Jeudi 12 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Me Amadou Sall : « Macky Sall a manqué à son devoir quand il a renié ses engagements»

Single Post
Me Amadou Sall : « Macky Sall a manqué à son devoir quand il a renié ses engagements»

Le Comité directeur du Parti démocratique sénégalais (Pds) s’est réuni ce jeudi 18 février à la permanence Mamadou Lamine Badji. Ce, pour se concerter sur la décision du Président Macky Sall de ne pas réduire son mandat en cours, de 7 à 5 ans.

A l’issue de la rencontre qui a duré plus de deux tours d’horloge, Me Amadou Sall, porte-parole du jour, a déclaré que «Macky Sall a manqué à son devoir quand il a renié ses engagements et est revenu sur la parole donnée au peuple sénégalais et au monde entier». Et Me Sall d’ajouter que «le refus de soumettre au peuple, seul détenteur de la souveraineté, la question relative à la réduction de la durée du mandat du Président de la République et son application au mandat en cours, enlève toute pertinence au référendum annoncé».


Sous ce rapport, le porte-parole de préciser que son parti «considère n’être en rien concerné par ce référendum». Et invite les partis politiques, les syndicats, les associations de la société civile, les hommes et femmes de tous horizons, les intellectuels et tous les démocrates, à se retrouver pour qu’«ensemble porter la réponse du peuple à l’aventurisme d’un régime qui ne sait où nous conduire et qui a échoué».    


Aussi, les libéraux ont dénoncé ce qu’ils appellent «les manœuvres politiciennes et la tentative et l’instrumentalisation des institutions du Sénégal, dans l’unique but de contourner la volonté du peuple de sanctionner ceux qui ont plongé le pays dans une pauvreté et qui gouvernent dans l’opacité et l’affairisme».


Selon eux, le peuple sénégalais ne peut être diverti par un référendum «sans intérêt dont la date n’est choisie que pour des raisons de manœuvres politiciennes à un moment où une partie importante de la communauté religieuse du pays est concentrée dans la foi du Carême et du dimanche des Rameaux».

Article_similaires

26 Commentaires

  1. Auteur

    Sisiel

    En Février, 2016 (00:04 AM)
    Pauvre Idy. Il croyait que c’était en 2017. il avait commencé sa campagne.



    Bilahi Macky do sen morom. Idy était le plan B du PDS..

    • Auteur

      Analyste1

      En Février, 2016 (00:29 AM)
      en 2017, ce sera la première cohabitation du sénégal et tous les ministres actuels seront traqués et poursuivis.
    • Auteur

      Macky2017

      En Février, 2016 (00:39 AM)
      vous avez tout compris comme bara mbacké
      macky s'est bien foutu des gens qui l'ont élu en leur faisant croire que c'est le conseil constitutionnel qui l'a bloqué alors que c'est ce qu'il a toujours voulu: 7 ans de rêgne au lieu de 5. il n'était pas obligé de suivre cet avis et pourtant il l'a suivi malgré son fort engagement qui a participé certes à son élection.. waxwaxet sinon kesk ça peut être autre...
    • Auteur

