Mardi 23 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Immigration

Mag Sun Sooley, le retour prometteur d’une grande figure du Reggae Sénégalais

Single Post
Mag Sun Sooley, le retour prometteur d’une grande figure du Reggae Sénégalais
Sun Sooley est revenu récemment au bercail pour présenter un single et un nouveau vidéo clip. L’artiste qui vit en Italie, depuis cinq années, espère bien occuper une place de choix dans le milieu du Reggae au Sénégal. C’est pour cette raison qu’il a séjourné récemment à Dakar. Il a profité de ce bref séjour pour se ressourcer, mais aussi se présenter comme une alternative crédible au renouveau du Reggae au Sénégal.

L’ancien membre du groupe de Rap le Jant Bi, qui a, définitivement, choisi la musique chère à Bob Marley, pour livrer ses messages espère bien réussir ce pari. Pour cette semaine, le Messager vous entraine dans l’univers très syncopée de ce Rasta sénégalais qui compte bien imposer son nouveau style après plus de cinq années d’absence.

Un artiste engagé et ouvert

Sun Sooley n’est pas un inconnu dans le milieu musical sénégalais. De son véritable nom, Souleymane Bâ ,il a vu le jour à Dakar et il a rapidement manifesté un penchant accru pour la musique. Pourtant il a emprunté un chemin détourné avant d’effectuer ses grands débuts dans ce monde. En effet comme la plupart des jeunes de son âge. A la fin des années quatre vingt, la déferlante Hip Hop ravageait tout sur son passage et les groupes de danse poussaient comme des champignons. Sun Sooley n’a pas échappé à cette mode et il devient danseur. Une activité qu’il laissera rapidement tomber au profit de la musique et de la chanson. Cet artiste talentueux a du subir de multiples influences. Après avoir opté pour la musique, il écume les stations de radio et les plateaux pour jouer avec sa guitare et surtout essayer de se faire connaitre du grand public. Il finit par mettre sur pied sa propre formation musicale, dénommée le Black Kéman. Une première expérience qui lui permet de s’aguerrir et d’acquérir les rudiments du métier. Il a bien voulu revenir sur son parcours déjà assez riche.

“ Je suis un jeune sénégalais qui a rapidement éprouvé une attirance irrésistible pour la musique. Pourtant mon parcours musical ne fut pas des plus simple. J’ai commencé naturellement par la danse. Par la suite j’ai décidé de m’intéresser un peu plus à la musique. Ce qui m’a poussé à apprendre à jouer de la guitare et aussi à chantonner un peu. J’ai finalement décidé d’intégrer un groupe de Rap du nom de Pee Froiss, en 1993 et c’était le début d’une longue et respectable carrière “, a annoncé notre invité.
Ce qu’il n’a pas dit de prime abord, c’est qu’il a été l’une des figures marquantes du groupe de Rap Jant Bi . Un ensemble qui a littéralement bousculé le paysage musical Sénégalais au milieu des années quatre vingt dix.
La fabuleuse aventure du Jant Bi

Cependant Sun Souley s’est fait connaitre du grand public par son passage très remarqué au sein du groupe Jant Bi. Cette formation a véritablement marqué les esprits et en compagnie de ses amis Moussa et Doudou, ils ont réussi la prouesse de faire bouger tout le pays et même de faire vaciller les grandes stars de l’omniprésent Mbalakh. En 1996, ce groupe remporte la palme de la meilleure vente en écoulant plus de quatre vingt mille albums. Une première dans l’histoire de cette musique au Sénégal et qui ne s’est jamais reproduite depuis cette date. Le titre éponyme « Boul Ma Djoyla », a fait vibrer tout le pays et pour la première fois dans l’histoire de la musique sénégalaise, des groupies tombaient en syncope ou s’évanouissaient en voyant débouler ce trio.

« Il faut dire que l’aventure au sein du Jant Bi a été fabuleuse et cela m’a beaucoup apporté sur le plan professionnel. Véritablement il y a eu un déclic et cela a grandement contribué à mon insertion réussie dans le milieu du show biz, aussi bien au Sénégal que dans le reste du monde», a rappelé Sun Sooley. Pourtant notre invité finira par quitter ce groupe après cinq années. Il ne tarde pas à trouver un nouveau point de chute, mais cela ne se fait pas sans mal. Sun Sooley décide de revenir à ses premiers amours et devient carrément un chanteur de Reggae. Il ne cherche pas loin et en 2002, intègre le groupe Akiboulane en compagnie du regretté bassiste Bébé Wone alias Countryman. Le « back up band reggae » se met au service de plusieurs autres chanteurs comme Dread Maxim, Ass Malick et beaucoup d’autres artistes de cette dimension. Ce groupe réussit à imposer à nouveau le Reggae au Sénégal. La compilation de 12 titres qui est mise sur le marché a permis aux amateurs Sénégalais de bonnes vibrations de renouer avec ce genre. S’expliquant sur son passage du Rap au Reggae, Sun Sooley a bien voulu rétablir les faits en révélant qu’il avait effectivement commencé par cette musique.

« Je dois dire que j’ai effectivement commencé la musique en jouant du Reggae. Par la suite j’ai du faire avec le Rap. Ce qui est quand même normal, car les deux genres sont très proches du point de vue de la thématique et de l’état d’esprit. Je n’ai fait que poursuivre sur cette voie engagée que j’avais emprunté dès le départ », a tenu à réaffirmer notre invité. En 2003 Sun Sooley sort son premier album solo titré « Siratal Moustakhim » . Il profite de l’occasion pour commettre un vidéo clip en compagnie de Baba Maal.

Ce qui lui permet de marquer son empreinte et de délimiter son territoire. Une nouvelle aventure allait commencer deux ans plus tard, lorsqu’il décidé d’aller vivre en France.

L’Europe un passage obligé pour reconquérir le marché

Sun Sooley a décidé de sortir du Sénégal pour être au contact d’autres genres. C’est la raison qui l’a poussé à tenter l’aventure en France, d’abord avec sa voix comme seule arme. En septembre 2005 il pose ses valises en France et continue sa carrière en enregistrant des maquettes en prévision de la sortie d’un album. Il ne se tourne pas les pouces, car il participe à des concerts à Paris, dans des boites célèbres comme le New Morning et Elysée Monmartre . Il participe aussi à une compilation titré « Fight for Freedom ». Pourtant Sun décide de poursuivre son odyssée musicale au pays de Dante. Il dépose ses valises en Italie et ne se ménage pas pour essayer de creuser son trou.

Dans ce pays, il se fait rapidement un nom et sans trop forcer sur son talent, il arrive à se faire accepter par de grands musiciens du terroir. C’est ainsi qu’il arrive à convaincre les frères Catinella, Franck le bassiste et Lorenzo le guitariste. Il en fait de même avec le célèbre batteur Alex Soresni, qui a déjà apporté son expertise à des stars comme Morgan Héritage et Alborosie.

Après donc plus de quinze années de pratique musicale au plus haut niveau, Sun Sooley a pris la ferme résolution de sortir son premier album international. Cet opus qui est joué dans la pure tradition du Reggae Roots, est intitulé « One day inna Babylone » et il a été entièrement enregistré en live. L’artiste nous a expliqué qu’il est sorti depuis le 19 février 2010 en Italie, cet album a été distribué au niveau de sept pays européens. Sun Sooley reste un artiste très engagé qui attache une grande importance à la spiritualité et au panafricanisme.

Un retour au bercail sous le signe de la confiance

Malgré une longue absence, Sun Sooley n’a jamais coupé le cordon ombilical qui le lie au Sénégal. Il s’est toujours soucié du sort de ses compatriotes mais aussi des autres africains. C’est la raison principale qui l’a poussé à sortir un single titré Sen System ». Un morceau qui dénonce la mal gouvernance et les malversations des dirigeants africains. Une virulence qui ne doit pas surprendre venant d’un artiste qui se dit panafricaniste et Rasta dans l’âme. En effet Sun Sooley affirme avec force qu’il accorde une plus grande place à la philosophie Rasta et surtout à la spiritualité. Il se considère comme un Rasta aux fortes influences islamiques. A son avis, la religion divise et la spiritualité réunit des personnes en provenance de tous les horizons. Notre invité s’est longuement exprimé sur sa nouvelle vision.

« Dans ce single que je viens de présenter au Sénégal, je parle généralement des problèmes du pays . Je ne peux pas m’empêcher de poser certaines questions relatives à certains dysfonctionnements notés dans des secteurs aussi vitaux que la santé, l’éducation et l’emploi. Pourquoi la fourniture de l’eau et de l’électricité n’est pas toujours correctement assurée etc. Alors que nous sommes en 2010 et que les autorités avaient pris l’engagement de régler tous ces problèmes. Il est vrai que pour la majorité des citoyens, rien n’a vraiment changé. Donc j’ai effectué ce retour au bercail pour faire ressortir l’image de Sun Sooley, après cinq années d’absence. Par la suite je vais m’atteler à faire sortir l’album après ce single. J’ai aussi décidé de m’investir un peu plus dans la relance du mouvement reggae au Sénégal. J’ai remarqué qu’il est assez dispersé. C’est ce qui m’a poussé à vouloir produire une compilation. Elle sera intitulée « Sénégalaises Reggae Stars ».
Cela se fera avec l’appui de mes partenaires autrichiens de la structure dénommée « House of Ridim ».

J’ai déjà pris contact avec presque l’ensemble des musiciens reggae et ils ont tous donné leur accord. Ils vont tous participer dans l’optique de renforcer cette belle musique Reggae et lui donner une force dans une belle symphonie unitaire. C’est de bon augure, d’autant plus que j’ai remarqué un manque de confiance notoire du public envers les chanteurs Sénégalais adeptes du Reggae. Je suis parti du postulat simple qui veut que quand Alpha Blondy ou Morgan Héritage jouent en concert au stade Demba Diop, ce sera rempli à coup sûr.

Pourtant force est de constater que si c’est Darra Family,Timshel ou Dread Maxim ,ce ne sera certainement pas avec le même impact. Je suis aussi revenu pour changer cet état d’esprit en faisant de la bonne musique dans l’optique de faire évoluer l’état d’esprit du public .Il faut dire que les sénégalais sont bien capables de produire de la très bonne musique. En parlant de Reggae ,il faut aussi admettre qu’il s’agit d’un rythme sur lequel des chanteurs posent leur voix, donc il n’est pas question d’un Reggae sénégalais, jamaïcain ou italien », a encore insisté Sun Sooley.

Le chanteur qui est vraiment décidé à reprendre sa place au niveau du champ musical national, envisage aussi de revenir en force au cours d’une tournée au Sénégal et dans les pays de la sous région. Avec cet activisme débordant et sa ferme volonté de frapper un grand coup ,Sun Sooley met les atouts de son côté et scrute l’horizon avec un optimisme mesuré.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email