Mardi 27 Février, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Dossier de la redaction

[Politique et Famille 2/2] De la dévolution monarchique des Wade à la dynastie Faye-Sall : Quand la famille prend le pouvoir

Single Post
[Politique et Famille 2/2] De la dévolution monarchique des Wade à la dynastie Faye-Sall : Quand la famille prend le pouvoir
La présidence de la République n’est plus un contrat entre un homme et son peuple. Depuis quelques décennies, l’exercice du pouvoir étatique implique la famille au sens large. Depuis l'arrivée des libéraux (Abdoulaye Wade et Macky Sall) à la magistrature suprême, la ligne de démarcation entre la famille et le pouvoir -que leurs prédécesseurs socialistes (Senghor et Diouf) hésitaient à franchir-, a complètement disparu. Ainsi, conjointes, enfants, cousins, oncles, frères, beaux-frères…tous gravitent au cœur et à la périphérie de l’Etat.


La promesse n’a pas tenu une seule année. Interrogé par Marwane Ben Yahmed (Directeur de publication du magazine Jeune Afrique), en marge du forum international pour la paix et la sécurité de Dakar en décembre 2016, sur l’implication des familles présidentielles africaines dans la gestion du pouvoir, le Président de la République Macky Sall déclare : « Je ne mêle jamais ma famille à la gestion du pays ». « Si mon frère a été amené à être cité dans des affaires de sociétés privées, c’est parce que je lui avais justement indiqué très clairement, dès ma prise de fonctions, qu’il ne bénéficierait jamais de ma part d’un décret de nomination, notamment en raison de l’histoire récente du Sénégal [Wade père et fils] et parce que je ne voulais pas être accusé de népotisme », confiait-il.  

 

Le chef de l’Etat d’ajouter dans la même foulée : « Je lui (Aliou Sall) avais même conseillé, à l’époque, d’essayer de voir dans le privé. Alors, lorsque plus tard, il est venu me dire qu’il avait signé un contrat avec une compagnie qui fait de l’exploration pétrolière [Timis Corp], honnêtement, je ne voyais pas quel problème cela pouvait poser. Les médias ont pensé le contraire et la polémique a enflé. Je l’ai donc appelé pour lui dire que, compte tenu de la confusion entretenue, il fallait qu’il quitte cette société ou du moins, qu’il ne travaille pas sur les activités de cette société au Sénégal. C’est injuste pour lui, mais c’est ainsi. Son frère est président et il doit en tenir compte. (…) (A Guédiawaye où il était élu maire en 2014) il est allé à la bataille tout seul, sans mon aide. Et il a gagné ».

Ainsi jurait Macky Sall de ne point associer sa famille dans la gestion des affaires publiques. Une promesse qui a fondu comme beurre au soleil, dix mois plus tard, le 11 septembre 2017 très exactement. « Monsieur Aliou Sall, Conseiller en Planification, titulaire d’un Master en Administration publique, est nommé Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations, en remplacement de Monsieur Thierno Seydou Niane », annonce le communiqué du Conseil des ministres. Le Rubicon venait ainsi d’être franchi par celui qui a été, lui-même, victime des effets néfastes du népotisme. Il a, en effet, été éjecté du perchoir de l’assemblée nationale pour avoir osé demander (en novembre 2008) des comptes à Wade-fils (Karim Wade à l’époque tout puissant ministre), sur sa gestion des fonds de l’agence nationale de la conférence islamique (OCI).  

Aliou Sall-Mansour Faye, les figures de la dynastie Faye-Sall

Un revirement spectaculaire qui a suscité un tollé général chez les Sénégalais qui pensaient avoir rompu avec cette pratique avec la chute du Pape du Sopi dont le fils, Karim venait de prendre 5 ans de prison (enrichissement illicite) pour avoir été mêlé par son père dans la gestion du pays. Une leçon manifestement mal comprise par son successeur. La pilule était, en effet, trop amère pour passer, mais le président Sall fonce tête baissée soulignant que si son frère a finalement bénéficié d’un décret de nomination de sa part, c’est parce que Aliou Sall avait subi du fait de leur parenté, beaucoup d’injustices, alors que sa base politique voulait le voir assumer de hautes fonctions.

