Vendredi 12 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Politique

Elections locales du 29 Juin 2014 : Quel est le véritable sens de ce scrutin ?

Single Post
Elections locales du 29 Juin 2014 : Quel est le véritable sens de ce scrutin ?
                              
L’analyse de la manière dont les coalitions électorales se sont nouées lors de la confection des listes électorales, dans chaque collectivité locale, permet d’avoir un début de réponse à cette languissante question qui taraude dans les esprits des Sénégalais.
En  effet, l’on a constaté que les  mots  d’ordre, « Tout sauf l’APR » dans les Locales, comme « Tout sauf l’opposition »,  ont volé en éclat  lors de la confection des listes électorales  pour les Locales du 29 juin. 
Ces  mots d’ordre  des autorités nationales des partis, se sont révélés, dans les faits, en décalage avec la réalité du comportement de leurs cadres politiques au moment de la confection des listes électorales.
En fait, ils ont fait fi des directives de leurs dirigeants, pour mettre en œuvre, dans l’écrasante majorité des collectivités locales, des alliances qui transcendent les clivages « pouvoir/ opposition », ou « gauche/droite »,  pour  confectionner des listes non partisanes,  que l’on pourrait assimiler à des « listes citoyennes ».
Ainsi, ces coalitions, au sein d’une même liste, entre cadres de l’APR, PDS, REWMI, et autres  BBY, mouvements et personnalités de la société civile, dans la quasi-totalité des circonscriptions électorales, enlèvent   toute crédibilité aux tentatives de faire du bilan de Macky Sall et de ses alliés de BBY, un thème de campagne productif pour ces élections locales, mais, remettent objectivement les problèmes des collectivités locales au centre des enjeux de celles-ci.
En effet, il serait mal aisé dans une liste, en présence de l’APR ou d’autres membres de BBY, de faire du bilan de Macky un thème de campagne, comme il le serait autant, en présence du PDS et de EWMI, de faire de leurs critiques un thème de campagne.
Les élections locales du 29 Juin constituent donc une chance historique,  pour les citoyens électeurs,  de peser  réellement sur  le choix de leurs élus, à partir des problèmes auxquels  ils sont confrontés localement,  et sur lesquels leurs élus ont des prérogatives constitutionnelles, donc  sont responsables directement  devant eux.
En effet, c’est le sort de la région comme collectivité locale,  la libre administration et   l’autonomie de gestion des collectivités locales,  la gestion  des terres du Domaine National, et les moyens budgétaires pour assumer  les compétences qui leur sont transférées, qui devraient être les préoccupations des citoyens  sur lesquelles,  les candidats  devraient être interpelés  dans chaque collectivité locale, avant de décider de leurs choix dans les urnes.
D’où l’importance   de mettre en avant les objectifs suivants  comme base,  pour  faire son choix parmi les listes en compétition dans chaque collectivité locale:
Promouvoir la participation et le contrôle citoyen dans la collectivité locale à travers des  « Conseillers de quartier » élus.
S’engager à associer les «  Conseillers de quartier » à la gestion de la collectivité locale par le truchement du « budget participatif ».
Faire une « Déclaration de patrimoine » après installation dans les fonctions de Maire, au près d’un  « Jury d’honneur »  constitué des «  Conseillers de quartier ».
Exiger du pouvoir central, l’érection des futurs territoires régionaux  en Collectivités locales, assurant la tutelle des pôles et ou/ agences territoriales de développement,  pour mettre en œuvre la « territorialisation » des politiques et programmes de développement.
Exiger du pouvoir central,  la restitution, aux collectivités locales,  de la totalité de leur droit constitutionnel à  la libre administration et à l’autonomie de gestion, par la suppression de l’article 245 du Code des Collectivités  Locales,  qui soumet à approbation préalable de l’autorité administrative de tutelle, toutes délibérations des Conseils sur le budget, le foncier,  l’aménagement du territoire et la coopération décentralisée.
Exiger du pouvoir central, la restitution aux collectivités locales,  selon un échéancier négocié,  de l’exécution de 50%  du Budget Consolidé d’investissement (BCI).
Exiger du pouvoir central, la restitution aux collectivités locales, de 25% de la TVA,  au lieu des 5,5% qui étaient  prévus de 1996 à 2002  pour 441 collectivités locales, du moment où, en 2014,  on est avec  602 collectivités locales.
Auditer toutes  les attributions foncières, conformément à leurs compétences dans la gestion des terres du Domaine national,  pour  restituer, entre autres,  les 650.000 ha de terres spoliées  aux collectivités locales qui en sont victimes.
Exiger  du pouvoir central, un moratoire sur de nouvelles distributions de terre jusqu’à l’adoption d’une Réforme foncière consensuelle.
De cette manière, les populations pourraient  savoir, que tous les candidats qui leur promettent d’appuyer financièrement leurs activités, y compris dans la création d’emplois,   de contribuer à l’amélioration de la qualité des services sociaux de base  (éducation, santé, assainissement), et même d’augmenter leurs moyens,  et de  les associer à la gestion de leurs collectivités, ne sont pas crédibles,  s’ils ne s’engagent pas publiquement, et sur l’honneur, sur les  neufs (9) points soulevés plus haut.
Ainsi, les citoyens électeurs auront un repère objectif pour éclairer leurs choix parmi les listes concourantes pour minimiser le poids de l’argent pour les influencer.
De mêmes, les conseillers élus auront un repère pour choisir le Maire, afin de limiter le poids de l’argent et des marchandes à cet effet.
Avec les élections locales du 29 Juin 2014,  la Décentralisation au Sénégal, est à un tournant historique,  que les républicains et démocrates,  sans exclusif, devraient assumer honorablement, pour  effectuer des avancées décisives dans notre lutte pour restituer à notre peuple toute sa souveraineté.
Les forces républicaines et démocratiques dans les coalitions devraient exiger de leurs alliés à répondre   aux sollicitations de la société civiles locale et des organisations faitières  à cet  effet.
                  Nous sommes tous interpelés !

