Dimanche 18 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Entretien avec…Abdourahmane Ndiaye, Secrétaire administratif national de l’Apr, conseiller spécial de Macky Sall : «Ni Niasse ni Tanor encore moins Idy ne se présenteront contre Macky Sall en 2017»

Single Post
Entretien avec…Abdourahmane Ndiaye, Secrétaire administratif national de l’Apr, conseiller spécial de Macky Sall : «Ni Niasse ni Tanor encore moins Idy ne se présenteront contre Macky Sall en 2017»

Abdourahmane Ndiaye, Secrétaire administratif national de l’Apr, fait partie du cercle très restreint de l’establishment  de Macky Sall. Conseiller spécial, cet enseignant, entré en politique par effraction, a fait ses débuts au Pds où il a eu à occuper d’importantes fonctions. A une autre époque, il  a même été rédacteur en chef du journal Sopi, jadis instrument de propagande du Pds. Dans cet entretien, il commente l’actualité politique rythmée par les audits et les auditions, le rapport entre l’Apr et ses alliés et les accusations de blanchiment d’argent qui éclaboussent le Premier ministre.


BRUITS AUTOUR DE LA CREI ET DES AUDITS

«La justice a des moments de silence et des moments de communication. Depuis que les auditions  ont commencé,  elles n’ont jamais été arrêtées. Mais un juge ne peut pas, à chaque fois qu’il écrit une page, communiquer le lendemain avec la presse. Il y a des moments d’incubation, des moments de latence et des moments de communication. Nous vivons avec ces dossiers sur l’enrichissement illicite des moments de communication initiés par le Procureur spécial (Alioune Ndao). Lui seul et ses collaborateurs peuvent en donner les raisons. Ces audits ont été même commandités par l’ancien régime qui les a expressément mis dans les tiroirs. Macky Sall n’a fait qu’ouvrir les tiroirs. Ce n’est donc pas sélectif.  


RETOUR AVORTE DE WADE A DAKAR

Abdoulaye Wade a dit qu’il a re­culé à cause de Alassane Ouat­tara (Président ivoirien). Il n’a pas reculé à cause de lui (Ouattara). Il serait venu, il aurait vu autre chose. De toute façon, il ne comprend toujours pas qu’il a perdu le pouvoir. Tant que ce sont les Ousmane Ngom, Oumar Sarr et compagnie qui sont convoqués ou d’autres qui sont en prison, ce n’est pas son problème. Ce qui fait réagir Wade, c’est son fils qu’il a eu le tort de mêler aux affaires pu­bliques. Karim Wade sera fouillé, audité comme tout Sénégalais qui aura géré des deniers publics.


MOLESSE DE L’APR

Notre lecture de la situation est différente. Nous prenons les initiatives et les Libéraux réagissent. Vous ne pouvez pas me citer un seul événement pour me dire que l’action est venue des autres pour que l’on réagisse. Au contraire, ils ne font que réagir et nous contre-réagissons.


RECYCLAGE D’EX-DIGNITAIRES LIBERAUX

Ça ne me pose pas problème. La Consti­tu­tion confère au chef de l’Etat la pré­rogative de nommer les Séné­galais à tous les postes civiles et mi­litaires. C’est clair et précis. Je n’ai jamais entendu dire que Ami­nata Niane faisait de la politique pour le compte du Pds. N’oubliez pas aussi que Macky Sall a eu à travailler pendant 8 ans avec Wade. Par conséquent, il est le seul habilité à dire les qualités décelées en Aminata Niane jusqu’à la nommer à ce poste. En aucun cas, je ne me permettrai de discuter une  décision du  président de la Ré­pu­blique. Je n’ai jamais vu une liste de personnes à convoquer sur laquelle figure le nom de Aminata Niane. Pour avoir suivi l’homme pendant très longtemps, je ne pense pas qu’il chercherait à protéger quelqu’un qui est capable de voler ne serait-ce que 1000 F Cfa des derniers publics. Si cela s’avère être le cas, dès demain vous verrez sa réaction. Même pour le cas des responsables du Pds, ils sont présumés innocents jusqu’à preuve du contraire. De sources sûres, je sais que tous seront entendus.


RETARD SUR YOONU YOKKUTE

Dans tout système, il y a ce qu’on appelle la période d’incubation qui peut s’étendre sur plusieurs mois voire des années. Jugez nous à terme et non au bout d’un  semes­tre. Cela ne veut pas dire que nous n’agissons pas même si certains résultats ne sont pas encore palpables. C’est Wade qui disait qu’une équipe gouvernementale, c’est comme une équipe de football. Au fur et à mesure que le match se déroule, on peut se rendre compte que tel serait meilleur à telle ou telle place. Il en fera et en refera avant la fin de son mandat. C’est Macky Sall qui a été élu pour appliquer le programme de Yoonou Yukuté. C’est lui qui décide, c’est lui qui  est en position de décider.


COALITION HETEROCLITE

Cette coalition est  une mosaïque qui ferait un beau tableau. Aucun programme politique, aucun système social n’est parfait. Alors, la mise en commun de gens qui pensent de manière différente est une énorme richesse pour le Sénégal. Idrissa Seck a les pieds et le ventre dedans. Il est entièrement avec nous à l’Assemblée et au gouvernement. Le malheur du régime actuel est qu’il n’a pas d’opposition. A la longue, ça risque même d’être un problème pour le Sénégal. Je suis pertinemment convaincu que ni Niasse ni Tanor encore moins Idy ne se présenteront contre Macky Sall en 2017.  Il nous reste encore du temps avant les élections. On ne va pas tomber dans le piège : Abdoulaye Wade a annoncé très tôt sa candidature pour son second mandat. C’est ça qui a empoisonné son quinquennat. On ne va pas se précipiter. Nous allons prendre  le temps qu’il faut. Par exemple, Dieu a fait le monde en 6 jours avant de se reposer le 7ème. Pourtant, Il pouvait le faire en une seconde. Les Sénégalais nous ont donné 7 ans et nous les avons réduits à 5. Attendons la fin des 5 ans avant de faire un bilan. Nous voulons mériter ce mandat. Nous ne travaillons pas pour un second mandat. Il n’existe aucun chef de famille, qui durant toute sa vie, a eu une trajectoire rectiligne. Il arrive qu’une fois confrontée à  la réalité, l’on se rend compte que c’est ça au lieu de ça. Alors, il faut échanger.


ABDOUL MBAYE ET HABRE

C’est un débat stérile ! Sur son maintien, allez le lui demander. Tant que Abdoul Mbaye reste le choix du président de la Répu­blique qui l’a nommé librement selon des critères que lui seul connaît, cela ne me gène de le voir chaque matin à la tête du gouvernement. Tant que cet état de fait sera maintenu, je m’interdirai d’interférer dans cette affaire. Je ne veux pas gêner mon leader parce que sa réussite est la mienne. Son échec aussi. Alors, je ne vois pas pourquoi je dois demander la démission de Abdoul Mbaye. En tout état de cause, je me refuse de lui donner des conseils sur les profils de ses choix. Ce serait interféré dans son domaine d’activités le plus cher.»



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email