Mardi 20 Octobre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Médias

Mamadou Thior, Président du Cored : «Le secteur des médias n’est qu’un organe atteint dans un grand corps malade»

Single Post
Mamadou Thior, President du Cored
Le Conseil pour l'observation des règles d'éthique et de déontologie dans les médias (Cored) a procédé, ce mercredi, à l’installation du nouveau bureau du tribunal des pairs qui sera présidé par le journaliste Mamadou Thior. A cette occasion, le nouveau président a qualifié les médias d’un organe atteint dans un grand corps malade.


A l’entame de son propos, le président du Cored, Mamadou Thior, a indiqué que le tribunal qu’ils viennent d’installer est passé de 10 à 12 membres dont 5 femmes et 7 hommes. Une hausse dictée, selon le nouveau président du Cored, par le souci d'avoir un double degré de juridiction.

«Le Cored a été critiqué pour l’absence de recours, en cas de non-satisfaction de la décision rendue. Dorénavant, le tribunal, indifféremment composé, siège en première et, au besoin, en seconde instance.  Depuis les années 2000, l’autorégulation est une réalité dans le secteur des médias. C’est ainsi qu'à l'initiative du Synpics, le Cred (Conseil pour le respect des règles d'éthique et de déontologie) a donné naissance, en 2014, au Cored», informe M. Thior.    

Toujours selon le président du Cored, la place des médias dans un pays n’est plus à démontrer. La presse façonne les opinions, prépare le citoyen à opérer les bons choix et exige des gouvernants le respect de leurs engagements.

«Cette fonction de veille expose les journalistes à la critique et, en conséquence, à l’adversité face à ceux qui ne nous voient pas d'un bon œil. Quelles que soient les circonstances, les professionnels du secteur restent encore attachés à leur indépendance et au droit du public à l’information. Nous suscitons forcément de la méfiance, parfois de la défiance et de la médisance auprès de certains», dit-il.

 En vérité, poursuit-il, le secteur des médias n’est qu’un organe atteint dans un grand corps malade qui a besoin d´une thérapie de choc. En effet, c’est toute la société sénégalaise qu'il faut soigner et guérir d'un mal qui présente des symptômes multiformes et variés.

Dès lors, ajoute le président, nous aurions gagné notre pari, si l'exercice auquel nous nous soumettons était compris comme un travail de laboratoire, une source d'inspiration pour toutes les autres composantes de notre société.

«Aussi, n’aurais-je pas besoin de vous rappeler que le Cored dont vous êtes les mandataires, gagnerait à  travailler au renforcement du partenariat avec le régulateur de l’audiovisuel. Le président du Cnra, Babacar Diagne, journaliste comme nous, s’est déjà montré disponible au-delà de nos attentes et espérances. Avec peu de moyens, nous essayons de faire des résultats probants. 

C'est pourquoi le Cored lance un appel à tous les partenaires qui interviennent dans le domaine des médias», rassure le président du nouveau bureau.

liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    En Septembre, 2020 (15:24 PM)
    il y a trop de pourris dans ce secteur
  2. Auteur

    En Septembre, 2020 (15:25 PM)
    plus personne n aiment les journalistes ils sont alles trop lion,ils ont du travail pour reabiliter ce secteur
    Auteur

    En Septembre, 2020 (16:12 PM)
    Avec Babacr Diagne a ses coté ils ne peuvent que reussir
    Auteur

    Alou C

    En Septembre, 2020 (16:14 PM)
    Le président du CNRA à toujours été dispo pour contre carer les fautes dans ce domaines

    Auteur

    Paul

    En Septembre, 2020 (16:15 PM)
    Bonnes chance aux deux patron ils se battent pour l'éducation du peuple
    Auteur

    En Septembre, 2020 (18:11 PM)
    Moi Président de la république j’interdis la plupart des journalistes d’exercer la profession et je ferme la quasi totalité des organes de presse actuel. J’attendrai de pied ferme les organisations nationales et internationales.

    Il n’y a presque plus de journalisme dans ce pays...

    Je suis militant du Pastef et je n’aime quand certains journalistes tressent des lauriers à mon leader Ousmane Sonko. Je les abhorre plus quand ils disent du mal de lui injustement.

    Ce n’est pas le rôle de la presse. La presse doit juste se contenter de relayer l’information sur un fait, une personne et laisser aux citoyens le soin de les analyser et d’en tirer les conséquences.



    Les patrons de presse sont tous des pourris de Youssou Ndour à Bougane en passant par Mamadou Oumar Ndiaye, Madiambal et Elhadji Ndiaye dans une moindre mesure. Même EMEdia n’y échappe car financé par Abdoulaye Sylla d’ECOTRA et on en sait la raison. Le seul groupe qui sort la tête de l’eau c’est le groupe Sud.



    Ils nourrissent leurs familles de poissons pourris ces gens



    Auteur

    Le Passant

    En Septembre, 2020 (18:47 PM)
    un machin, rien de plus. Avec de vieux journalistes.
    Auteur

    Modou

    En Septembre, 2020 (03:28 AM)
    Un peu de transparence les AMIS.L'article étale la profession de foi du nouveau leader d'un organe dont on ne pipe mot sur sa composition.Quels sont ses membres, quelle légitimité? Ce n'est pas trés bon signe pour un régulateur de la transparence et de l'éthique...si ce mot a encore un sens dans ce domaine. wassalam

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email