             Ibrahima SENE PIT/SENEGAL                
                                                                                                              Fait à Dakar, le 18 JUIN 2014…



7 Commentaires

  1. Auteur

    Balaw

    En Juin, 2014 (16:27 PM)
    Le nouveau logiciel acquis par la Direction de la Solde est vraiment défaillant. Des agents qui ont droit à des indemnités n'arrivent pas à percevoir leurs fonds. Les agents de la Solde invoquent comme motif l'acquisition d'un nouveau logiciel qu'ils peinent à maîtriser. Toutes les tentatives des fonctionnaires pour entrer dans leurs fonds sont jusque là restées vaines. Si un nouveau système ne permet pas d'atteindre les performances escomptées, à quoi bon de s'en agripper. Il semblerait que des agents de cette structure sont allés respectivement au Maroc et en Tunisie en séminaire pour maîtriser ce logiciel mais jusqu'à présent ils continuent à causer de nombreux désagréments aux fonctionnaires. Le pire dans tout ça: ils (les agents de la Direction de la Solde) ne savent même pas quand la situation va redevenir normale. En attendant, les gens (les fonctionnaires) doivent prendre leur mal en patience. C'est vraiment dommage pour un pays qui se veut émergent. De notre humble avis, la Direction de la Solde devrait prévoir dans les cahiers des charges de l’acquisition dudit logiciel des clauses prévoyant un accompagnement par le fournisseur sur une période de temps donné. Le fournisseur ne devrait-il pas assurer la formation permanente du personnel au point que la continuité du service public soit assurée ? Toutes cette stratégie relèverait-elle de manœuvres tendant à cacher aux citoyens, en l’occurrence aux fonctionnaires que les caisses de l’Etat sont vides et qu’il faut, en conséquence, bloquer les indemnités ?
    Top Banner
  2. Auteur

    Mimi

    En Juin, 2014 (16:28 PM)
    J'ai été mariée de force a un cousin a l'âge de 13 ans.vie faisais le cm2 au village dans le département de velingara. J'ai été amenée a Dakar,parce que mon père était décédé et ma mere mariée avec le frère de mon père.



    Ma tante, mere de mon "mari"est venue me chercher pour rejoindre le domicile conjugal . Elle n'a pas voulu organiser de fête, parce que son fils non plus ne voulait pas du mariage. Il avait une copine a Dakar, une "castee" dont ne voulait pas ses parents.



    Ma tante et ma mere avaient force mon "mari" a consommer le mariage devant elles. Il était étonné que cela se passe comme ca. Mais moi qui suis née au village, je savais que cela se passe des fois comme ca.



    Au fur du temps,mon"mari" avait de plus en plus pitié de moi. Comme ma tante voulait respecter les voeux de mon défunt père,elle m'a inscrite dans une bonne école privée catholique et demandait a son fils de m'aider dans les études. Lui, preferait m'aider a faire mes exercices que de coucher avec quelqu'une qui ne l'aimait pas et qu'il n'aimait pas.