Il sera, par la suite, balayé par la clameur qui a accompagné l’enquête de la BBC le plaçant au cœur d’une gigantesque accusation de corruption. Le média britannique soutenait que Aliou Sall aurait touché des pots-de-vin liés à l’attribution de deux champs pétroliers et gaziers à l’homme d’affaires Frank Timis en 2012. Le frère a certes quitté les affaires publiques, mais le beau-frère Mansour Faye, l’autre figure marquante de la gestion clanique du pouvoir, y est toujours avec des portefeuilles aussi stratégique que juteux, n’en déplaise aux chantres de la lutte contre le népotisme.

Il a été ministre de l’hydraulique et de l’assainissement (6 juillet 2014-5 avril 2019), ministre du développement communautaire et de l’équité territoriale (7 avril 2019-1er novembre 2020) et ministre des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement depuis le 1er novembre 2020.

Wade-fils, « ministre du ciel et de la terre »

Cette patrimonialisation du pouvoir publique avec l’implication manifeste de la famille présidentielle, n’est pas nouveau sous nos cieux. Sous le règne des socialistes également la ligne rouge a été franchi à deux reprises mais avec subtilité. En effet, Léopold Sedar Senghor comme Abdou Diouf avaient nommé Adrien Senghor et Maguette Diouf. Le neveu du président poète (Adrien) a tour à tour géré le ministère du Développement rural et celui de l’équipement. Maguette Diouf (frère du président Diouf), quant à lui, avait hérité du département de l’Énergie, des Mines et de l’industrie. Tous deux s’étaient gardés d’être sous le feu des projecteurs contrairement à Wade-fils, ancien banquier-financier devenu tout puissant ministre « du ciel et de la terre », comme la presse l’avait surnommé.

Impliqué dans les affaires étatiques en 2002, Karim a d’abord était nommé conseiller du Président de la République chargé de la mise en œuvre des grands projets : futur Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass, la restructuration des Industries chimiques du Sénégal (ICS), la mise en place d'une zone économique spéciale intégrée dans la capitale. Homme de confiance et expert financier de son père de président, il s’est vu confier l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique et fait de pharaoniques réalisations (corniche ouest de Dakar, entre autres). « Je dirai à ta mère que tu as bien travaillé », lui lance son père bluffé par le ‘’génie’’ de son fils à qui il a voulu taillé un costume sur mesure de président à travers le fameux ticket-présidentiel du 23 juin (l’État a abdiqué sous la pression de la rue).

A côté frère super-ministre, Sidiély également a connu son heure de gloire sous les dorures des lambris du Palais avec l’organisation du Festival mondial des arts nègres (Fesman) en 2010.

La lutte contre le népotisme, un enjeu électoral

Comme ce fut le cas en 2012, la lutte contre le népotisme sous toutes ses formes au sommet de l’État est un enjeu électoral pour ces joutes du 25 février 2024. Les Sénégalais, lassés de voir les familles présidentielles s’installer et s’accaparer du pouvoir qu’elles gèrent avec un clanisme outrancier, sont de plus en plus exigeants sur cette question. Faut-il voter une loi pour interdire cette pratique ? C’est un sujet de débat sur lequel les candidats sont attendus, estime Moussa Diaw, enseignant-chercheur à l’université Gaston Berger de Saint-Louis.

 « La politique et l’exercice du pouvoir public, selon lui, ne doivent pas être une affaire de famille. C’est dans cette logique là qu’Aminata Touré (ancienne Premier ministre) pensait faire une proposition de loi pour faire en sorte d’écarter les membres de la famille de la gestion du pouvoir public ». L’ancienne tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yakaar aux élection locales qui a vu le fauteuil de président de l’Assemblée nationale lui filer entre les doigts au profit d’Amadou Mame Diop (membre de la famille présidentielle) avait déposé -avant que son mandat lui soit retiré- une proposition de loi « en vue de respecter dans les faits le principe d’égalité des citoyens excluant toute volonté d’accaparement, de népotisme ou de préférence familiale ».