      Ouz

      En Février, 2016 (04:27 AM)
      sur la réduction du mandat présidentiel

      tout d'abord , il est nécessaire de faire certaines précisions avant d'emettre certaines idées.
      - la promesse nous dit-on, est une dette.
      quand on promet,on s'engage en même temps à respecter cette promesse tant qu'on en est capable, c'est à dire dans la mesure du possible car il est aussi dit qu'à l'impossible, nul n'est tenu.
      - le serment est quant'à lui une adhérence à un principe sur lequel on jure respect et foi quoi qu'il advienne même dans l'impossiblité.
      jurer sur son honneur ou sur sa vie revient à respecter les clauses sur lesquelles on a juré sous peine d'être déshonoré ou tué.quand le président jure de défendre l'intégrité territoriale et l'indépendence nationale,il s'applique en même temps le loi des jambars"la patrie ou la mort" ou encore "sauver ou périr" pour les soldats du feu.
      l'engagement dans la promesse est d'ordre morale alors que celui dans le serment est légal.
      la question qu'on peut se poser est la suivante: une promesse personelle peut elle primer sur la loi supreme qu'est la constitution? bien sure que non.
      nous savions dès lors que le conseil constitutionel ne pouvait que conforter les dispositions de la constitution que le président lui même a juré de respecter et de faire respecter.meme si macky sall etait un juriste de profession,on peut se rendre compte qu'en faisant cette promesse, il n'en avait pas mesuré la portée ou la faisabilité.
      pouvait-il changer la constitution dès son election avant même de prêter serment? la réponse est non.il était obligé de prêter serment avant de pouvoir jouir de quelque prérogative que ce soit.
      dès lors, en jurant sur une constitution de septennat,il est tenu de respecter la durée sous peine de trahison.maintenant, laquelle des deux est plus grave?
      ne pas respecter sa promesse ou etre jugé pour haute trahison.c'est comme si vous promettrez å votre fiancée que vous allez tuer son ex copain par ce qu'il l'a humiliée et arrivé devant l'ex copain vous pensez à la peine de mort et à votre future execution et vous changez d'avis.est-ce une trahison pour promesse non tenue?
      et là encore dans le cas d'espèce,le président n'a pas trahi le peuple puisqu'il est évident qu'il n'a pas été élu sur la seule base de cette promesse, qui quoi que l'on puisse dire est électorale.tous ceux qui veulent faire croire le contraire sont de mauvaise foi et font de la politique malsaine.en plus macky a-t-il réalisé toutes ses promesses de campagne?non!alors celle-ci ne saurait être vue comme une exeption.
      on peut noter la bonne foi du président lorsqu'il a au moins voulu demander au peuple son avis.
      pour aller à un référendum,il passe d'abord par le conseil constitutionel qui valide le contenu du project. il présente alors son projet et voilà que le conseil dit qu'il serait illégal de vouloir y intégrer la réduction du mandat. tenir sa parole, c'est essayer au moins,dans la mesure du possible, de faire appliquer les cinq ans à son mandat en cours et cela, le juge constitutionel l'a refusé.comme on peut le constater,nous ne serions pas d'accord si un future président,de manière très subtile parlait d'augmentation de son mandat a 10 ans sans que beaucoup n'y prêtent attention.
      maintenant était-ce possible pour le président d'aller outre les directives ou recommandations du conseil?
      - les juristes disent que dans le cas d'espèce, l'avis de la juridiction n'est pas conforme mais plutot consultatif donc n'a pas de force légale ou n'est pas obligatoire au président.c'est juste un avis et pas un arret.
      si l'on suit cette logique,le président pouvait dire je prend note mais je fairais quand même un mandat de cinq ans comme promis.
      quelles sont alors les options possibles pour lui pour respecter cette promesse.
      -la première serait la démission qui à mon avis n'a pas de sens.
      -la dexième, passer par le parlement et même dans ce cas la décision rendue ne saurait être rétroactive à moins d'être expressement mentionnée et il y'aurait alors un problème de légitimité de cette décision.
      -la troisième option serait d'intégrer de force la réduction du mandat dans le référendum hormis l'avis du conseil constitutionel.il se poserait alorsla question de l'opportunité de l'existence du conseil constitutionel puisque ses décisions ou conseils n'auraient plus de valeur juridique ou morale etc.
      notons que jusque là, dans notre histore politique,tous les avis de cette institution on été observés par tous ses prédécésseurs.ce serait une manière négative de rentrer dans l'histoire du respect de la république et de ses institutions.
      on peut alors retenir que le président devait juste faire son mea culpa ne sachant pas à l'époque ce que cela prendrait pour opérer un tel changement.
      de toutes les options citées,seule sa présente posture reste en phase avec la logique et la morale de notre histoire republicaine et il est unitile de vouloir politiser le debat et faire de cet incident une catastrophe. tout homme politique averti savait que cette promesse etait quasi impossible.ceux qui diront qu'ils ne s'attendaient pas au respect du septennat sont politiquement immatures ou de mauvaise foi.
    • Auteur

      D.

