Mercredi 19 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Justice

PROCÈS KARIM MEISSA WADE: Ingénierie… rhétorique !

Single Post
PROCÈS KARIM MEISSA WADE: Ingénierie… rhétorique !

Stratège devant l’éternel, le fils Wade a déclaré hier qu’il ne dira rien, tant que son coïnculpé, nommément Bibo Bourgi, ne pourra pas comparaître en bonne santé à ses cotés. Cette posture de la défense, peut-être pas des plus avisées, a permis à la CREI de dérouler une impressionnante (et incriminante) liste de questions au pied de l’accusé !

 

Bibo sorti très tôt de l’équation hier matin, on pensait enfin pouvoir apercevoir le fond de l’affaire avec l’inculpé star qui était censé enfin se présenter devant les juges pour parler. Quelle déception alors que de constater que celui qu’on croyait loin des yeux et loin du cœur a, comme toujours, été la clé de voûte d’une stratégie d’évitement (ou plutôt de mutisme) de haute facture…

En effet, à part une déclaration liminaire calibrée à la virgule près pour le présenter comme un homme «blanchi» par le temps, le sort, le karma, l’intervention d’OVNI où on ne sait quoi d’autre, Karim Wade n’a rien dit du tout ! Mieux encore, il a «respectueusement» refusé de répondre à toutes les questions qui lui ont été posées (87 au total, on a compté !), en expliquant «avec déférence» à la Cour que tant que Bibo Bourgi, son coïnculpé, «ne se sera soigné et en état de comparaître», c’est motus et bouche cousue en ce qui le concerne…

Autant dire que s’il arrive malheur à l’autre, ce qu’on ne souhaite évidemment pas, ce ne sera plus la phrase : «ne se sera soigné et en état de comparaître», mais plutôt «jusqu’au jour du jugement dernier» ! Après tout, dans le propos liminaire suscité, Karim ne s’est pas privé d’annoncer la couleur en concluant sur le dernier verset de la sourate «At-Tin» (95du Coran, appelée «Le Figuier» ou «La Figue») qui dit  «Alayssa Laahou bi ahkamil haakimiin?» se traduisant par «Dieu n’est-Il pas le plus Juste des juges ?». Étonnant, pour celui qui se dit un homme changé, que cette même sourate du Livre Saint n’ait pas été incluse à la copie définitive et révisée de sa déclaration, «gracieusement» distribuée à la presse par son équipe de com, un peu plus tard.

Au forceps

Pour en revenir aux minutes du procès, précisons quand même que c’est au forceps que Karim Wade a dû arracher le droit de faire ou plutôt de lire sa déclaration liminaire ! En effet, à peine la demande de renvoi de ses avocats rejetée par la Cour (ça commence à devenir une habitude), Karim a été invité à s’exprimer à la barre… Et c’est là où le bât blesse ! Cela car, le voyant sortir un document, sûrement d’une de ses manches, tel un illusionniste, le Président de la CREI a dit «niet», en expliquant que c’est «uniquement par oral» que l’inculpé est autorisé à s’exprimer, car s’il a des écrits par devers lui, c’est par une toute autre procédure qu’il devrait les communiquer à la Cour.

Évidemment… toolé immédiat ! Les avocats, dont on croirait la propension à se révolter inscrite tel un réflexe pavlovien dans leurs ADN respectifs, se sont immédiatement remis à hurler à mort. Me Seydou Diagne, en particulier, a crié tellement fort qu’il a fait fuir la Cour, cette dernière se repliant dans les remparts de l’arrière-salle, avec une telle hâte qu’elle en oublia même de suspendre l’audience.

D’ailleurs, quelques minutes plus tard, on a entendu Me Pèlerin se moquer gentiment, en expliquant qu’«il (NDLR : le Président, on suppose) était parti bouder».

Les juges, remis de leurs émotions, ont essayé un temps de camper sur leurs positions. Heureusement qu’un des avocats de la partie civile, en l’occurrence l’ex-Bâtonnier Me Félix Sow, est venu à la rescousse de tout le monde, en demandant à Henry Grégoire Diop de revenir à de meilleurs sentiments… En gros, la robe noire a implicitement fait comprendre aux magistrats qu’il valait mieux que Karim lise son document (ou son ‘’aide-mémoire’’, comme finira par l’appeler le Président) plutôt que de lui laisser la latitude de se constituer martyr à son loisir.