En phase avec la maxime de Senghor, Pr Diaw est convaincu que « la famille est un ennemi en politique », et il faut « l’en éloigner le plus loin possible ».  


21 Commentaires

  1. Auteur

    Ousmane Thiapatate

    En Janvier, 2024 (12:25 PM)
    GNAGNAGNI GNAGNAGNA ! Quand on n'a rien à dire, on doit se taire, au lieu de mentir sur certains gens.
    • Auteur

      Vvv

      En Janvier, 2024 (14:42 PM)
      Il n'a jamais été question de dévolution monarchique du pouvoir avec Wade.
      Mais des politiciens malintentionnés vous l'on ancrée dans vos cervelles de moineaux 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2024 (17:12 PM)
      Il a détruit le fils de son prédécesseur en le mettant en prison sur des accusations fallacieuses et lui il croit planifier son après présidence comme ça comme si de rien n'était. On verra. Je sais que Dieu est juste! 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Pensées Vertueuses Less

      En Janvier, 2024 (17:27 PM)
      L'inventeur et théoricien de la Dynastie Faye Sall est maintenant devenu muet,  DG du " Soleil ". Comme quoi souvent, le journalisme d'ici...
    • Auteur

      Reply_authorejahman

      En Janvier, 2024 (11:40 AM)
      Je pense que les Sénégalais ont retenu la leçon on ne votera plus pour un individu qui imposera sa famille au peuple.mansour un ministre incompétent notoire est en place du fait de sa sœur. 
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2024 (13:33 PM)
    Il est vraiment inspiré celui qui a inventé la dynastie Faye Sall. Je crois que c'est le journaliste yakham Mbaye 
    {comment_ads}
    Auteur

    Abdullah

    En Janvier, 2024 (14:19 PM)
    Cette gestion du pouvoir par la famille n'a pas été installée par le duo Wade-Sall mais par Wade

    Il faut être honnête

    L'acte le plus répréhensible et dangereux a aussi été posé par M. Abdoulaye Wade en allant se prosterner devant le khalife des mourides et en présence des caméras.

    Son acte d'allégeance aurait pu se faire en privé et il n'y aurait rien à dire où redire.

    En qualité de président de tous les sénégalais il n'avait pas le droit de mettre le pouvoir spirituel au-dessus du temporel

    Alors,depuis lors Touba est devenu un Etat dans l'État et même au dessus de l'État 

     
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    Mags Maguette

    En Janvier, 2024 (15:41 PM)
    Tout ce qui était toléré avant 2000, parce que toujours fait avec mesure, a été exagéré et ainsi rendu insupportable par les libéraux, Macky et Wade.

    Leur accession au pouvoir est une véritable calamité pour le Sénégal.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (15:47 PM)
    M le journaliste je ne suis pas wade mais c avec votre cmplot Que nous dans cette merde aujourdui arreter de timpaniser un soit disant develution monarchic e
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2024 (10:03 AM)
      Faut pas prendre les sénégalais pour des demeurés ! La volonté de d'évolution était indéniable. La preuve : il ne l'ont pas réussi avec mais l'ont fait avec le parti. Car je ne crois pas que Karim le meilleur profil pour prendre en main les rennes du PDS.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (17:42 PM)
    FESMAN - ANOCI

    « Maintenir l’ordre public » : l’Arabie saoudite a exécuté 170 condamnés à mort en 2023

    Trente-trois personnes « impliquées dans des affaires de terrorisme » figurent parmi les personnes exécutées l’an passé.

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Oumthia

    En Janvier, 2024 (20:48 PM)
    Karim Wade: la solution 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (20:57 PM)
    C'est visiblement le meilleur candidat à la présidence du 25 février 2024.