      En Février, 2016 (07:25 AM)
      le candidat barack obama avait promis de faire modifier la loi sur les armes à feu aux etats unis, mais une fois président, toutes ses tentatives en ce sens ont été rejetées par le congrès américain. ^je ne m'attarderai même pas sur ses promesses concernant la fermeture du guantanamo, la reconnaissance du génocide arménien, ....etc. il reste un grand président pour les américains !
  2. Auteur

    Tocard

    En Février, 2016 (00:08 AM)
    PAR CET ACTE MACKY VIENT D" ANÉANTIR L'OPPOSITION.
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (00:09 AM)
    Macky sounou President moo ko yorr
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (00:13 AM)
    Et déjà personne n'a le poids à faire face à macky sall. Personne de crédible. Et je trouve que le pays est stable machalla et on du gaz et du pétrole continuons de bosser et d'y croire macky Mel nani djigu na Sénégal finalement. Dafa macky mou gui beug nouro natangué :sunugaal: 
    Auteur

    Senegal

    En Février, 2016 (00:13 AM)
    On dire que idy dafa len tital. Ils voient partout idy.

    Massa way

    Auteur

    Meeting-rék

    En Février, 2016 (00:19 AM)
    J’APPROUVE CE QU'A FAIT MACKY....!!!!!

    Sinon ils vont passé tout leur temps A PARLER.... et à faire CAMPAGNE ....

    Au lieu de TRAVAILLER....!!!!!!!  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">  



    J’APPROUVE CE QU'A FAIT MACKY....!!!!!

    Sinon ils vont passé tout leur temps A PARLER.... et à faire CAMPAGNE ....

    Au lieu de TRAVAILLER....!!!!!!!  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">  
    Auteur

    Allez-waay

    En Février, 2016 (00:33 AM)
    Bien fait..!!!!! Ces gens du PDS parlent,juste pour leurs intérêts;

    ils applaudissaient quand WADE avait fait Pire...!!!!

     mbeulei  :sunugaal:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   mbeulei  :sunugaal:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   mbeulei  :sunugaal:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   mbeulei 
    Auteur

    Abou

    En Février, 2016 (00:46 AM)
    Aucun féticheur, aucun journaliste ne pourra empêcher ce qui se trame dans le silence assourdissant de ceux qui n'ont pas la parole. Rien à dire, le régime APR est nul et il ne faut pas oublier d'où vient ce système rebut de la galaxie wadienne. Les sénégalais ne sont pas amnésiques comme ils le pensent. Ils finiront pas oublier....se disent-t-ils ? J'ai honte d'être sénégalais donneurs de leçons. Partout il a crié, tapé pour dire que je vais réduire si....après psst et il se cache comme à son habitude derrière....Rappelez-vous ces agissements de 2003 `2008. Allez sur le site xalima, un excellent nous rappelle qui EST QUI ?
    Auteur

    Latdior

    En Février, 2016 (01:26 AM)
    Macky a montre aux farfelus de l' opposition qu' il n' est pas leur egal car certains comme cet ecervele d' Idy avait deja commence a battre pour 2017 mais Macky en fin politicien leur a coupe l' herbe sous les pieds ainsi ces charognards n' auront plus de quoi se mettre au bec.A tous ce gueulards, je leur demande si Macky reduit son mandat a 5 ans , ils vont encore vociferer pour dire qu' il ' a aucun respect de nos institutions.Les Senegalais sont comme les Francais qui passent tout leur temps a manifester pour un coup de vent ou de la neige qui tombe.La france est le seul pays en Europe ou les gens manifestent tous les jours au lieu de travailler, le Senegal etant un de ses fils , les Senegalais ont herite de leur mere cette mauvaise habitude de pleurenicer tout le temps de leur sort sans pour autant essayer d' ameliorer leurs conditions de vie. Ce pauvre Amadou Sall , Macky lui avait cloue le bec en le mettant au gnouf ainsi le bouffon Oumar Sarr.La prochaine fois qu'il aura a manquer du respect au President,il retounera au bagne car sa cellule est encore prete pour l' accueillir. Je pense qu' il n' a rien retenu ou il n' a rien tire de son sejour carceral. pauvre CON ! :fbhang: 
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (01:53 AM)
    Treve de bavardage. Allez travailler.
    Auteur

