Vendredi 18 Juin, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Afrique : Le mirage de la démocratie (Jean-Baptiste Placca)

Single Post
Afrique : Le mirage de la démocratie (Jean-Baptiste Placca)
Et si ce que d’aucuns décrivent comme des reculs de la démocratie n’était que le début d’une terrible désillusion ? Un rappel à l’ordre, pour prendre conscience de l’erreur collective qui a consisté pour les peuples africains à croire, au tournant des années 1990, qu’à partir des partis uniques et autres régimes autocratiques alors en place, l’on pouvait basculer, du jour au lendemain, sans aucun effort, aucune préparation sérieuse, même pas une journée de réelle initiation, dans ce que l’Afrique continue d’appeler pompeusement la démocratie ? Trente longues années à se prendre pour ce que l’on n’est pas.

À force de reporter sans cesse sa décision sur la situation politique au Tchad, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine n’est-il pas en train d’accréditer l’idée selon laquelle l’Organisation serait embarrassée, gênée, voire divisée sur l’attitude à tenir face à une succession que l’on dit dynastique ?


Bien sûr que l’Union Africaine est embarrassée ! Et c’est même un classique que de la voir si peu audible, face à une situation de ce type. Mais, dans cette Afrique centrale, où la règle est de ne s’étonner ni des présidences à vie, ni des successions dynastiques, l’embarras, devant ce qu’il faut bien appeler un coup d’État, vient de ce que tous se demandent si, au lieu d’appliquer ses propres règles, l’UA ne serait pas mieux avisée de prendre en compte les services rendus par le Tchad, et ceux que l’Afrique en attend peut-être encore.

Sauf que tout traitement de faveur pour les héritiers du maréchal Déby pourrait inciter ceux des Tchadiens qui croient encore à la démocratie à vouloir se rendre justice eux-mêmes. Avec ce que cela préfigurerait de troubles et de morts, au regard de la brutalité dont s’est déjà montré capable ce nouveau pouvoir.

Prendre en compte les services rendus ne relève-t-il pas du réalisme, après tout ?

Peut-être. Mais le réalisme qui pousse à ruser et à tricher avec ses propres principes nous ramène à la façon dont l’Afrique se définit elle-même par rapport à l’État de droit et à la démocratie. Ce sont des fautes morales à répétition. Et nul n’oblige l’Afrique à prétendre vivre en démocratie. Peut-être que les Africains devraient se demander s’ils n’ont pas, collectivement, manqué de lucidité, en imaginant, au sortir de trois décennies de parti unique et de régimes plus ou moins autocratiques, qu’ils pouvaient, juste en changeant de loi fondamentale, se retrouver, comme par miracle, en démocratie. L’Afrique n’aurait-elle pas dû aborder le tournant des années 90 comme le début d’un apprentissage, au lieu de s’imaginer être passée, comme par enchantement, en classe supérieure ?

Comment avons-nous pu penser que, du simple fait d’avoir plagié ou « tropicalisé » les Constitutions des anciennes métropoles ou d’autres pays occidentaux, l’on pouvait s’estimer subitement en démocratie ?

La gouvernance ne s’est-elle pas tout de même améliorée ?

Autrefois, dans les autocraties assumées, l’on vous mettait en prison sans jugement, et parfois, sans même vous signifier les motifs de votre arrestation. Et le tout-puissant président vous libérait quand cela lui plaisait. Aujourd’hui, les dirigeants s’appuient sur une justice souvent complaisante, pour trouver un semblant de base légale à votre emprisonnement. Mais à ceux qui voudraient protester contre l’arbitraire, l’on rétorquera alors que l’on est en démocratie et que la justice est indépendante.

Les populations n’ont-elle pas été davantage éduquées à la démocratie ?

Non. D’où, parfois, la violence avec laquelle certains vivent les échecs électoraux. À quel niveau de démocratie sont les uns et les autres ? Par honnêteté vis-à-vis d’elle-même, l’Afrique ne devrait-elle pas engager une réflexion sereine sur la définition qu’elle se donne de l’État de droit et de la démocratie ? Ne serait-ce que pour mieux baliser l’idéal que le continent souhaiterait atteindre, en la matière.

Moins ils le sont, plus fort ils clament être démocrates, tout en posant, parfois, des actes contraires à la démocratie, justement.

Plutôt que de continuer à avancer dans le brouillard, en se gargarisant de termes et de qualificatifs dont le sens échappe parfois à la majorité des citoyens, il serait urgent de se ressaisir, pour penser comment, à une échéance raisonnable, construire de vraies démocraties, devenir de vrais démocrates.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email