    Ne gaspillons pas notre argent pour dépenser nos maigres cfa.

    Il faut le nommer sans élection. Point barre 
    {comment_ads}
    Auteur

    Nabil

    En Janvier, 2024 (22:31 PM)
    C est un article commandité par amadou ba pour discréditer macky sall
    Auteur

    En Janvier, 2024 (23:22 PM)
    Prions que 2023 par en enfer avec toute la mafia libérale ces badoleu arrivistes ont détruit l'état de droit pour imposer un état voyou dont le cerveau est Abdoulaye Wade.Le vérité est que ces libéraux ont deux candidats gros bb Amadou Ba gros bb de Macky et Karim celui de Wade.Ces deux candidats sont des paresseux qui n'aiment  pas mouillé le maillot,Wade et Macky sont  en permanence en contact tous les jours pour peaufiner une stratégie.La candidature de Sonko n'arrange pas ce vieux comploteur chef de la mafia libérale Wade pour lui Sonko fera deux mandats et s'en sera fini pour son fils.Il préfère  que BB Amadou fasse un mandat avant de céder la place au BB Karim.Cette mafia compte sur ce machin du conseil constitutionnel pour éliminer Sonko enfin de décourager les sénégalais à ses rendre aux urnes.L'objectif de l'élimination de Sonko est de pousser les sénégalais à boycotter les élections quelque soi Alpha il faut se rendre massivement aux urnes pour envoyer définitivement cette mafia libérale dans les poubelles de l'histoire.La démocratie sénégalaise a fait un bond en arrière de 50 ans si bb Amadou nous parle de la continuité c'est qu'on est mal barré 
    {comment_ads}
    Auteur

    Démocratie

    En Janvier, 2024 (23:34 PM)
    Au moins Wade a été un grand démocrate. Ma c'est Macky Sall qui a fait régresser notre démocratie. C'est pourquoi il va sortir par la petite porte. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Biram Toure

    En Janvier, 2024 (23:56 PM)
    Il n'y a pas de problème d'impliquer sa famille dans la gestion de l'état et surtout quand la personne a le projet et reste travailleur. Mansour FAYE est le symbole d'un.proche qui se donne corps et âme pour le Sénégal. 

    Je vous mets ci-joint ses activités en 2023 pour juste démontrer l'engagement de l'homme 
    {comment_ads}
    Auteur