‘’Je refuse de payer la rançon’’

On ouvrit donc le micro pour MC Wade, qui partit tout de suite sur des envolées lyriques : «Je suis prisonnier politique (…) J’ai été pris en otage (…) Je refuse de payer la rançon (…) Je ne me cache derrière aucune ingénierie financière (…) (…) Je ne répondrai à aucune question (…)». En gros, qu’on le laisse tranquille et puis advienne que pourra…

Une déclaration qui, on l’avoue, est tout à fait celle que le détenu le plus célèbre de Rebeuss était en droit de faire à la CREI. Peut-être pas génial, mais en tout cas légalement acceptable. Si l’on n’est pas surpris, ni étonné, ni même impressionné par ces lignes qui sont tout à fait logiques voire prévisibles en ce qui concerne la stratégie adoptée par la défense, depuis l’entame du procès, il faut quand même concéder que ces lignes n’ont rien d’ordinaire.

Au contraire ! Calibrées au millimètre près pour incriminer le monde entier (qui se résume ici au pouvoir en place au Sénégal), elles sont d’une finesse comparable, toujours en termes de motivation rhétorique voire sémantique, à de la dentelle ou du travail d’orfèvre ! En effet, pas un mot n’y a été placé au hasard. Dans presque chaque paragraphe, des expressions et locutions comme «arbitrairement», «faussement», «rien à voir», «grotesque», «surévalué» et «monté de toutes pièces» (entre autres) ont été autant de miettes de pain essaimées par l’inculpé pour se présenter comme un homme persécuté (à tort ou à raison).

Quel est le fin mot de l’histoire ? Karim Meissa Wade coupable, pas coupable, à moitié-coupable ou dans tout autre état intermédiaire, est décidé à mourir, s’il doit mourir, à la guerre… Ou du moins dans ce qu’il considère comme un combat. C’est donc dans l’arène politique qu’il a choisi de porter ses dernières joutes avant de s’enfermer dans le mutisme : «Pourquoi tant de précipitation ? Est-ce parce qu’on veut presser ce procès pour me condamner, avant le 15 septembre, histoire de m’en donner pour 5 à 10 ans, comme prévu ?», a lancé Karim Wade à l’intention de Henry Grégoire Diop.

Les visiteurs nocturnes de Rebeuss

«Qui vous a mis en tête la date du 15 ? C’est fantaisiste !» a rétorqué le magistrat, mordant (pour la 2e fois en deux jours) à l’hameçon. «Ah ! Mais M. le Président, à Rebeuss nous avons (NDLR : aussi) nos visiteurs nocturnes !» a gloussé le prévenu, en guise de réponse, souriant au Président de la CREI. Le candidat n’a rien eu à déclarer d’autre de toute la journée. La seule phrase qui a franchi ses lèvres, si ce n’est «pardon?» ou «en avez-vous fini avec la question?», est celle dont on a fait état plus haut et qui a conclu son propos liminaire : «Je ne répondrai à aucune question, tant que Bibo Bourgi ne se sera pas soigné et en état de comparaître.»

En tout cas, ses avocats ont eux, à l’évidence, beaucoup de choses à dire, puisqu’ils n’ont cessé de réclamer la parole de la journée pour finir par introduire une demande visant… à récuser Henry Grégoire Diop !

Sophiane  Bengeloun



liiiiiiiaffaire_de_malade

9 Commentaires

  1. Auteur

    Tawheed

    En Septembre, 2014 (08:56 AM)
    celui qui soutien un voleur est un voleur,l'avocats du voleur est un voleur,chaque partisant du parti du voleur est un voleur,meme le pere d'un voleur deviens voleur si il est complice avec le voleur ,ainsique sa mere,son pere,sa femme,ses enfants ces proche tous des voleurs!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :hun:  :-D 
    • Auteur

      Xeme

      En Septembre, 2014 (10:00 AM)
      le journal l'enquête toujours en mission. après "sindiely a remboursé", "il n'est pas possible de falsifier les conclusions de l'expert en balle qui n'avait pas de balle", la mission se poursuit.
  2. Auteur

    Sadebandiagara

    En Septembre, 2014 (08:56 AM)
    Lol que ca fait rire , oui quand on a pas d'argument on se tait , et ki ne di rien consent . Voleur jusqu'au os ce petit et meme incapable de se defendre tout seule , il faut un discours des avocats et ils se di intelligent et pretend pouvoir diriger les Senegalais . Meme pas capable de parler de se defendre sans discourt ecrit par ces avocat honte a ce ki defend ce petit .
    • Auteur