    Mig

    En Février, 2016 (02:27 AM)
    Le referendum devrait etre dans sa tenue l affaire exclusive des cinq sages. Le President Macky Sall s est engoufre dans une chaussee glissante. Des l instant ou la proposition de l Etat a ete rejetee il revenait aux cinq de fixer une date dans la mesure ou leur autorite est impersonnelle et non surgie de la volonte populaire. Dans ce cas de figure present Macky Sall risque gros car il pourrait faire face lors de ce referendum a un impressionnant capital de mecontentement populaire quoiqu il ne le merite pas;
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (02:33 AM)
    C est vraiment ridicule comment Macky Sall dirige ce pays c est quoi son bilan a part les traques quoi d autres rien du tout g ne peux aussi comprendre comment nous nous sommes faites bernes par ce type un president par defaut et bonjour les dégâts franchement 2019 il va debarasser le plancher a 1000/100 olala

    • Auteur

      Rip

      En Février, 2016 (07:38 AM)
      tu ne peux pas voir les réalisation du président parce que tout simplement tu fais partie des mécontents tu nous parles de traque il y' a traque quand il y'a vole ce que le pds avait fait durant son règne je te demande d' ouvrir tes yeux car le président macky est un homme de vision pour un sénégal Émergent
    Auteur

    Macky Sall

    En Février, 2016 (05:51 AM)
    macky sall yamana fen  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Tapalapa

    En Février, 2016 (07:32 AM)
    Voila vous insultez a laise a quelqu'un que Allah a choisi pour vous diriger. Il faut vraiment etre un illettre pour oser insulter son Presidient meme si lon a pas vote pour lui: civisme.



    Voila pourquoi le Senegal ne sera plus jamais comme avant. La foi est morte car pour avoir la foi, il faut croire dabord en la religion Islam. qui Islam dit respect.



    Pour un peuple comme ca Allah naura aucun pitie.



    Insulte ou pas Macky sera le President du Senegal, Allah entend toujours la priere des personne sage et propre.



    Un pays ou homossexualite est la mode ou la femme est nu, avoir P r Macky est une bediction pour vous



    Idy, Tanor, Niass, Sall le pede qui croyez vous pouvoir tromper?



    Touplene: ou faudrait il remplacer le drapeua par un linceul pour vous convincre que la mort existe :nohope: 
    Auteur

    Thiof

    En Février, 2016 (07:33 AM)
    Vous osez dire que le Président Macky a manqué son devoir je vous conseil de vous taire car c'est mieux pour je tiens à vous rappeler la date du 23 juin vous aviez mis le pays en feu tout en voulant nous toucher à notre Constitution . Nous Sénégalais ne vous considérons pas comme un parti mais plutôt des sangliers car durant tout vos règne le sang avait beaucoup coulé donc soyez les derniers à nous dicter ce dont on doit faire car le peuple vous détestes Vive Macky Vive le Sénégal Émergent
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (08:00 AM)
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (08:14 AM)
    wa quart bloquant ame guene lene lo lene sagna wakhe
    Auteur

    D.

    En Février, 2016 (08:14 AM)
    Le candidat Barack Obama avait promis de modifier la loi sur le port d'arme aux Etats Unis. Toutes les tentatives du Président Obama pour tenir cette promesse ont été rejetées par le Congrès américain. Je ne m'attarderai même pas sur les promesses concernant la fermeture de Guantanamo, la reconnaissance du génocide arménien par les Etats Unis, ...etc.



