le mandat de. Trois ans pour le porter à 10ans. Y'aurait-il du wakh wakhett? Arrêtez de nous tympaniser avec gesticulations et vos éructations ! A quoi sert l'avis du conseil constitutionnel s'il est voué à être jeté aux orties? N'est-ce pas Wade qui avait rejeté en son temps la décision et non avis du cc quand Idy et lui ont tenté de mettre en ensemble sur le même bulletin leurs deux effigies lors d'élections législatives ? Macky n'a pas le droit de faire un parjure en reniant son serment constitutionnel ! Un serment devant Dieu les hommes et la constitution est emmînement plus fort qu'simple engagement électoral et personnel.. L'APR a raison de s'opposer à son mentor s'il se fourvoie .Wade sera encore seul pendant très longtemps avec son wakh wakhett!
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (15:52 PM)
     :emoshoot: :MOKO WAAXON, NAKO DEFF GOOR ÇA WAX JA "

    Conférence de presse du candidat Macky Sall

    29 février 2012 Hôtel terroubi, Dakar

    Plus qu'une promesse électorale, mais un engagement électorale

    Après avoir remercié les Sénégalais qui ont voté pour lui et tout le peuple sénégalais qui a fait preuve d'une grande maturité, il a annoncé des réformes de fond au cas où il sera élu. La plus importante est certainement son engagement à réduire son mandat à 5 ans (il est actuellement à 7), en conformité avec la réforme constitutionnelle qu'il compte entreprendre pour ce qui concerne le nombre et la durée du mandat présidentiel. Ainsi, le mandat sera réduit à 5 ans et le nombre de mandats présidentiels réduit à 2. Chose importante, il compte faire en sorte que ces dispositions ne puissent pas être révisées. Autre point important, c'est la réforme du fameux Conseil constitutionnel dont le nombre des membres, actuellement à 5, sera porté à 7 : 3 seront élus par le président de la République, 1 par la mouvance présidentielle parlementaire, 1 par l'opposition parlementaire et les 2 restants par les magistrats eux-mêmes. Macky n'a pas manqué de réaffirmer son ancrage dans le Mouvement du 23 juin et d'appeler tous ses membres, en citant nommément tous les candidats malheureux, dont il compte sur le soutien pour parachever le travail entamé. Il a même laissé entrevoir qu'il ne compte pas procéder à une gestion solitaire du pouvoir, ce qui semble augurer d'un gouvernement d'ouverture.

    Paris, le 18 Avril 2012

    Conférence de presse Nicolas Sarkozy et Macky Sall

    Palais de l'Elysée

    La France et le Sénégal ont signé mercredi 18 avril un nouvel accord de défense ainsi qu'une convention de prêt, de Paris à Dakar, d'un montant de 130 millions d'euros (soit 85.274 milliards de FCFA), un vrai ballon d'oxygène. C'est à l'issue d'un déjeuner à l'Elysée entre Nicolas Sarkozy et le nouveau président sénégalais Macky Sall, en première visite officielle en France, que ces accords ont été conclus. Une première tranche de 50 millions d'euros (32.797 milliards de FCFA) de l'aide allouée sera débloquée dès la fin juin.

    Durant la conférence de presse qui a suivi le déjeuner, le président MacKy Sall a réitéré son engagement à réduire le mandat présidentiel de 7 à 5 ans, un engagement électoral auquel il tient.

    " je me suis engagé à reduire le mandat présidentiel de 7 à 5 ans, je le ferai " Macky Sall.

    " je salue la grandeur du prèsident Macky Sall pour son engagement à réduire son mandat de 7 ans à 5 ans "

    Nicolas Sarkozy.

    Paris, le 3 Mars 2013

    Macky SALL sur le mandat présidentiel : « Ce sera par référendum ou un vote à l’Assemblée nationale »

    « C’était un choix personnel de baisser la durée de mon mandat présidentiel. J’ai été élu pour un septennat (7 ans). J’ai engagé les réformes à travers une commission de réflexion sur la Constitution que j’ai confiée au président Ahmadou Makhtar Mbow. Cette commission me soumettra ses propositions parmi lesquelles la première mesure sera la réduction du mandat en cours de 7 à 5 ans. Ce sera fait soit par référendum le moment venu, soit par un vote à l’Assemblee nationale.

    Dakar 27 juin 2013

    Durant la visite du Président Barack Obama au Sénégal, venu plaider pour le renforcement de la démocratie et l'état de droit , Le Président Macky Sall a réitéré son engagement de réduire son mandat de 7 à 5 ans.