      Xeme

      En Septembre, 2014 (10:27 AM)
      dans ce procès, on est bien dans le fond du dossier, non ? jules diop nous disait que la crei détient des preuves irréfutables. on comprend que c’est parce que les gens se disaient que la crei n’a aucune preuve. jules diop nous disait donc qu’au procès, « attendez-vous à voir et entendre autre chose que ce que vous avez lu jusque là dans la presse ». autrement dit si votre conviction est bâtie sur ce que vous avez lu jusque là dans la presse, sachez qu’il y a autre chose. or, à la date d’aujourd’hui, qu’avez-vous vu ou entendu de nouveau dans le procès et que vous n’auriez pas lu dans la presse ?
      en 2002, latif coulibaly disait: » karim a volé des milliards » avec comme seules preuves sa plume, sa haine et ses objectifs politiques. et karim répondait: » ce sont des accusations mensongères, sans fondement ». et le peuple, arbitre, se disait qu’il n’est pas possible de se faire une certitude, parce que c’est son père qui est au pouvoir.
      de 2002 à 2012, les jules diop, madiambal, yakham, dansokho, bathily ont continué de répéter « karim a volé des milliards » et karim a continué de répéter » ce sont des accusations mensongères ».
      de 2012 à 2014, le travail médiatique a été fortement renforcé par un procureur qui est allé en conférence de presse crier « karim a volé des milliards » et karim de répéter « accusations mensongères ».
      si dans ces conditions on arrive à un procès, que doit on attendre de ce procès ? les mêmes sempiternelles « karim a volé des milliards » et « accusations mensongères » ? vous conviendrez avec moi qu’on doit attendre de ce procès ce que jules diop nous avez promis. ce qui, dans tous les pays du monde, est appelé « pièces à conviction ». on attendait du procureur spécial, on attendait des avocats de l’état, après « karim a volé des milliards » et « accusations mensongères » qu’ils nous disent « voici le document qui met fin à vos dénégations », « voici l’objet qui prouve que vous êtes des complices », « voici le matériel qui affirme que vous avez volé », « voici la pièce qui atteste que vous possédez telle chose ».
      on attend d’un tribunal des éléments, des objets, du matériel, qui nous fait passer de la phase affirmative et subjective à la phase scientifique et objective. on attend d’un procès la matérialité qui met fin au narratif. le procès ne peut être un prolongement, dans le palais de justice, des tournures de phrases de politiciens en campagne électorale.
      et pourtant entre 2002-2012 et 2014, l’état a dépensé pas moins de 10 milliards en honoraires, frais de mission, émoluments d’experts, et commissions rogatoires. vous conviendrez avec moi, qu’on ne se déplace pas du sénégal à monaco pour aller chercher une belle phrase. on y va pour chercher des éléments matériels. on se déplace à singapour pour avoir du matériel et non pour y chercher un beau parleur. l’état a donc payé 10 milliards pour réunir du matériel pour un procès. au procès, ce devait donc être du matériel.
      malheureusement, à la date d’aujourd’hui, au tribunal, le procureur remplace un dansokho politique, un avocat remplace un latif, un autre avocat remplace un jules diop; et avec les mêmes moyens: la belle langue, la haine bien affichée (même si c’est du théâtre) et leurs objectifs politiques. en procès (en 2014), la situation est la même qu’en 2002. les politiciens affirmaient que karim a volé (eux, on les comprend), la crei continue à affirmer que karim a volé, alors que l’état a dépensé 10 milliards pour qu’on franchisse l’étape des affirmations.
    • Auteur

      Diackité

      En Septembre, 2014 (17:51 PM)
      l'auteur de cet article prend les sénégalais pour des tarés. quand on le lit on voit immédiatement que c'est un des journalistes de maky. il cherche par des phrases détournées comment faire passer karim pour un coupable sans le dire réellement. vraiment ces journalistes de maky me font rire. toute cette gymnastique uniquement pour laver les cerveaux des sénégalais. en plus des 10 jeunes qui sont payés par maky pour saturer les sites web avec leur commentaires, on a les journaux mercenaires payés par maky avec l'argent du peuple.
    Auteur

    Jamm

    En Septembre, 2014 (10:06 AM)
    ..ET les gars du CALME ... Il faut juste demontrer que KARIM a vole et surtout que MACKY n'a pas vole !!! alors a vos plumes et analyses car le people senegalais qui est tres averti ne fait pas dans l'insulte .... surtout en perpective de 2017 ou peuet etre meme avant ! QUI SAIT ?
    Auteur

    Gr Mor

    En Septembre, 2014 (11:43 AM)
    la legereté du dossier karim pour des milliards depensés pour rien o francs recuperé? va ammener la polemique dans ce procés et ce pays et tourne en ridicule notre justice :juger sans preuves n'existe nul part sans compter le meurtre de bibo en directe qui risque d'arriver Mr le procureur la vie d'un homme n'a pas de prix ? amener des preuve concrete comme une tel somme dans une banque b; et le proces se termine pour que les gens puisse combattre ebola tranquillement
    Auteur

    Reduce Ee

    En Septembre, 2014 (14:47 PM)
    Gr more je respect et soutient tes propos . MERCI NITE DAFFAIYE DEUGUOU .
    Auteur

