Vendredi 21 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Le septennat est une "anomalie" dans la politique sénégalaise (juriste)

Single Post
Le septennat est une "anomalie" dans la politique sénégalaise (juriste)

Le professeur de droit constitutionnel, Ismaïla Madior Fall, a indiqué lundi que la durée du mandat du Président de la République de sept ans était "une anomalie" dans l’histoire politique du Sénégal.

‘’Lorsque le président élu au suffrage universel assure une direction des affaires politiques nationales le mandat doit être un mandat raisonnable’’, a dit M. Fall.

Il introduisait une communication sur le sujet lors une table ronde sur la gouvernance, à l'initiative du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar (BBY, majorité).

Cette rencontre présidée par le Premier ministre Abdoul Mbaye est organisée à l’occasion de l'anniversaire de l'élection de Macky Sall lors d'un second de tour de l'élection présidentielle, le 25 mars 2012.

Selon Ismaïla Madior Fall, la proposition de Macky Sall de ramener le quinquennat est une réhabilitation de l’orthodoxie au Sénégal. Lorsque Abdou Diouf introduisait le septennat en 1991, a-t-il dit, ce fut "une anomalie", de même que lorsque son prédécesseur Abdoulaye Wade l’a réintroduit en 2008.

‘’Donc, en le ramenant au quinquennat le président Sall restaure l’orthodoxie. Ensuite, il y a une synchronisation des mandats parlementaire et présidentiel parce qu’à la fin de son mandat, le président sera évalué, que ça soit sur 7 ans ou 5 ans’’, a-t-il relevé.

L'intérêt du retour au quinquennat, a dit le constitutionnaliste, ce sera limité à maximum deux mandats. Ce qui signifie qu’il ne sera plus possible, à l’avenir au Sénégal, de pouvoir débattre sur ce sujet qui sera une clause d’éternité et irréversible qui engagera les générations futures.

Le constitutionnaliste a signalé l’instabilité constitutionnelle, relevant une caractéristique de l’histoire politique du Sénégal ainsi son exagération de 2000 à 2012.

‘’Au Sénégal, on révise la Constitution pour un règlement de comptes ou pour des problèmes politiques. Il y a une sorte de désacralisation de la Constitution et notre pays est champion du monde en termes de révision constitutionnelle’’, a-t-il déploré.

M. Fall a salué la volonté du président Macky Sall de consolider les institutions constitutionnelles, politiques et démocratiques du Sénégal et d’y apporter toutes les réformes nécessaires en évitant les bouleversements qui peuvent mettre en cause la stabilité du régime politique.


liiiiiiiaffaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    Xeme

    En Mars, 2013 (19:25 PM)
    En un an d’Arc en Ciel, 600 véhicules volés sans voleurs. Ce qui devait constituer un parc monstre à montrer à tous les votants a fait psssttt. Et les menaces de la Pie de justices, cette mise en demeure de 72 H pour restituer les voitures volées en est oubliée.

    La 4e licence vendue entre les deux tours sera vendue, bientôt.

    Et les caisses vides qui font que les partisans de l’Arc en Ciel ont toujours peur d’aller vérifier sur le site de la BCEAO pour confirmer que les caisses étaient vides. Ils en ont récolté une peur de la vérité.

    En un an d’Arc en ciel, les populations de Camberène sont en droit de demander au PM où il en est de son projet de délocalisation de la station d’épuration de Camberène.

    Le prix des denrées dont la baisse a été décrétée par le PM, et à effet immédiat, attend de se concrétiser. Un an que l’assassin Barthélémy nargue le peuple et on a fini de calmer le père de Mamadou Diop par des promesses de prises en charge de pupilles de la nation. Les parents des 13 autres morts peuvent aller voir ailleurs.

    En un an d’Arc en Ciel, une seule industrie s’est développée et continue de le faire, celle de la presse.

    Le peuple continue d’être nourri de mensonges médiatiques en lieu et place du riz à bas prix.

    • Auteur

      Sa

      En Mars, 2013 (19:59 PM)
      je deteste voir cette tete. au moment ou tous les juristes de ce pays avaient pris leurs responsabilités pour dénoncer le 3ème mandat de wade, ce gars la restait dans le flou-obscur.
    • Auteur

      Abdou Aziz Samb

      En Mars, 2013 (20:09 PM)
      au senegal on a :

      ibrahima sall nommé chargé de missions à la présidence (cousin du président macky sall)

      diagué sall pca (cousin)

      samba sall ministre conseiller (cousin)

      son beau-frère mansour faye dit marco polo délégué à la solidarité nationale

      adama faye(beau frére) est nommé chargé de mission à la présidence

      son beau-père le vieux abdourahmane seck dit grand homer pca petrosen

      son cousin abdoulaye timbo dg fnpj

      son cousin harona timbo ministre conseiller

      son oncle djibo sall pca

      les quatres chauffeurs du couple sall ont signé un contrat spécial avec l’etat sénégalais avec rang de ministre

      maréme faye alors qu’elle ne dispose d’aucun poste officiel dans la république, elle occupe l’ancien bureau de karim wade, sis au dixième étage de l’immeuble tamaro, sous la couverture bidon de fondation « servir le sénégal », gérée par daouada faye, responsable de la communication et des relations extérieures de la structure.