    Il demeure que les américains considèrent Obama comme un grand Président.
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (08:16 AM)
    Dynastie faye sall

    Aliou sall frere de maky maire guediawaye qui se reveille à ouest foire

    Aliou sall ministre conseiller meme quand maky n était plus PM

    Aliou sall diplomate en chine avec Maky PM

    Aliou sall patron de la banque BDK

    Aliou sall detenteur de permis de petrole

    Aliou sall proprietaire d une compagnie d aviation

    Les faye gassam dans les ambassades

    Ablaye timbo ooncle de maky maire de guediawaye

    Abdou karim sall cousin de maky DG ARTP

    Pape gorgui ndong maire à pikine

    Auteur

    Anonyme Niakbi

    En Février, 2016 (08:36 AM)
    Me SALL, ne soyez point amnésique. Quelle était votre position quand Grand père avait fait de même ? De grâce, ne nous tympanisez point. Travaillez au lieu de ne faire que de la politique. Nous ne sommes point dupe. Wa Salam
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (09:38 AM)
    vraiment wa PDS nio naikk diom

    M WAXONN WAXETT C LE SLOGAN DE WADE NON

    FERMEZ VOS GUEULES VRAIMENT
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2016 (11:40 AM)
    L'instance suprême de décision





    Le cirque a donc pris fin et l'épilogue laisse un goût amer. Le Président de la République Macky Sall qui a répété partout depuis 4 ans qu'il réduirait son mandat à 5 ans, continuera donc à exercer le pouvoir jusqu'en 2019. Une promesse électorale faite entre les deux tours de la Présidentielle sur tous les plateaux télé et 4 ans de déclarations viennent donc de s'envoler comme de la vulgaire fumée en raison, nous dit-on, de la décision des 5 juges constitutionnels.

    Ce fait accompli devant nous soulève de nombreuses interrogations dont les deux suivantes : - Soit le candidat Macky Sall savait qu'il ne pouvait pas réduire son mandat - ce qui est d’ailleurs faux - au moment où il le promettait et alors, disons le, il a sciemment trompé les sénégalais. Ce qui est grave pour quelqu'un qui doit sa légitimité et son pouvoir à ces mêmes sénégalais. - Soit le candidat Macky Sall, malgré 8 ans d'exercice du pouvoir, dont trois en tant que Premier Ministre et deux en tant que Président de l'Assemblée Nationale, ne savait pas qu'il ne pouvait pas réduire son mandat lorsqu'il faisait cette promesse. Dans ce cas ci, on ne peut qu'en déduire qu'il n'avait pas la compétence pour comprendre, faire respecter et défendre la constitution en tant que Président de la République. Et cela est également grave.

    Il est facile de s'abriter derrière des avis juridiques de personnes que l'on a nommées, pour justifier tous les forfaits et tous les retournements de veste, en les faisant passer pour un respect de la loi. Si le Président de la République voue un si grand respect à la loi, alors qu'il nous explique pourquoi il a voté de force sans sa carte d'identité lors des élections locales de 2002, alors que la loi le lui interdisait. Si le Président de la République respecte autant la loi, qu'il nous dise pourquoi il a co-signé le 02 Février 2012 une lettre, je cite, "appelant le peuple sénégalais à rester déterminé et mobilisé pour imposer le retrait de la candidature d'Abdoulaye Wade", une candidature qui avait pourtant été jugée valide par le conseil constitutionnel. Aujourd'hui l'avis des juges du même conseil constitutionnel fait office de parole d'évangile pour lui, au point qu'il accepte de se dédire à propos d'une promesse de campagne qu'il a répétée durant tout l'entre deux tours ? Devrions-nous rester "déterminés et mobilisés" comme il le souhaitait en 2012 ? Ou devons nous faire comme lui et se plier docilement à l’avis, apparemment sacré, de ces 5 juges ? Que le Président de la République nous édifie donc sur son si soudain respect de la loi, surtout lorsque celle-ci est prononcée dans le sens qui lui permet de durer au pouvoir, alors qu’elle ne le contraignait absolument pas. Le peuple aurait été le dernier à décider lors du référendum.