    Dans son discours devant les juges de la Cour suprême, Barack Obama a également défendu les droits universels. Il a indiqué qu'il revenait aux juges d'établir la justice et l'équité pour les femmes, les enfants, les pauvres, les victimes de discriminations, de violences et d'injustice. Ce propos rejoignait celui, tenu plus tôt dans la matinée, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue sénégalais, Macky Sa

    Devant les juges de la Cour suprême, Barack Obama a souligné qu'une démocratie, pour être forte, a besoin d'«un pouvoir judiciaire fort, indépendant de la sphère politique, et qui travaille dans la transparence et sans pression injustifiée». «Les sociétés sont plus fortes et plus stables quand elles reposent sur un État de droit» et «quand les citoyens savent que leurs droits seront protégés de l'arbitraire», a plaidé le président américain, qui a affirmé sa confiance en l'avenir de l'Afrique. «Je crois que le continent vit un moment de grandes promesses», a-t-il répété.

    Paris 25 février 2014 Devant le groupe consultatif

    La réforme institutionnelle visant à ramener de sept à cinq ans le mandat présidentiel, renouvelable une seule fois, "sera d'application immédiate", a affirmé, lundi à Paris, le chef de l'Etat sénégalais, Macky Sall.

    Cette réforme ramènera à cinq ans, renouvelables une seule fois, le mandat de sept ans pour lequel j'ai été élu. Elle sera d'application immédiate'', a-t-il déclaré à l'ouverture du Groupe consultatif 2014 pour le Sénégal, réunissant le pays, ses bailleurs et partenaires techniques et financiers (PTF).

    Élu président de la République le 25 mars 2012, M. Sall a rappelé à cette occasion sa volonté de promouvoir, ''autant dans les textes que par les actes, une meilleure gouvernance politique, administrative et financière de notre pays''.

    " MOKO WAAXON, NAKO DEFF GOOR ÇA WAX JA "

     :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Kms

    En Janvier, 2016 (16:02 PM)
    Mr le PR s'il ya un moyen de respecter ton engagement fais le!!!

    07 ou 05 ans tout finira par finir mais la bonne réputation ne finira jamais

    Tu sortiras un jour bien sur et c'est un imperatif. je souhaites que tu aies la tète haute ce jour la  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Mandat De 7 Ans

    En Janvier, 2016 (16:05 PM)
    We have elected Macky for a 7 year term. Nous avons élu Macky korr Mareme Faye pour un mandat de 7 ans, doubbi jédidi.
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (16:23 PM)
    c ' est incroyable dans ce pays ce que les président qui se succèdent jouent avec la constitution afin d ' en tirer avantage , on revit le même feuilleton qu ' avec wade , faut dire que macky a été a la bonne école ..........
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (16:43 PM)
    C' EST EXTRAORDINAIRE NON PAS QUE SON MANDAT EST DEVENU ILLEGAL PARCEQUE ISSU DE L'ARGENT SALE DE LA DROGUE DE DIACK IL SE PERMET DE MENTIR SUR SA PROMESSE DE REDUIRE CELUI CI DE 7 A 5ANS.MALHONNETE QUAND TU NOUS TIENS.
    Auteur

    Mansawali Walimansa Mansa 2016

    En Janvier, 2016 (16:49 PM)
     :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: :sunugaal





    OUI PEUT-ÊTRE QUE C'EST LA PERSONNE MILITANTE MACKY SALL QUI EST A



    L'EPREUVE DE L'APR. MAIS CE QUI AUTREMENT SÛR ET CERTAIN C'EST QUE



    CE SERA LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE MACKY SALL QUI SERA BIEN ICI



    A L'EPREUVE DE LA NATION SI JAMAIS IL SONGE A REDUIRE NOTRE MANDAT





    :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    • Auteur

      Macky 2019

      En Janvier, 2016 (16:50 PM)
      ne touchez pas au mandat du peuple
      ne touchez pas au mandat du peuple
      ne touchez pas au mandat du peuple
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (17:00 PM)
    De toutes façons il n'y a pas lieu de se précipiter .Qu'il fasse 7 ou 5ans vos petits champions ne seront jamais élus par ce peuple qui a plus souffert sous le régime pourri de Wade. Maintenant criez,insultez,vomissez vos saleté puisque c'est tout ce que vous savez faire. Vous avez toute ma compassion pauvres résidus de la fratrie wadienne!
    • Auteur

      Karim Meissa Wade 2019

      En Janvier, 2016 (17:35 PM)
      en vérité le régime de wade a plus réeussi à construire notre sénégal plus que
      les deux régimes de diouf et senghor réunis! nous gardons le cap du capitaine
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2016 (17:43 PM)
    m le president le senegalais est eduque dans le respect de ses engagements .il faut respecter tes engagements c le peuple qui t a elu a travers tes paroles de 2012 il ne faut l oublier mon cher presi et les milliards promis aux autres regions pendant les conseils des ministres decentralises le probleme des enseignants les senegalais dans la campagne qui sont dans la souffrance totale reduit ton mandat .

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email