    Wa Rewmi Yèwu Lène

    En Septembre, 2014 (15:08 PM)
    ILS n'ont rien COMPRIS (CREI , avocats, pouvoir, APR/BENNO) Pensez-vous qu'en 12 ans de pouvoir Ablaye et KARIM WADE, n'aient pris le soin de sécuriser la Fratrie WADE?. PENSEZ-vous que , comme des points lumineux , ils allaient exposer (leur butin) à la face de renifleurs émotifs (missions rogatoires)...ELLES SONT TOUTES RENTRER BREDOUILLES? Là où se trouve le fric! ILS N'Y AURONT JAMAIS accès! En fait, le prix du tribut à payer pour KARIM? était de se martyriser par MACKY (toujours en manque de VISION)! Certes, il ira en prison...mais , il en sortira auréolé d'un nuage de SAUVEUR de la nation et du PEUPLE, au rythme où vont les dérives du pouvoir MARRON : (traque, emprisonnement, forfaiture)

    Auteur

    L'éclaireur

    En Septembre, 2014 (18:06 PM)
    ANOCI et karimades :

    Quand Karim faisait la bamboula à l'ANOCI : 26 milliards décaissés par le trésor public pour la construction de villas présidentielles jamais sorties de terre et visibles nulle part dans Dakar; 680 103 198 frs pour l'aménagement du bureau de karim à l'immeuble Tamaro; 26 612 100 frs pour le bureau du garde du corps de karim; 450 millions pour téléphoner avec le golf; 9 802 204 286 frs pour le tunnel de Soumbédioune; près de 7 milliards pour la location d'un bateau, la Musica pour seulement trois jours; 50 Mercedes S 350 à 3, 930 milliards; des appareils photo entre 8 et 9 millions; une lampe à 8 millions dans le bureau de Karim; 5,718 milliards par km de route déjà existantes alors que pour les chantiers de Thiès, l'IGE concluait que 600 millions par km de route c'est de la surfacturation, d’où l’emprisonnement de Idrissa Seck et Bara Tall; 26 milliards pour rénover le méridien président, un prix 2 fois plus cher que la construction et l'équipement de base initial de l'hôtel.

    Karim Wade se faisait mettre à sa disposition un jet privé aux frais du contribuable sénégalais, estimé à 12 milliards l’année.

    Usage illégal de carte bancaire par karim dans les comptes de l’ANOCI à hauteur de 275 808 568 frs ponctionnés par karim entre le 22 Août 2005 et le 28 Août 2007.

    Auteur

    Woma

    En Septembre, 2014 (18:35 PM)
    de memoire Mr Abdou DIOUF avait accumule plusieurs ministeres sous feu Mr Senghor et personne n a rien dit ET LE SEUL TORT DE MR KARIM C EST D ETRE LE FILS DU PR . dansokho a crie au voleur la il menace de porter plainte contre son pere...ce fa meux avocat qui criait avoir vu 400 milliards... la plus grosse erreur politique de Mr Macky c est d envoyer Mr KARIM EN PRISON d ou sa popularite grandissante jusqu a devenir son opposant numero 1 .montrez nous des preuves 800 mil 400 115 ouf du n importe quoi quant a vous MES LAISSEZ VOS DAGASSANTES c est indigne pour notre justice
    Auteur

    Isis

    En Septembre, 2014 (20:58 PM)
    Le chauffeur et le garde du corps de l'ex ministre qui s'occupent d'actes notariés pour leur patron qui crée une société pour ses amis laisse perplexe. Le juge exploitera ce point jusqu'au bout. En droit des affaires, l'existence de dirigeants occultes est reconnu. "Les dirigeants occultes sont des personnes qui assurent la direction « réelle » de la société derrière l’écran formé par les dirigeants de droit. Il s’agit donc de personnes qui dirigent la société par personne interposée sans que leur identité soit connue ou rendue publique" (Cours de droit privé pour étudiants de DEA UCAD) . Il faut savoir que le droit OHADA reconnaît explicitement l'existence de dirigeants occultes (tous les juristes qui ont étudié les procédures collectives et la responsabilité des dirigeants savent de quoi on parle). En participant à la création de la société de ses amis, le sieur Karim Wade s'est fortement exposé. Ainsi, si les témoins confirment qu'ils ont acquitté les montants auprès du notaire sur ordre de Karim Wade, la conviction du juge sera établie que le prévenu est un dirigeant occulte. De même si la notaire confirme qu'elle a rendu compte au sieur Karim Wade d'actes déposés dans son étude relatifs à la société, il sera extrêmement difficile de ne pas admettre qu'il est un dirigeant occulte. En effet le juge va estimer que Karim Wade a eu intérêt à agir. La défense la plus pathétique serait de dire je l'ai fait pour aider des amis.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email