    Biram Toure

    En Janvier, 2024 (23:57 PM)
    Résumé des activités du MITTD en 2023:* le 02 janvier ; présentations de vœux au niveau du ministère,* le 05 janvier;Rencontre d’informations sur baisse de la subvention sur le carburant,* - remise de clefs de 113 véhicules TATA MAGIC pour le transport de proximité à Dakar,* le 09 janvier ; rencontre avec les transporteurs pour discuter de la baisse de la subvention et du partage de l’appui de l’Etat,* - conseil interministériel sur la sécurité routière,*  le 10 janvier ;publication des 23 mesures issues du conseil interministériel,* le 20 janvier ;rencontre avec l’ensemble des syndicats du transport,* le 26 janvier ;visite de Madame Dembele Madina Sissokho ministre des transports et des infrastructures du Mali,* le 10 février ;cérémonie de lancement des travaux de construction de l’autoroute à péage Dakar-Tivaoune et des routes Tivaoune-Pambal-Darou Alpha-Mboro-Diogo et des pistes Diogo-Diogo sur mer,* le 1er mars; inauguration du pont Famara Ibrahima Sagna de Marsassoum,* le 2 mars; lancement des travaux de la rive gauche du Pakao,* le 7 mars; cérémonie d’ouverture du colloque international < la gestion performancielle du patrimoine des infrastructures et services de transport terrestre pour un développement durable >,* le 24 mars; visite des chantiers du BRT,* le 25 avril ; visite de Monsieur Toussaint Nkouma Émane ministre des travaux publics, de l’équipement et des infrastructures, chargé de la connexion des territoires du Gabon,* le 3 mai; visite de Monsieur Jean Todt, envoyé spécial des Nations Unies pour la sécurité routière,* le 25 mai; participation au forum international des transports à Leipzig,* le 1 er juin, participation au forum des investissements des infrastructures, Macao Chine,* le 9 juin; face à la commission de l’aménagement du territoire,de l’urbanisme,de l’habitat,des infrastructures et des transports de l’assemblée nationale pour défendre le projet de loi portant contrôle du bâtiment et des travaux publics BTP,* le 13 juin; plénière à l’assemblée nationale sur projet de loin sur le BTP,* le 14 juin; visite des chantiers du BRT par le premier ministre et le ministre de l’intérieur, avec l’annonce de la création d’une police de la mobilité,* le 16 juin; visite des chantiers du BRT par une délégation de haut niveau de la banque mondiale,* le 22 juin; rencontre du comité de pilotage du Plan de mobilité urbaine durable PMUD,* - voyage par train de Pout à Diourbel,* le 23 juin; rencontre avec la mission technique de la Banque mondiale sur le renouvellement du parc interurbain du Sénégal,* le 13 juillet ; lancement des travaux du PCZA et du PSD dans la zone centre,* le 17 juillet ; rencontre avec les collectivités territoriales de la région de Thiès,* le 18 juillet ; rencontre avec les collectivités territoriales de la région de Diourbel,* le 25 juillet ; rencontre avec les collectivités territoriales de la région de Kedougou,* le 26 juillet; assistance aux familles des disparus et des blessés de l’accident de Nguene Sarr,* le 7 août ; rencontre avec les collectivités territoriales de la région de Tambacounda,* le 8 août ; concertations avec les acteurs du transport interurbain dans le cadre de la mise en œuvre du protocole d’accord sur le transport inter état entre la Gambie et le Sénégal,* le 9 août ; rencontre avec les collectivités territoriales de la région de Ziguinchor,* le 10 août ; réunion du comité de pilotage de la deuxième phase de TER,* le 22 août ; démarrage des essais statiques du BRT,* le 24 août ; remise de titres de logements aux habitants de la cité Ibrahima Sarr ex Ballabe,* - voyage par train de Thiès à Touba,* le 25 août ; visite des travaux de l’auto pont Front de terre,* - ouverture à la circulation de l’auto pont de Camberene,* le 29 août ; cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation à la sécurité routière et du village sécurité routière à l’occasion du Grand Magal de Touba,* le 7 septembre ; rencontre avec une délégation de l’Union Internationale des Chemins de fer,* le 12 septembre ; mis au point avec ses services par rapport au projet BRT, la deuxième phase du TER et réhabilitation du chemin de fer,* le 2 octobre ; participation au Congrès international de la route à Prague,* le 11 novembre ; le MITTD a défendu en commission technique de l’assemblée nationale le projet de budget de son département,* le 14 novembre ; lancement des travaux de réhabilitation de la route Mako-Kedougou-Saraya-Moussala 136,4 km,* le 15 novembre ; lancement des travaux de construction de la route Bandafassi-Dindefelo.* - inauguration de la route Kedougou-Salemata,* le 18 novembre ; visite de chantier de la section Mbour-Thiadiaye 22 km de l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack,* le 21 novembre ; plénière pour le projet de budget du ministère,* le 25 novembre ; lancement des travaux routiers dans la région de Dakar,* le 28 novembre ; réception de 121 bus articulés pour le projet BRT,* le 29 novembre ; rencontre avec la délégation de la société saoudienne ELM dirigée par Monsieur Hakim Abdoul Aziz,* le 30 novembre ; installation des membres du collège du laboratoire national de référence dans le domaine du bâtiment et des travaux publics LNR-BTP* le 4 décembre ; inauguration du pont Moustaphe Malick Gaye de Saint-Louis,* le 13 décembre ; remise de quatre camions dotés de balayeuses automatiques aux communes de Fatick, Mbour, Pikine et Tambacounda,* le 19 décembre ; lancement des travaux d’aménagement et de pavage du boulevard des 30 m à Rufisque,* le 27 décembre ; inauguration du projet BRT en scène,* - réception de 370 destinés à renforcer le parc automobile de DDD,* le 29 décembre ; invité de la matinale sur la TFM sur le thème des réalisations en infrastructures,transports et désenclavement.
    Auteur