      son beau-frère daouda faye dit moulaye thieuguine est nommé ministre conseiller

      sa belle tante sira diallo ministre conseiller

      souleymane ndiaye, le papa du mari de fatou bintou seck, la petite soeur de maréme faye, est nommé ministre conseiller

      abdourahmane ndiaye ( cousin) nommé conseiller spécial

      boubacar siguiri sy( cousin) , conseiller spécial

      daouda dia, petit fére d’arouna dia questeur à l’assemblée nationale (arouna dia, argentier de macky sall)

      farba ngom, le griot de macky sall est élu député

      le frère du ministre du budget (abdoulaye diallo), monsieur amadou diallo a été nommé consul du sénégal à paris en remplacement de léopold faye

      macky sall nomme mamadou sy, un magistrat halpulaar à la retraite au conseil constitutionnel (c’est bien la rupture d’une république des « halpulaars » et des nominations ethniques)

      au port autonome de dakar le directeur général cheikh kante a casé son propre frère, à quelques pas de la retraite à l’embarcadère de gorée,

      cheikh kante a aussi nommé son neveu, le fils de sa sœur, à la direction financière

      aïcha gassama tall, fille de macky gassama, agent judiciaire de l’etat en remplacement de abdou dianko (macky gassama, l’homonyme du président de la république macky sall)

      ndeye binta gassama, fille de macky gassama, conseillère spéciale de macky sall

      amadou diop, l'époux de l’une des filles du même macky gassama, précédemment conseiller diplomatique du président de la commission de l’uemoa, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire auprès du roi albert ii de belgique, en remplacement de l’ambassadeur paul badji

      mamadou gassama, nommé président du conseil de surveillance de l’anamo

      que l'actuel président soit redevable à celui qui a donné du travail à son père... mais sommes-nous en république lorsque des personnes doivent leur nomination à leur nom de famille ?

      non sans oublier le limogeage de me alioune badara cissé qui serait en fait victime de sa rivalité avec mansour faye, le frère de marième faye qui est son rival politique à saint louis.

      eh bien, le népotisme à haut débit devient irrévocablement un mode de gouvernance absolu du maquillage. une démocratie cliniquement clanique, ouvertement déclarée. un parti, famille, une dynastie, des courtisans !

      les sénégalais s'interrogent de plus en plus sur les réunions du conseil des ministres, devenues des séances de nomination de proches du président, sans mentionner l'apérisation excessive et malheureuse des représentations diplomatiques du sénégal à l'étranger.
  2. Auteur

    J'en Sais Trop

    En Mars, 2013 (21:17 PM)
    J'ai retenu 2 mots dans l'analyse du constituionnaliste Madior Fall.Il s'agit d'anomalie et d'orthodoxie.Volià les 2 mots phares qui sautent aux yeux.Ma question est de savoir depuis quand Mr Fall est le distributeur de "normes" et de "morale" pour juger de ce qui normal ou annormal, d'orthodoxe ou pas? Mais dans quel monde sommes-nous pour devoir, suivre Madior Fall sur un quinquennat juste parce qu'il pense que, tenez-vous bien, c'est "l'orthodoxie", c'est "la normalité" Eh biien mon Dieu Madior Fall!On s'attendait à tout sauf à ce raisonnement léger qui n'a rien de scientifique en tant que juriste.On s'attendait à des explications et raisonnements plus scientifiquement étayés, mais hélas.

    Les sénégalais sont les seuls en mesure de juger la durée de mandat qui les convient.Encore que l'intérêt n'est pas la durée du mandat, mais dans ce qu'on en fait.Peu importe que le mandat du Président soit de 5 ou de 7 voir meme de 8 ou 10 ans etc...L'essentiel est que quelque soit la durée étabie, que celle-ci soit scrupuleusement respectée par tous sans possibilité de la changer en cours de compétiton.Madior Fall semble rouler pour ces vieux politiciens des assises, tous bons à la retraite.Mais le coup ne passera pas.On veille.
    Auteur

    Le Patriote

    En Mars, 2013 (10:24 AM)
    Monsieur le Pr FALL,



    Je suis tout à fait d'accord avec vous. 100% en phase avec vous



    Il faut aussi régler définitivement le problème des nominations faites sur la base subjective pour gérer des structures stratégiques opérationnels qui brassent ou pas d'importantes ressources financières.



    A mon avis l'accent doit être également mis sur des textes qui obligeront le Président de la République, mais aussi les ministres , les conseils de surveillance, les conseils d'administrations, etc... à mettre tous les postes stratégiques opérationnels en compétition. Pour ce qui est de la diplomatie, de l'armée des cabinets politiques, on le laisse à la discrétion du PR, des officiers Supérieurs, des ministres etc....



    Tant que la subjectivité (camarade ou frère de parti, l'ami ou amie, frère ou soeur de ma femme, de mon mari, ou de mon ex; même ethnie ou race; talibé ou ami, frère ou soeur de mon marabout, mon griot ou ma griotte; ami ou amie; etc..) guide l'occupation des postes stratégiques opérationnels; on avancera pas. Ou si nous avançons d'un pas quelque part, on recule de dix pas ailleurs.

    Par conséquent, il faut privilégié la COMPÉTITION SAINE, JUSTE, CRÉDIBLE, OBJECTIVE, EFFICACE; seul gage d'un développement harmonieux, cohérent, équilibré et pérenne.

    Merci Pr FALL pour votre clairvoyance !!!



    LE PATRIOTE
    Auteur

    Le Patriote

    En Mars, 2013 (11:37 AM)
    Il s'agira pour tout recrutement par compétition de mettre en place des critères solides pour barrer la route aux personnes de mauvaises moeurs, incompétentes, qui n'ont pas le sens de l'étique, de la responsabilité; qui ne sont pas patriote; qui n'ont pas le sens de l'esprit d'équipe; etc.... Les personnes ethnicistes etc....

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email