    On entend ça et là les mêmes débats obscurs, nauséabonds et pédants sur la terminologie juridique. Le conseil constitutionnel aurait donné une "décision" et non un "avis" comme le pensent d'autres. Là aussi, on ignore totalement la marche de l'Histoire et le sens des expériences passées récentes en Afrique noire. Le projet de révision constitutionnelle qui devait permettre au Président Compaoré de briguer un énième mandat n'avait-il pas été jugé valide par les juges constitutionnels burkinabè ? N'a-t'on pas assisté aux mêmes débats spécieux sur le caractère rétroactif ou non de l'applicabilité de la loi lors du débat sur le 3ème mandat du Président Wade ? Pourquoi donc les intellectuels africains et sénégalais sont de si mauvaise foi lorsqu'ils se trouvent du "bon" côté de la barrière du pouvoir ? Pourquoi des gens qui ont été dans les rues pour contester une décision de justice qu'ils jugaient illégitime et illégale en 2012, multiplient aujourd'hui les déclarations sur les plateaux télé, dans les journaux et à la radio pour nous dire que les avis du conseil constitutionnel sont au dessus de tout alors qu’en matière de référendum elles n’obligent en rien le Président la République ? Il ne faut donc pas s'étonner qu'avec une telle éthique à géométrie variable, la classe politique sénégalaise soit championne de la transhumance et soit vomie par les populations qui répètent, en parlant des politiciens, qu' "ils sont tous pareils". Ce déplacement sémantique des débats, cette mauvaise foi constitutionnelle, la confiscation langagière et superficielle de débats démocratiques profonds pose, encore une fois, la problématique de l'enseignement en langues nationales. Tant que les lois qui régissent la vie de la République seront exclusivement rédigées dans une langue que les 2/3 des sénégalais ne savent ni parler, ni lire, ni écrire, nous resterons à la merci de tous les apprentis grammairiens, juges et autres tripatouilleurs constitutionnels.

    Et c'est bien cela le pire dans cette histoire : le peuple a encore été floué, trompé. Considéré comme du vulgaire bétail politique que l'on entretient à l'aide de fonds politiques ou que l'on va voir à l'approche des élections, il a encore une fois été méprisé. On lui promet des choses, on laisse pourrir la situation et on le met devant le fait accompli 4 ans plus tard à un an des élections qu'il attendait légitimement. Face à ces ajustements et autres calculs permanents qui détruisent de jour en jour la confiance entre le peuple et ses élites, il est temps que les hommes politiques africains se posent la question suivante et réfléchissent bien à la réponse qu'ils pourraient y apporter : Qu'est ce qui est le plus important, passer pour un légaliste en respectant l’avis d'un conseil constitutionnel que l'on a nommé ? Ou alors respecter les engagements que l'on a pris devant la Nation et le peuple qui vous a élu ?

    Si pour beaucoup la réponse est évidente, pour nos dirigeants, les paroles prononcées par le Président Abdoulaye Wade en Juillet 2011 semblent être devenues un viatique politique. Avec son humour et son cynisme politique légendaires, l'ancien Président de la République déclara laconiquement : "Les promesses n'engagent que ceux qui y croient". Pensant que l'ère des paroles en l'air était derrière nous, nous avons alors cru en la promesse du candidat Sall et avons voté pour lui. Mais le Président qu'il est devenu nous a montré que la maxime du Président Wade était malheureusement toujours d'actualité en nous servant à nouveau du waxeet, comme si nous n'en avions pas déjà assez mangé. Ainsi le mandat actuel ne sera pas réduit et le Président de la République ira au bout de son mandat car il ne démissionnera pas, ce qui aurait pu être une possibilité si le respect de sa parole lui importait tant. Nous prenons donc acte et gardons nos cartes d'électeurs au chaud jusqu'en 2019. D'ici là, nous n'arrêterons pas d'écouter le peuple, ni de lui parler pour élever son niveau de conscience et partager avec lui le peu de choses que nous savons. D'ici là, nous deviendrons encore plus vigilents. D'ici là nous continuerons à travailler, à entreprendre, à créer des choses car nous aimons notre pays et nous voulons mériter notre pain. Mais d'ici là aussi, que nos dirigeants se demandent s'il est plus important de passer pour un légaliste en respectant l’avis d'un conseil constitutionnel que l'on a nommé ou alors de respecter les engagements que l'on a pris devant la Nation et le peuple qui vous a élu ?