    En Janvier, 2024 (04:20 AM)
    En tout cas moi j'avais voté Macky en 2012 et comme j'ai été déçu 😢 durant son règne .Il a fait beaucoup de mal aux sénégalais il n'a rien fait de concret juste continuer des projets de Wade...L'implication de sa femme et ses beaux frères dans la gestion du pays à été catastrophique pour le Sénégal...Des gens qui sont pas instruits de vrais arrivistes badolas à part de promouvoir le griotisme et manipulations à ne pas en finir pour conserver le pouvoir y'a eu beaucoup de morts .
    {comment_ads}
    Auteur

    Fama

    En Janvier, 2024 (11:03 AM)
    Photo, image et article mensongers et diffamatoires, à dessein. En 12 ans, pourriez-vous montrer une image du Président Macky Sall inaugurant, avec femme et fils derrière lui, ou même, avec femme, frère ou sœur à ses côtés ? Pourtant il a un fils majeur : il a aussi des frères et soeur. Et pas un seul n'est dans le gouvernement. Dynastie Faye-Sall est donc une vue de l'esprit, une invention grotesque, destinées à brouiller les esprits pour saborder l'œuvre colossale du Président Macky Sall. Le comparer a Wade qui avait fait de son fils le ministre du ciel et de la terre avec jet privé pour ses déplacements, Pointe de Sangomar pour Viviane, en plus de  Nenefichia et Sabadola, sans parler de Sindiely, et enfin de l'avion présidentiel pour lui même n'est qu'une volonté manifeste de dénigrer le Président Sall, comme de coutume. Peine perdue. Les "saint d'esprit" sauront reconnaître les encagoulés.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (11:50 AM)
    marie antoinette qui lâche rien
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (12:05 PM)
    Avec toutes les personnes qui composent la famille sénégalaise, ajoutez à  cela la belle famille. Donc sil n'y que deux membres des deux familles réunies, c'est manipulateur de parler de dynastie. Frédéric Mitterand était dans le gouvernement de François M. Chirac a travaillé avec sa fille. Dans le gouvernement de Macky, il n'y a ni enfant, ni frère ni sœur. Juste un beau frère. Arrêtez ! 
    Auteur

    En Janvier, 2024 (21:35 PM)
    Mme France qui s'aggripe
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2024 (21:38 PM)
      sa mère est française et il est né en France pourquoi il n 'essaie pas de se présenter en France ?
    {comment_ads} {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    Gestion Sobre Et Vertueuse

    En Janvier, 2024 (15:16 PM)
    2024 sera l'occasion d'en finir avec toutes ces saletés de gestion familiale et monarchique du pouvoir, de lancer une vraie reddition des comptes et de construire un Sénégal meilleur avec une bonne gouvernance, une lutte efficace contre la corruption et les détournements de deniers publics et une répartition équitable des richesses. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (08:20 AM)
    ll devrait faire campagne au Qatar pour comprendre que ses amis n'aiment que son argent
    {comment_ads}
    Auteur

    Salimatou

    il y a 2 semaines (17:05 PM)
    Il faut en finir avec tous ces gens qui utilisent l'etat comme leur bien propre. La famille n'a rien à voir avec la gestion de l'etat car ils n'ont pas été elus. Ce qui m'étonne c'est qu'avant l'arrivée au pouvoir de Macky on n'avait jamais entendu parler de leurs grandes réalisations ou de leurs  exploits extraordinaires. S'ils etaient si brillants que ca on en aurait entendu parler avant l'avenement de Macky au pouvoir.

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email