Jeudi 24 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Justice

Crise au Sytjust : Les membres s'expliquent

Single Post
Crise au Sytjust : Les membres s'expliquent

Ce vendredi, le Bureau exécutif national (Ben) du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) et la cellule de Dakar de cette même entité ont, chacun de son côté, fait face à la presse. Si le premier a préféré tenir une conférence de presse à la Zone de captage, pour dévoiler ses plans d'action dans la perspective d'une paralysie du secteur de la justice, le second a organisé un sit-in devant les locaux du palais de Justice de Dakar, sur le même sujet. Un fait qui a attiré l'attention des observateurs. Des sources même avancent que la cellule de base conteste la légitimité du Ben.

Secrétaire général du Sytjust, Ayé Boun Malick Diop a livré sa part de vérité dans cette affaire, en marge de son face-à-face avec les journalistes. "Pour ma légitimité, j'ai l'habitude de dire que nous sommes à l'ère du numérique. Chacun est libre de dire que je conteste et l'écho fera le tour du monde. Mais, les jours à venir, l'opinion verra si nous sommes légitimes ou pas. Ce qui est sûr et certain, c'est que les travailleurs de la justice mettent en avant leurs intérêts et ils savent que leurs intérêts se trouvent dans l'union sacrée et nous avons toujours procédé ainsi. Nous ne sommes pas le seul Bureau exécutif national (Ben) d'un syndicat de ce pays à avoir dépassé la date de son mandat et ça c'est une question de cuisine interne que nous assumons et que nous gérons à l'interne".

Greffier à la Cour d'appel de Dakar et non moins porte-parole de la cellule de Dakar du Sytjust,  Me Papa Mor Mbaye relativise sans convaincre : "Non ! Nous ne nous sommes pas démarqués du Ben, c'est juste une continuité. On travaille dans le même fil. Le Ben a tenu une conférence de presse et il parle au niveau national, nous on parle au niveau local. C'est la cellule de base de Dakar, souverainement, qui a pris une initiative pour montrer leur mécontentement et leur indignation. Ce qui est normal. C'est dans le même compte, car nous menons une lutte syndicale".


Article_similaires

2 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2018 (22:52 PM)
    BUDGET NATIONAL/ Le premier pôste de dépenses le plus élevé, c’est pour le remboursement de la dette/ Le 2° c’est pour le paiement des fonctionnaires : 2% de la population reçoivent 40 % du budget national .

    On ne peut pas continuer comme ça. Le pays est endetté : il faudra rembourser,, nous préparons le malheur de nos enfants

    Les fonctionnaires consomment presque la moitié du budget national, et ils sont sans arrêt en grève, en continuant d’être payés. Qu’est-ce qu’il reste pour tous les autres ?

    Et les députés se battent en pleine assemblée ! Quelle honte

  2. Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2018 (22:55 PM)


    GREVE : le pape François a exhorté les syndicats à répondre à leur « mission prophétique ».

    « Le syndicat naît et renaît toutes les fois que, comme les prophètes de la Bible, il donne la parole à qui ne l’a pas, dénonce le pauvre vendu pour une paire de sandales, démasque les puissants qui piétinent les droits des travailleurs les plus fragiles, défend la cause de l’étranger, des derniers, des déchets », a-t-il expliqué.

    Le pape a aussi rappelé rappelle surtout que les syndicats doivent protéger non seulement qui a un travail, mais aussi et surtout qui n’en a pas, « les exclus du travail qui sont aussi exclus des droits et de la démocratie ».

    Si la société ne comprend plus le syndicat, c’est peut-être « parce qu’elle ne le voit pas assez lutter (…) dans les périphéries existentielles, parmi les exclus du travail », a-t-il avancé, prenant l’exemple des 40 % de jeunes de moins de 25 ans qui sont au chômage en Italie.

    C’est parmi eux, mais aussi parmi les immigrés, les pauvres et les femmes, considérées encore comme de « seconde classe » que les syndicats doivent agir, sans se laisser corrompre.

    « Faites quelque chose »

    « Faites quelque chose », s’est exclamé le pape pour qui « habiter dans les périphéries peut être une stratégie d’action, une priorité du syndicat d’aujourd’hui et de demain ».

    « Il n’y a pas une bonne société sans un bon syndicat et il n’y a pas de bon syndicat qui ne renaisse chaque jour dans les périphéries, qui ne transforme les pierres exclues de l’économie en pierres angulaires », a-t-il affirmé avant de rappeler l’étymologie du mot syndicat (justice ensemble, en grec)?: « il n’y a pas de justice ensemble si elle n’est pas avec les exclus d’aujourd’hui ».

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR