Vendredi 12 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Economie

Samuel Sarr promet une réduction du coût de l’électricité d’ici 2010

Single Post
Samuel Sarr promet une réduction du coût de l’électricité d’ici 2010
Le budget du ministère de l’Energie, avant- hier à l’assemblée nationale, est arrêté à la somme de 26 milliards 794 millions 244 mille 040 francs Cfa. Ce département ministériel très critiqué pour la qualité de ses services enregistre une baisse de 38.29% de son budget, comparé à l’exercice précédent.

Le ministre en charge de l’Energie, Samuel Sarr déclare que cette baisse de plus de 16 milliards de son budget global n’empêchera pas, pour autant, son département d’atteindre les objectifs fixés. Ceci, d’autant plus que son ministère a mobilisé 400 milliards de financements pour différents projets à exécuter.

Très attendu sur la question de la levée de la subvention sur le gaz domestique, Samuel Sarr déclare que les 30 milliards précédemment affectés à ce chapitre vont être réinvestis dans le même domaine. En effet, soutient-il devant les députés, le Sénégal dispose d’une capacité de stockage en gaz butane de 10 500 tonnes métriques. Ainsi, avec un investissement de 28 milliards de francs, il sera possible de faire venir de grands butaniers, ce qui permet de baisser les coûts d’approvisionnement en fret. De même, ceci va permettre de renforcer les capacités de stockage en gaz et assurer un meilleur approvisionnement des consommateurs.

Dans les échanges en commission, il est rapporté que le ministre de l’Energie a été interpellé sur le déficit de communication de son département dans un contexte où les désagréments causés par la Senelec aux consommateurs se multiplient et conduisent à des agitations. Sur la question de l’énergie, les commissaires, note-t-on, ont exprimé leur souhait de voir accordé un important budget à ce volet, au-delà de la défiscalisation des panneaux photovoltaïques. Il a été, par ailleurs, évoqué la question du paiement des patentes par la Senelec aux collectivités locales. En plénière, les députés ont soumis leurs préoccupations, notamment en ce qui concerne la nouvelle grille tarifaire de la société nationale d’électricité, l’utilisation des énergies renouvelables, les branchements clandestins, la levée de la subvention sur le gaz butane, etc. Aussi, les députés ont-ils relevé la mauvaise qualité de services de la Senelec. En ce sens, le député Abdoulaye Babou affirme que ‘la Senelec pèse très lourd dans le vécu des Sénégalais’, de même que ‘le secteur de l’énergie pèsera lourd dans le bilan de l’alternance’.

Les cours du baril de pétrole sont au plus bas alors que les prix des produits pétroliers stagnent. Dans cette optique, les parlementaires ont demandé des éclaircissements de la part du ministre de l’Energie.

Samuel Sarr s’est dit conscient de la nécessité, pour son département, de communiquer avec les usagers. Et des mesures seront prises en ce sens, garantit-il. La question de l’énergie solaire est prise en compte dans la Lettre de politique de l’énergie qui est approuvée par l’ensemble des bailleurs de fonds, dira le ministre, sur ce point. Sur la question du retard de paiement des patentes par la Senelec, le règlement des factures se fera, note-t-on, dans les meilleurs délais. Sur un autre registre, Samuel Sarr indique que les branchements clandestins ou vols d’électricité font perdre à la société d’électricité entre 9 et 12 milliards par an. Aussi, demandera-t-il qu’un tel acte soit pénalisé. Pour répondre aux interpellations sur la baisse du prix des produits pétroliers, le ministre en charge de cette question, soutient que ‘ceci ne va pas entraîner automatiquement la baisse du prix de l’électricité. (…) La Senelec n’utilise pas directement le pétrole brut mais des produits tel que le fuel lourd qui ne suit pas forcément les fluctuations du prix du baril de pétrole, bien que la vérité des prix soit accordée’. Sur les délestages et les factures que les Sénégalais jugent trop salées, Samuel Sarr indique que son département est loin de baisser les bras, rappelant qu’entre 2004 et 2008, le ministère a travaillé à mettre sur place un réseau de transport conforme aux normes internationales et à rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande. Non sans évoquer le legs de l’ancien régime, fait de matériels obsolètes et d’un déficit de plusieurs dizaines de milliards. ’Une politique énergétique, c’est sur 50 ans mais en moins de dix ans, nous ferons tout pour être leader dans la sous- région’, assure le ministre. Qui ajoute que le gouvernement ambitionne, d’ici 2010, avec tous les programmes d’investissement aussi bien dans les énergies renouvelables que dans l’énergie thermique, d’arriver à une réduction du coût de production qui aura un impact sur le vécu du consommateur.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email