    Les années ont passe, sa copine "teug" donnée en mariage a une autre personne, des gens faisaient courir le bruit qu'il était devenu impuissant. Il l'a mal pris et me demande de lui faire un enfant, je faisait la seconde et lui travaillait dans une grande boite de la place. On a fait le gosse et c'est devenu une sorte de déclic. On devenait inséparables et quand je suis allé au Canada pour les études supérieurs, j'ai décidée de lui rendre l'ascenseur car il a contribue a mon épanouissement.



    Je suis maintenant dans une structure des nations unis et lui drh dans sa société. Et ce n'est qu'en 2011 qu'on a fait notre mariage civil a Dakar. Quand on lui a demande son option matrimonial, il n'a pas hésite: monogamie! Il dit qu'il est déjà polygame pour avoir épousé une femme qu'il n'aimait pas au début, avant de se marier civilement a une femme qu'il fini par aimer..



    Mon cas est loin de celui de la grande majorité des filles mariées de force et a qui on demande de quitter l'école. Des filles qui deviennent mere de famille entre 15 et 19 ans et qui ne sont jamais devenues adolescentes....il faut que cela cesse, a 13 ans on n'est incapable d'aimer. Et un mariage ne peut prospérer sans amour..
    {comment_ads}
    Auteur

    Dsnj

    En Juin, 2014 (17:14 PM)
    Nous ne ferons jamais lerreur de donner nos communes autres que BBy ou APR jamais jamais jamais :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Saloum Saloum

    En Juin, 2014 (20:08 PM)
    M. Sène, il n'est jamais trop tard pour bien faire. Cet avis tranche nettement d'avec ceux que vous avez eu dernièrement, entre autres reporter les élections, ne pas accepter les candidatures citoyennes,

    etc. En vous lisant alors, j'ai eu le sentiment que vous étiez dépassé par l'évolution démocratique de notre pays. Ce texte vient donc remettre les pendules à l'heure: oui, il s'agit bien d'un réveil citoyen; des citoyens qui ne veulent plus laisser le destin de leurs localités entre les mains des appareils politiques. N'en déplaisent aux apparatchiks !!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Atypico

    En Juin, 2014 (06:13 AM)
    Il me semble, à contrario de ce qui est avancé ici, que les listes qui regroupent artificiellement des cadres de partis qui ne cessent de s'opposer au plan national et qui le feront encore davantage à l'approche des présidentielles , sont essentiellement des listes politiciennes, répondant à des choix tactiques, opportunistes, répondant aussi à des intérêts personnels, donc sans cohérence, sans cohésion, sans programme véritable, ce qui fait qu'au bout du compte elles seront dans l'incapacité de gouverner ensemble au service des intérêts des populations au plan local. Et donc incapables de répondre aux conditions formulés ici. Il faut donc voter contre ces listes politiciennes sans principes, san programme ni unité, et pour des listes véritablement citoyennes, formées par de gens honnêtes, compétents et ayant prouvé leur indépendance à l'égard des rivalité entre les partis et leur leaders, ainsi que leur soucis réel du mieux être de leurs concitoyens ! Ce qui est loin d'être le cas de ce que nous ont montré et continuent à nous montrer les cadrs de l'APR, le PDS, BBY, let REWMI . .
    Top Banner
    Auteur

    Honoris Causa

    En Juin, 2014 (08:08 AM)
    TROP VERSATILE LE DIALOGUE EN SOLILOQUE DE LOQUE INTELLO DE CE VERBATIM PERTINEMMENT TROP BIZARRE ET TROP ÉLOIGNÉ DE NOS VISIONS CULTURELLES ET MÊMES CULTUELLES ! LE PEUPLE SÉNÉGALAIS N'EST PAS ET IL SEMBLE LUI-MÊME ASSEZ FOU POUR NE PAS LE SAVOIR AU BOUT DE SA PLUME DE NÈGRE DE SERVICE DU NON-DIT EN REDITE DE REDOUTE ....
    {comment_ads}
    Auteur

    Honoris Causa

    En Juin, 2014 (09:06 AM)
    MAIS C'EST VRAI QUE L'ON NE COMPRENDRA TOUJOURS RIEN A CE QUE DIT ET ÉCRIT CET INTELLO QUI SOLILOQUERA TOUJOURS AVEC CETTE AUTRE CONSCIENCE NATIONALE QUI NE SERA JAMAIS LA NOTRE PROPRE....
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email