    Le Peuple donnera sa réponse à cette question en Mars 2019. Et c'est bien lui, l'instance suprême de décision.





    Auteur

    Kaddu

    En Février, 2016 (11:40 AM)
    Me Abdoulaye Wade, l’auteur de la célèbre phrase « maa Waxone waxeet »’ s’était, lui, illustré avec, entre autres, sa promesse de ne pas présenter sa candidature pour un troisième mandat, à la présidentielle de 2012.
    Auteur

    Citoyen

    En Février, 2016 (12:03 PM)
    Ils sont vraiment amnésiques ces libéraux, jusqu'à vomir tout ce qu'ils avaient goulûment ingérer, jadis.



    Pour rappel, Wade dans une nouvelle constitution avait ramené le mandat de sept à cinq ans par voie référendaire. Quelques années plus tard, il s'est dédit en utilisant sa majorité à l'Assemblée Nationale pour porter le mandat à sept ans. Le mandat de la législature 2001 devait se terminer en 2006, il l'a prolongé jusqu'en 2007. De même, les élections locales qui devaient se tenir en 2007 ont eu lieu en 2009, entre temps, il a placé sous délégation spéciale toutes le communes dirigées par les opposants.

    Qui a fait jeter des grenades lacrymogènes dans la Cathédrale de Dakar?
    Auteur

    Les Motivations D Macky

    En Février, 2016 (15:42 PM)
    GFM – (Dakar) Après la décision du président de la République, de se conformer à l’avis du Conseil constitutionnel, les Sénégalais dans leur grande majorité se disent déçus par le premier d’entre eux.

    Le candidat Macky Sall, il faut le rappeler, avait promis lors du second tour de la campagne présidentielle de 2012, de réduire son mandat de 7 à 5 ans, une fois élu président de la République.

    En effet, le Conseil constitutionnel considère, selon lui, que « le mandat en cours au moment de l’entrée en vigueur de la loi de révision, dont la durée, préalablement fixée dans le temps, et par essence intangible, est hors de portée de la loi nouvelle ».

    En conséquence de quoi, le mandat en cours du Président de la République connaîtra son terme en 2019?.

    Il a appelé le peuple sénégalais à se rendre aux urnes le 20 mars 2016 pour le référendum sur 15 points, dont deux intéressent particulièrement les sénégalais. La réduction du mandat du président de la République de 7 à 5 ans. Et la limitation des mandats à deux.

    Depuis l’annonce de la décision du chef de l’Etat de se conformer à l’avis des 5 sages, des appels au boycott ou au vote pour le « Non » sont lancés par certains partis politiques (Ndlr : le Parti démocratique sénégalais (Pds) et mouvements de la société civile (Y en a marre).

    Mais, il ne faut pas que les sénégalais tombent dans le piège du boycott ou du « Non ». Parce que le président Macky Sall dans ce coup semble avoir bien mûri son plan.

    Quelque soit l’issue du scrutin, le président Macky Sall sera le plus grand gagnant de ce référendum.

    Si le « Oui » l’emporte, le président Macky Sall aura la possibilité d’être candidat en 2019 pour un premier mandat de 5 ans (2019-2024) et un second mandat de 5 ans encore (2024-2029).

    Ces deux mandats de 10 ans ajoutés à son premier mandat de 7 ans, feront au total 17 ans de pouvoir pour le président Sall.

    Mais si le « Non » l’emporte, le président sera désavoué politiquement. Mais cela n’est que théorique.

    Dans la pratique, ce « Non » ouvre la voie au président Macky Sall à un deuxième mandat de 7 ans (2019-2026).

    Face à cette situation, le salut du peuple n’est ni dans le « Oui » ni dans le « Non », mais dans le « Non et Non ». C’est-à-dire à amener le président Sall à respecter sa parole de réduire son mandat en cours à 5 ans et de le limiter à deux.

    Harouna FALL
    Auteur

    Anonyme Berther

    En Février, 2016 (20:20 PM)
    Ndiaye ngom laobe macky sall demander lui son enfant c'est avec qui? Wa salam

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email