Samedi 21 Mai, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Communique

Amicale des cadres de La Poste (ACAP) : Déclaration et mise au point

Single Post
Amicale des cadres de La Poste (ACAP) : Déclaration et mise au point
A l’occasion de l’audience accordée aux centrales syndicales, le mardi 03 Mai 2022, dans le cadre de la remise annuelle de leurs cahiers de doléances en marge de la célébration de la fête du travail, le Président de la République s’est prononcé sur la situation du groupe La Poste. Il est ainsi largement revenu sur la crise profonde que traverse l’entreprise en dénonçant particulièrement le niveau pléthorique des effectifs qui serait dû  à un recrutement abusif, pointant ainsi du doigt la responsabilité directe des Directeurs Généraux qui se sont succédé à la tête de la SN La Poste.

Suite à ces propos, l’Amicale des Cadres de la Poste (ACAP) tient à apporter les éclaircissements ci-après :

- La Poste et ses deux filiales (EMS et Postefinances) pris ensemble, comptent globalement 4138 employés dont 552 CDD, donc 3586 employés permanents au lieu des 5000 déclarés. En 2012, à  l’accession au pouvoir du Président Macky SALL, le groupe La Poste ne comptait pas plus de 2500 employés au total ;

- Le président de la République s’étonne des effectifs pléthoriques alors qu’il est le seul à disposer du pouvoir discrétionnaire de nommer et de démettre un Directeur Général d’une entreprise publique comme La Poste.

- L’Etat du Sénégal reste toujours devoir à La Poste la somme de 12 milliards 500 millions au titre du reliquat sur les paiements anticipés des Bourses de Sécurité Familiale contrairement aux allégations du chef de l’Etat, induit gravement en erreur par son ministre des Finances et du budget.

- Le président de la République a annoncé publiquement que La Poste devait à l’Etat du Sénégal la somme de 189 milliards or il convient de rappeler que le Ministère de l’Economie et des Finances et La Poste ont entrepris depuis Octobre 2017, la signature d’une convention de dettes croisées qui fixait la dette de La Poste à 174 milliards issus de la gestion de l’entreprise sur plus de quatre décennies. Le reliquat de cette opération devait servir à la recapitalisation de la société. Depuis cette date, avec l’ouverture du compte de compense à la BCEAO, La Poste ne doit plus rien à l’Etat du Sénégal ;

Par ailleurs, il convient de porter à la connaissance du public qu’il est vrai que La Poste traverse une crise inédite et sans précédent de toute son histoire depuis les indépendances jusqu’à maintenant. Laquelle crise a été amorcée déjà depuis plusieurs dizaines d’années avec l’avènement des TIC et l’ouverture des marchés qui ont davantage fragilisé La Poste avec l’entrée de nouveaux opérateurs dans le secteur postal et l’instauration d’une concurrence déloyale dans un contexte de régulation déficiente et mal organisée.

Cette crise s’est exacerbée au fil des années parce que l’Etat n’a pas pu mettre en place une véritable politique de développement et d’accompagnement du secteur contrairement aux pays maghrébins par exemple dont les gouvernements ont été amenés à prendre des mesures concrètes et stratégiques pour assurer la stabilité et la pérennité des opérateurs du service public postal. Il s’agit de confier à l’opérateur public postal toutes fournitures de prestation liées à l’acheminement du courrier et des factures (l’Etat et des sociétés nationales), au paiement et collecte de masse des structures publiques (transferts monétaires, bourses d’étudiants, taxes et impôts, pensions, billetterie…) comme ce fut le cas avec le programme des Bourses de Sécurité Familiales.

Malheureusement, en lieu et place de cet accompagnement, l’Etat du Sénégal a précipité La Poste dans une situation sans issue avec l’ouverture d’un compte dans les livres de la BCEAO pour assurer la compense quotidienne.

C’est par cette même occasion que l’autorité a informé La Poste de la décision prise par la tutelle financière d’interdire, désormais, les clients Grand Compte  (banques, sociétés pétrolières, cimenteries, autres entreprises, ….) d’effectuer leurs versements au niveau des bureaux privant ainsi  le réseau de La Poste de la trésorerie nécessaire à son bon fonctionnement.

 Ces décisions combinées impactent très fortement la situation de la trésorerie de notre entreprise de même que le développement de nos activités et a fini de plomber de façon extrêmement handicapante le bon déroulement des activités du Groupe La Poste.

Il reste tout de même important de noter qu’en cours de ce processus, le contexte a subi de plein fouet les effets de la survenue subite et néfaste de la crise sanitaire (la pandémie à coronavirus). Cette situation n’a pas manqué d’avoir comme conséquences pour La Poste, le ralentissement de ses activités courrier et de transferts d’argent.

En dépit de ces multiples contraintes,  il a déjà été procédé à :

- L’élaboration d’un Plan Stratégique de Développement 2021 – 2025 fixant les principales orientations et objectifs à atteindre dans la séquence de temps considérée.

- L’élaboration d’un contrat de performances pour la séquence temporelle de 2021 à 2023 ;

- L’élaboration d’un plan de relance des activités à court terme pour le développement des produits et la réduction des charges ;

- La mise en place d’une comptabilité analytique conformément à l’article 30 du code des postes qui l’impose à tout opérateur disposant d’une licence d’exploitation du courrier. Le chantier a été entièrement piloté par les équipes opérationnelles de la Poste avec différents rapports d’étapes et séances de coordination avec le régulateur.

Enfin, l’Amicale des Cadres de La Poste (ACAP) rappelle au Président de la République que les conclusions du sous-comité interministériel sur la restructuration de La Poste sont sur sa table depuis plusieurs mois en attente de ses directives et orientations. Il s’agit, entre autres propositions de travailler à :

- Rétablir la situation de la Poste au sens des dispositions de l’acte uniforme de l’OHADA révisé ;

- Remettre La Poste sur une rampe de performance et de développement ;

- Parvenir à la recapitalisation de La Poste ;

- Revaloriser la rémunération du service public (RSP) ;

- Reconstituer les fonds des tiers ;

- Apurer les arriérés de compense ;

 -Elaborer un plan de relance des activités de La Poste ;

- Transformer   POSTEFINANCES institutionnellement;

- Moderniser  EMS-Sénégal.

Toutefois, l’ACAP interpelle le chef de l’Etat sur la nécessité d’adopter une démarche inclusive en associant toutes les forces vives de La Poste au processus de restructuration du groupe La Poste et réitère sa disponibilité et son engagement à œuvrer continuellement pour la sauvegarde des intérêts exclusifs de notre entreprise.


2 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 1 semaine (19:08 PM)
    A la lecture de ce papier il apparait clairement que la responsabilite de l Etat reste  fortement engagee dans cette quasi faillite de la poste.
    Top Banner
  2. Auteur

    Alphadix

    il y a 1 semaine (21:35 PM)
    Enfin un peu plus courageux, les cadres! un peu tard peut etre!

     

     
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email